Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2018

Frontière britannique : encore plus de la même chose

Les accords franco-britanniques se succèdent et se ressemblent : le gouvernement britannique paie pour que les mêmes mesures soient renforcées sur le sol français. Le traité de Sandhurst, signé le 18 janvier 2018, ne fait pas exception à la règle.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès le début des années 2000, les ports d'où partent des ferries vers le Royaume-Uni s'organisent pour empêcher le passage des exilé-e-s vers le Royaume-Uni : clôtures et barbelés, matériel de détection, contrôle des camions, souvent par des sociétés privées. Le port de Calais dès 2000, l'accès au Tunnel sous la Manche en 2001, puis les ports de Dieppe, Roscoff, Cherbourg... Déjà à l'époque l'armée britannique avait prêté un scanner pour contrôler les camions à l'embarquement des camions sur les navettes ferroviaires qui traversent le Tunnel sous la Manche.

L'arrangement franco-britannique de 2009 prévoyait une répartitions du coût des nouveaux investissements dans le port de Calais : les infrastructures à la charge de la partie française, les équipements de la parie britannique. Les accords franco-britanniques de 2014 et 2015 prévoyaient un financement britannique pour les nouvelles mesures concernant le port de Calais et ses approches en 2014, l'accès au Tunnel en 2015.

Le dernier en date, le traité de Sandhurst, se situe dans cette lignée. C'est d'ailleurs sans doute un symbole qu'il ait été signé à l'académie militaire du même nom, près de Londres : le couple franco-britannique a eu un rôle moteur par rapport aux politiques militaires, sécuritaires et anti-migratoires de l'Union européenne, et entend continuer sa collaboration par-delà le Brexit.

Il prévoit un financement britannique de 50,5 millions d'euros, dont La Voix du Nord nous apprend l'affectation :

http://www.lavoixdunord.fr/308794/article/2018-01-31/quoi-serviront-les-50-millions-d-euros-promis-par-les-britanniques

- le renforcement des contrôles, équipements et infrastructures dans les ports de Manche et de la Mer du Nord et à l'accès au Tunnel sous la Manche.

- la dispersion des exilé-e-s dans des centres d'hébergement loin de la frontière. Cette politique avait été initiée par Nicolas Sarkozy lors de la fermeture du Centre de Sangatte avec les opérations Ulysse 1, 2 et 3 jusqu'en 2006, puis reprise par Bernard Cazeneuve à partir d'octobre 2015 devant l'augmentation du nombre d'exilé-e-s à Calais et sa médiatisation, avec Centres d'Accueil et d'Orientation. Elle le sera donc à nouveau par Gérard Collomb avec les Centres d'Accueil et d'Examen de Situation.

- les expulsions vers le pays d'origine, sujet là encore repris depuis l'arrangement de 2009, et à l'époque les charters franco-britanniques vers l'Afghanistan.

- et la disposition la plus étrange, mise en avant dans la communication gouvernementale comme manifestation de "l'humanité" qui viendrait équilibrer la "fermeté". En effet, si le gouvernement trouve sans limite de l'argent pour enfermer et expulser vers le pays d'entrée dans l'Union européenne des demandeur-se-s d'asile dans le cadre du règlement Dublin III, il n'a ni argent, ni temps, ni procédures pour le regroupement familial; notamment vers le Royaume-Uni, prévu par le même règlement Dublin III, dont c'est même hiérarchiquement le premier critère de détermination du pays responsable de l'examen d'une demande d'asile. Du coup on fait payer les Britanniques et on communique sur sa grande humanité.

Vous pouvez lire dans le texte les accords franco-britanniques de gestion de la frontière ici :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/documents/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum