Carnet

Jeudi 14 Mars 2019 : Nîmes

 

Alors que l'on s'achemine à grands pas vers le printemps, un temps délicat, primesautier, qui en bourgeonne. Ces satanés lilas ne vont pas tarder à éclore, malheureusement pour ne durer que trop peu de jours...

Et ces jours derniers, beaucoup d’événements, d'aucuns heureux. Entre gilets jaunes, grand débat, breixit et Algérie dans la rue.

« Ils sont fous ces Anglais ». Obélix doit se retourner dans sa tombe. Mais, à quoi jouent-ils ? « Après avoir inventé le rugby, le football et le quidditch, les Britanniques se passionnent pour un nouveau sport bien étrange : le crazy Brexit. Ou comment user les nerfs des Européens à deux semaines de la sortie officielle de la maison commune. Les sujets de sa gracieuse majesté se hâtent avec lenteur dans ce money time aussi interminable que la Guerre de Cent ans. Un scénario digne des Monty Phyton, totalement fou et désopilant d'un point de vue politique. Un suspense qui prêterait à sourire si l'économie de vingt-six autres pays n'était prise en otage. Si elle n'était sous la menace des géants américains, russes ou chinois. On attend maintenant que l'Europe mette fin à ce barnum ridicule. Qu'elle tape du poing sur la table pour que cesse cette comédie anglaise qui, comme Thérésa May, nous laisse sans voix. » Quoi dire de plus précis que cet implacable éditorial de Jean-Michel Servant dans Midi Libre ?

Et puis, en Algérie, une chose incroyable il y a encore quelques semaines. Comme chez nous les gilets jaunes, la politique de sous-sol, celle qui relègue le peuple, car là, oui, on peut dire le peuple, dans les profondeurs, provoque la plus salutaire des réactions : des centaines de milliers de Refuznik Algériens dans la rue, pour dire NON à l'affront du pouvoir d'oser leur infliger un cinquième mandat d'A. Bouteflika, le fantôme de Zéralda. A 84 ans, Djamila Bouhired, Icône de la révolution algérienne, appelle la jeunesse à rester mobilisée et surtout à veiller à ce qu’elle ne « se laisse pas voler sa victoire». Héroïne d’hier et d’aujourd’hui  Djamila Bouhired descend chaque vendredi dans la rue pour prendre part aux gigantesques mobilisations populaire contre le régime politique et vigoureusement opposée à Abdelaziz Bouteflika. Portée par la jeunesse dans ces journées d’insurrection citoyenne, l’ancienne condamnée a mort en est le symbole de la révolution démocratique en cours.

Il y a longtemps que je n'avais pas goûté à un si grand moment politique, ce qui me fait un bien fou.

En écrivant, j'écoute le superbe dernier album et la douceur du violon de Renaud Capuçon : Cinéma » : une compilation des plus belles musiques de film dans lesquelles le violon est star : Cinéma paradisoLe Parrain et le fameux thème de La liste de Schindler que Renaud Capuçon transforme en une poignante prière... Sublime.

Et puis Pâques se profilant, j'anticipe une envie de cabri sauté à l'oseille : chevreau, thym, crème fraîche, œuf et...oseille, au petit goût acidulé, légèrement citronné, et qui me rappelle tant les Troisgros et leur premier restaurant de la Place de la Gare, à Roanne, où j'ai eu un jour l'honneur de me mettre à table pour déguster ce qui fut un de leur plat phare : l'escalope de saumon à l'oseille. Un plat légendaire , créé presque par hasard en 1963. Tandis que Jean et Pierre Troisgros découvraient la technique d'aplatissement du saumon chez Maxim's, leur maman amenait en cuisine une foison d'oseille de son jardin. « Tout est parti de là, raconte Michel Troisgros, fils de Pierre : une poignée d'oseille jetée dans une très bonne crème, avec un saumon tellement aplati qu'on n'avait pas de plat assez grand pour le servir. » La légende veut que la grande assiette creuse et la cuillère à sauce aient été inventées pour ce plat, qui a également donné sa couleur à la gare de Roanne. Le mets est si célèbre que Michel Troisgros a ressenti le besoin de l'enlever de la carte. Mais il le sert toujours sur demande, filiation oblige...

 

Un grand photographe Cubain, aussi grand que le saumon à l'oseille  des Frères Troisgros : Raoul Canibano

 

Photo : Raoul Canibano

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.