Carnet

Jeudi 20 Juin 2019 : Nîmes

 

Retrouvé mon bureau : calme et sérénité, en ce dernier jour de printemps. Temps ensoleillé et chaleur annoncé pour les prochains jours d'été. J'aime la lumière douce et apaisée du matin. Je n'aime pas trop la séquence 13/16h où la lumière est écrasante et fond sur vous comme sur une proie.

On entend parfois des propos qui me laisse pantois. Après les épreuves de philo du Bac, beaucoup d'élèves ignorait qu'Andrée Chedid était une femme...

 

D'instant en instant
Germe le temps qui me tisse
File le temps qui me traque
S'écourte le temps qui me fuit

D'instant en instant

Captif du temps qui s'élance

Je navigue

Sur les jeux du songe

Sur le flux du présent

Sur l'élan de l'âme

Sur les remous du cœur

D'instant en instant

Au rythme du temps qui nous modèle

Nos ombres se démènent

Sur la toile de vie.

 

Et quelle femme....

 

Et puis le score des élections Européennes a sonné. La gauche est en miette. Après m'en être expliqué avec Karine Voinchet, j'ai délaissé la France Insoumise : plus aucune référence au projet programme des Présidentielles : « L'avenir en commun », une stratégie sans queue ni tête, le collage des Insoumis de Nîmes , coûte que coûte, à ce qui reste des Gilets Jaunes. Pourquoi ? Pour quelle stratégie ? Et un désintérêt incompréhensible à la politique municipale de Nîmes....A huit mois des Élections Municipales... On a l'impression qu'ils s'en foutent complètement...

Une seule question qui vaille à mes yeux : existe-t-il une vraie politique de Gauche encore possible, à l'avenir, à mettre en œuvre ? Déjà, il faut la définir. Par qui, avec quelles alliances.

Aux prochaines municipales à Nîmes, la Gauche sera encore une fois désunie et insignifiante... J'ai voté pour la liste de Ian Brossat, en souhaitant qu'il dépasse la barre des 3%, pour être remboursé de ses frais de campagne. Tout faux, mais je ne le regrette pas. C'était çà ou ne pas aller voter...

Et dans le landerneau politique Nîmois, seuls les Marcheurs sont en mouvement, dans le cadre de la désignation par Paris de celle ou celui qui conduira la liste à Nîmes pour les municipales, alors qu'ils viennent d'obtenir près de 22% aux Européennes. Dans notre émission hebdomadaire « On en Parle de Nîmes », nous avons reçu ceux qui comptent à Nîmes. L'un d'entre eux m'a fait une énorme impression, et chez moi, c'est très rare : David Tebib, chef d'entreprise, pas d'antécédents politiques, Vice-Président de la Ligue Nationale de hand-ball, Président de l'USAM, le club local qui jouera l'an prochain en Coupe d'Europe, candidat à l'investiture. Des mots que j'aime entendre : « On doit sortir des zones de confort », « volonté de servir », « quels sont les énergies, les groupes qui ont envie de se mettre au service de », « transmission », « rectitude », « colonne vertébrale de la morale », etc, etc. Le seul changement à Nîmes et la volonté d'interventions citoyennes ne repose aujourd'hui, face au Maire sortant et au Président de l'Agglo, que sur En Marche, que çà nous plaise ou non.

Je viens de dévorer le livre que Jacky Siméon a consacré à « Jean Lafont, Roi de Camargue « , Eleveur et cavalier, créateur de la célèbre manade aux couleurs rouge et vert, propriétaire de discothèque, ami des artistes, passionné de botanique, de littérature et d'opéra. Mort en 2017 à 94 ans, il est entré dans la légende de la Camargue de son vivant. Jacky Siméon a fait mieux qu'écrire une biographie, il a su rendre vie à un homme au destin hors du commun pour transmettre la mémoire et la culture Camarguaise

Qui dira alors que je n'aime pas la Camargue ? Bon, c'est vrai, il se sont vautrés encore massivement dans les bras du Front National aux dernières Européennes, et çà, c'est à mes yeux totalement incompréhensible....... Jacky Siméon, d'ailleurs, n'aborde nullement cet aspect.

Je suis politiquement plein d'incertitudes, mais à la façon de Wolinski : « Je suis un con, mais quand je vois ce que les gens intelligents ont fait du monde... »

 

 

Photo : Raul Canibano

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.