Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2013

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

SOUTIEN AUX RÉFUGIÉS DU CAMP DE CHOUCHA

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux ans après que l'OTAN ait fait la guerre en Libye, quelques centaines de réfugiés Africains sont encore dans un camp en plein désert Tunisien, sans qu'aucun pays occidentale ait accepté de les accueillir. Le HCR prévoit de fermer ce camp en juin prochain, sans proposer de solutions crédibles à ces personnes. Une pétition et une cyberaction de soutien - toutes deux à signer et à faire circuler.


Cyber @ction N° 543  : SOUTIEN AUX RÉFUGIÉS DU CAMP DE CHOUCHA
Cette cyber @ction est signable en ligne
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/soutien-refugies-camp-choucha-606.html
Fuyant la guerre en Libye, des réfugiés ont été accueillis dans un camp gérés par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) à Choucha en Tunisie. La plupart des réfugiés ont été réinstallés dans des pays occidentaux, mais ils sont encore quelques centaines, originaires d'Afrique sub-saharienne, dans ce camp situé en plein désert. Or le HCR veut fermer le camp en juin, sans solution de réinstallation pour celles et ceux qui y sont encore. La Tunisie ne leur offre pas non plus de solution viable. Les réfugiés multiplient les mouvements de protestation, et certains sont actuellement en grève de la faim. Ils demandent simplement une perspective d'avenir.
Lorsque débute le soulèvement qui allait renverser le régime de Kadhafi, environ un million cinq cent mille travailleurs immigrés vivaient en Libye. Pays producteur de pétrole, elle a en effet d'importants besoins de main-d'oeuvre.
La guerre a provoqué le départ de la plupart de ces immigrés vers les pays voisins, d'où la plupart d'entre eux ont été rapatriés dans leur pays d'origine. Ceux qui avaient fuit leur pays à cause de la guerre ou de la dictature, et qui ne pouvaient pas y rentrer, ont été accueillis dans un camp de tentes en plein désert, en Tunisie, près de la frontière libyenne, à Choucha.
Les demandes d'asile de ces personnes ont examinées par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations unies), qui gère aussi le camp, et une partie des celles qui ont obtenu le statut de réfugié ont été réinstallées dans d'autres pays (Europe, Nouvelle-Zélande, Canada...) Mais en décembre 2011, le HCR a interrompu le programme de réinstallation, et 228 réfugiés sont restés dans le camp de Choucha, avec les personnes à qui le HCR a refusé le statut de réfugié.
Aujourd'hui, les réfugiés de Choucha en appellent à la solidarité internationale. Le HCR a décidé de fermer le camp en juin prochain. La demande des réfugiés d'être réinstallés dans un autre pays et des personnes dont la demande a été rejetée de voir leur situation à nouveau examinée se heurte au refus de dialogue du HCR et à la répression de la police tunisienne.
La seule proposition du HCR est de faciliter l'installation en Tunisie de ceux qu'il a reconnu comme réfugiés. Quand aux autres ils doivent disparaître, l'eau et l'électricité leur a plusieurs fois été coupés dans le camp. La Tunisie n'a pas de loi sur l'accueil des réfugiés, et les personnes qui y resteraient seraient simplement tolérées par les autorités, dans un contexte de crise économique et de fort racisme à l'entre des personnes originaires d'Afrique noire.
Une quarantaine de réfugiés sont actuellement en grève de la faim.
Merci de l'aide que vous pourrez leur apporter par vos clics.
Alain Uguen Association Cyber@cteurs
COMMENT AGIR ?
 
