Pendants de corail

Ma mémoire noue les espérances. Se retrouve qui peut! C’est vrai que c’est un joli nom camarade.

PENDANTS DE CORAIL

…cette révolution qui passe, 
tranquille et belle comme une rivière bleue…
Jules Vallès, L’insurgé

nos poings gauches sont perclus d’aubes en ébauche 
la Marseillaise a mal ouvré son mémorial 
clos le café du progrès n’est plus que regrets 

d’obsidienne un corbeau juché sur un poteau
enseigne aux agneaux le carcan des pastoureaux
nouveau né se souvenir de son avenir

j’aimerai toujours
les foules éprises
du plaisir d’amour
et je garde au coeur
les bastilles prises
sans haine ou rancoeur

la brume des urnes écharpe l’astre diurne
elle bride notre droit et masque notre voix
l’aube est lueur qui lève et bucher des rêves 

Hugo enterre son cadet terrible année
Paris salue le vieux père et Rimbaud espère
au grand vent « la poésie sera en avant »

et dame Fortune
prépare la belle
afin qu’une brune
ferme la douleur
au flanc des rebelles
par sa rouge ardeur

&

à ceux qui doutent
à ceux qui hésitent
à ceux qui redoutent
à ceux qui héritent
la révolte
a du mérite
et nous sommes
maquignons
des déshérités

à ceux qui doutent
à ceux qui hésitent
la poigne close
est une aurore
de joncs balayés
par la course des chiens errants 

à ceux qui tentent
à ceux qui bougent
je veux chanter
gorge pleine
le plain chant
du moineau dans les ramures
des épopées de vérités
des arc boutants d’azur

&

J'ai oublié la nappe des beaux jours où des silhouettes brodées pêchaient des étoiles de vin, j’ai oublié l’émail immaculé du cadran qu’en poétique scansion offrent les clepsydres de sang, j’ai gardé mémoire des jours consumés où s’épanche l’abondance des attentes, j’ai gardé souvenir de la herse des barricades qui charbonnent le front blessé frappant à la porte d’asile

&

 

en soixante et douze jours 
c’est un rêve
c’est une évolution
c’est un possiblement vrai
c’est un demain réalisé

génie de génération 
énergie d’une jeunesse
mais l’ivresse de la valse
perd le sens de la mesure
et révulse l’estomac 

la révolution passée
je n’ai vu que des cadavres
dit Madame dont le cabas
cache quelques abats d’orbe
et des éclats de destin

en soixante et douze jours
s’embrase le vieux monde

&

Il pleuvait en ce mois de mai sur nos visages en joies. Qui savait le ciel du lendemain ? Qui de souvient du temps d’après ? La Bastoche n’embaumait pas la figue capiteuse, nous délaissions les guignes pour les cerises. Me voilà propriétaire imbécile d'une étreinte qui n'est plus. Émoi, la robe de la rose demeure rutilante mais sa tige a des vertiges que les pleurs griment. Vestige d’un chantier inachevé, ma prunelle conserve l’étincelle du génie qui du haut de sa colonne perce la nuée .

&

ils montraient les poings au ciel
meules qui broient des orages
désirs qui traient les nuages
ils voulaient l’or du soleil

ils sont venus sans rafale
autre que le vent de l’espoir 
ils s’échappaient du pressoir
en cohorte triomphale

ils disaient A place égale
marcheront femmes et hommes
Séparons l’État et Rome
Plus de peine capitale

en un même élan qui grise
ouvriers et artisans
ensemencent le présent 
germe têtu de cerise

&

à Thomas
à Xavier

Vous aviez tant à dire
vous aviez tant à rire
de rêves à transcrire

Aux saisons le partir 
vola sans repentir
le temps à vous bâtir 

Sur notre peau le drame
grave tel un calame
le nom de votre flamme

&

dans Paris en cortège
les loges au grand jour
de leur symbole protègent
les agneaux des vautours

dans la maison commune
l’Insurgé noue l’emblème
Justice d’opportunes
vives et rouges gemmes

les bannières des frères
balisent les remparts
de haillons de misère
face aux tirs des lignards

mais d’autres maçons
conservent le pouvoir
l’ordre et la bourse sont
pour eux premier devoir

donc la guerre civile
est guerre fraternelle
les charniers sont en ville
la morale est cruelle

sur la butte aux canons
les touristes d’aujourd’hui
au ciel lèvent le front
sans voir du sang l’enduit

&

aux poings du jour
nous crûmes l’éternité atteinte
nous voulions changer la vie
les falaises d’Étretat étaient
superbes de mystères
mais nous devions à nos anciens
la rampe des combats
qui rompent les destins
les forces de l’esprit nous accompagnaient
nous ignorions l’inertie de l’airain
nous crûmes la vie éternelle
or les cerises aux lèvres crues
expriment leur jus
en sucre incarnat
le velours des fauteuils
le poids des habitudes
trahissent l’élan
et les parjures renient la rose
pour ses épines
 au point du jour

&

Flambe de notre flamme humaine la belle ville, en fracas la flèche, fable d’hommes défiant le ciel, s’effondre dans la fournaise dévorant la forêt, le feu s’étoffe de la discorde entre voisins, de la force qui tord les nuances, le plomb fondu par le brasier s’épanche dans le flamboiement des rues, tâche sans rémission les pavés d’une fresque sanglante où le canon Fraternité s’immobilise dans le silence foudroyant des chassepots…et les rues reprennent le choeur inachevé dans la sourdine des réverbères

&

saison du regain
printemps des baïonnettes 
floraison des tripes
le petit d’homme naît dans le sang et les excréments 
la nourrice a les seins lourds d’un lait au gout de plomb
un obus pulvérise le nourrisson

la pensée naît de la chair
la fleur éclôt sur le fumier 

combien d’illusions pour enraciner la lucidité
combien de désillusions pour apercevoir la lumière

à la croisée le pas mène du chantier au charnier
les jardins sont des abattoirs
les carrières sont fosses communes 
pourtant les hirondelles volent haut dans les courants aériens,                                                                                                                                       et le soleil se noie toujours plus loin derrière les haies,                                                                                                                                                  et la rivière bleue galope libre belle et tranquille dans ses emportements

regain des étés
qui brûlent la peau
qui promettent des soirées des tourtes et du merlot
qui dressent le couvert du passant
qui invitent la lune à table

chaque compagnon repeint le monde
de couleurs ouvrant la nuit aux étoiles 
les gouffres aux aurores boréales
tous en attente de blés nouveaux

&

Sachez-le toujours le chœur profond 
reprend la phrase interrompue…
Louis Aragon

Comme faucheurs rasant un pré,                                                                                                                                                                                        il va pleuvoir des eaux bénites,
comme on abat des pommes rouges                                                                                                                                                                                
les troncs vont faire un argent fou. 

Oui mais ça branle dans le manche!                                                                                                                                                                         Comme un espoir mis en chantier,                                                                                                                                                                                    les mauvais jours finiront                                                                                                                                                                                        comme une étoile au firmament.

Car le soleil de la science
se lève rouge à l’horizon.                                                                                                                                                                                                   
où la nature est une source.                                                                                                                                                                                               Il brille sur une terre une.

Bref, tout ça prouve au combattant
que Marianne a la peau brune,                                                                                                                                                                                          
et qu’elle dispute l'avenir                                                                                                                                                                                                 aux sanglants pavés de la ville. 

Chaque barricade arborant                                                                                                                                                                                              ses longs plis taillés en haillons                                                                                                                                                                                       tire l’esprit du noir cachot,                                                                                                                                                                                             crie l’espoir qui jaillit de l’ombre.

Les lilas vont fleurir la Butte,                                                                                                                                                                                           nos amours iront les cueillir                                                                                                                                                                                              en des semaines plus faciles,                                                                                                                                                                                               là où l’embellie n’est pas morte.

&

j’ai tordu le cou aux vieilles badernes
qui ripaillaient benoites en mon flanc
Leur regard torve m’assénait pour gouverne
la résilience en mon âme en mon chant

les compagnons blancs et les becs de grue 
euphorbes chardons et coquelicots
sont les herbes communes des talus
qui témoignent des chemins en écho

le printemps force les rides des souches
une aile verte cloque le bois gris
le merle moque les sainte-nitouches
le rossignol égaie la sombre nuit

&

À qui restituer 
Le sang des hommes 
Si aveuglément répandu ?
Andrée Chedid

une noire cantatrice chantait le temps des cerises sur les marches de l’Opéra, j’enterrais, nous enterrions notre tendre et généreuse naïveté qui ne dure jamais qu’un printemps et que nous ne retrouverons jamais hors nos souvenirs, mais le goût du lait, du miel ne m’a pas lâché, avec vous autres, les affamés de douceurs, nous guettons toujours le parfum de la terre mouillée, la liesse de l’eau qui court, rafraichit et déborde les digues bétonnées, emportant dans sa pulsation les promesses de la source et sur les rives la fleur mauve, que couronne la tête bleue du chardon, griffe l’air, accroche les serments aux jupes, déchire la pourpre dont se revêtent les parvenus teinte de la saignée de notre vouloir mais tenaces nous oeuvrons sans douloir pour rendre l’air plus léger

&

écrit dans une caserne sur un paquet de Gauloise

    Dans l’écrin de vos certitudes célestes, vos étoiles au firmament de vos croyances ploieront à l’éclat de ce soleil que je ne saurai que chanter de ne l’avoir pu une fois créé.
    Dans l’écrin de vos certitudes, le mât au centre de la place d’armes vibre et ploie au souffle d’un vent que les horreurs guerrières d’un siècle de progrès ont enfantées.
    Dans l’écrin de vos certitudes séculaires je revendique pour la postérité les crimes qui de Cortez à Auschwitz bornent le chemin qui nous mène au lendemain de l’apocalypse.
    Je revendique en ce lieu le sang et les larmes, la sueur et le foutre, l’odeur rance de la mâle mort, le gout fugitif et sacré d’un instant de bonheur.
    En ce lieu, en cet instant je revendique le bien et le mal parce que je sais qu’en la poésie certaine espèce animale se couvrit du nom d’Homme.


Mai 1984

&

89, 30, 48, 71, 36, 68, 81
millésimes au mépris de l’arithmétique
pris dans la trame du temps
millésimes aux mailles de la mémoire
surgis des noeuds de la divination
la crue des mille cimes ne peut être prédite
elle emporte les barrages de déblais
et mouille les ajoncs de mai

à l’orée des vacances 
sur un balcon au soleil d’Italie
mon père disait
 à l’enfant que j’étais 
n’oublie pas ceux qui luttèrent pour ce que tu es

la semaine sanglante
a cassé les mots justes
a souillé Marianne
la piquette n’enivre plus
nous aspirons au divin flacon

trônes qui promettez des mouches d’or
autels qui encensez les bigots du désert
sabres qui flattez l’orage des passions
bourses qui thésaurisez le corps des pauvres
consumez-vous dans l’incendie des Tuileries
qu’un arc en ciel naisse de vos cendres
spectre d’alliance aux 71 couleurs
que ravivent les souvenirs de mai
scintillement à l’union des nations
comme un seuil pour les étoiles

&

l’heure est triste
suinte la peur
qui engendre des césars

pétales d’astres, la modeste saxifrage
dans l’interstice des accrocs
infiltre la douce patience 
malgré l’éteignoir de la neige
face à la bruine maussade
sous la bourrasque impériale
elle pousse ses fleurs
elle épanouit ses racines
qui brisent la pierre
sèche du renoncement

&

pour l’abolition des privilèges 
pour la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen
pour le droit à l’insurrection
pour le droit au divorce
pour la liberté de la presse
pour le suffrage universel
pour l’abolition de l’esclavage
pour l’égalité des humains
pour l’école gratuite, laïque et obligatoire
pour la séparation des églises et de l’État 
pour le droit du travail
pour le droit d’association
pour les congés payés
pour la Sécurité sociale
pour le droit à la retraite
pour le droit au chômage
pour le droit à la contraception
pour le droit à l’interruption volontaire de grossesse
pour l’abolition de la peine de mort
pour la libération des ondes
pour la dépénalisation de l’homosexualité
pour la diminution du temps de travail
pour la couverture maladie universelle
pour le mariage pour tous

pour un revenu universel
pour les chaines encore à briser
pour les liens toujours à tisser
pour la terre à protéger
pour le ciel à déflorer
pour l’Homme émanciper
pour l’Humanité préserver

merci de continuer le combat !

Armissan le  19 Floréal An CCXXIX

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.