Sur le site :  Cette cyber @ction est signable en ligne
  Par courrier électronique :
C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :
1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajouter l'objet de votre  choix : réfugiés du camp de Choucha
5- Adressez votre message aux  adresses suivantes :
GOUYOU@unhcr.org
cyberacteurs@wanadoo.fr
Cliquer ici :
<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;GOUYOU@unhcr.org>
ou ici (selon votre logiciel de messagerie)
<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,GOUYOU@unhcr.org>
Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien
6- Envoyez le message
Par cette action, vous ferez connaître votre avis à Ursula Schulze Aboubacar Représentante de l’UNHCR en Tunisie et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.
############
Prénom, Nom
Profession :
Adresse :
À l'attention de Ursula Schulze Aboubacar
Représentante de l’UNHCR en Tunisie
Madame,
Je soutiens la demande des réfugiés du camp de Choucha d'être réinstallés dans un pays en situation de les accueillir, ce que la Tunisie ne peut pas faire actuellement. Je soutiens donc la pétition « Pour la réinstallation des victimes de la guerre en Libye dans des pays sûrs » qu'ils vous ont adressée. La situation des personnes dont la demande d'asile a été rejetée doit être réexaminée. Je vous demande d'ouvrir sans tarder le dialogue avec les réfugiés.
Veuillez agréer, madame, l'expression de mes salutations citoyennes.
############
Pour en savoir plus :
Voici le texte de la pétition « Pour la réinstallation des victimes de la guerre en Libye dans des pays sûrs » que nous vous invitons également à signer sur http://www.change.org/en-GB/petitions/unhcr-governments-of-australia-canada-eu-newzealand-norway-swiss-usa-resettlement-for-the-victims-of-the-libyan-crisis?utm_source=guides&utm_medium=email&utm_campaign=petition_created 
« Nous sommes un groupe ayant obtenu le statut de réfugié par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
Nous sommes 228 réfugiés vivant dans le camp de Choucha en Tunisie. Nous venons de différents pays - le Soudan, la Somalie, l'Érythrée, l'Éthiopie et le Tchad. Il y a également 34 Érythréens vivant à Médenine.
Nous avons fui la Libye vers le camp de Choucha en Tunisie où nous avons trouvé refuge après la guerre et les frappes aériennes de l'OTAN. Nous craignions pour nos vies.
Le HCR, qui gère le camp de Choucha, a mis fin au programme de réinstallation le 1 décembre 2011. Mais certains d'entre nous ont atteint le camp avant septembre 2011, d'autres fin novembre mais n’ont été enregistrés au camp de Choucha qu’en décembre. Quelques-uns sont arrivés après Décembre et ont été contraints de vivre à Médenine.
Nous avons été choqués par la décision du HCR de séparer nos cas de celui des autres réfugiés du camp de Choucha et de de ne pas envoyer nos dossiers de réinstallation dans un pays tiers.
Le HCR a décidé de fermer le camp en Juin 2013 et d'imposer un programme d’«intégration locale» en Tunisie.
Nous ne voyons pas cela comme une solution viable pour les raisons suivantes:
1. La discrimination raciale que nous avons connu - et dont nous faisons encore l'expérience - en Tunisie dans de nombreux domaines de la vie, même dans l'endroit le plus humanitaire dans le pays, les hôpitaux. En outre, les Erythréens vivant à Médenine, qui sont pour la plupart chrétiens, sont confrontés à la discrimination religieuse.
2. L'absence de la sécurité et de sureté dans le pays en raison de sa situation instable. Par exemple, une ville tunisienne nommée Ben Garadane est restée sans aucun policier pendant trois semaines en raison de manifestations des citoyens locaux.
3. Il n'existe aucune loi protégeant et garantissant les droits des réfugiés en Tunisie.
La preuve vivante de l'échec de cette expérience de «l'intégration locale» est ce qui est arrivé aux réfugiés à Médenine, comment ils ont été traités par les citoyens locaux et le nombre de fois où ils se sont plaints auprès du HCR à ce sujet.
Ce sont donc les principales raisons qui font que nous rejetons l’«intégration locale» en Tunisie.
Parce que nous sommes à la recherche d’une vie dans la dignité et le respect, nous avons commencé un sit-in devant le bureau du HCR à Tunis qui se poursuit depuis le 26 Mars. Nous nous sommes également engagés dans une grève de la faim illimitée depuis le 29 Mars.
Notre seule exigence est d’avoir une chance égale à celles des autres réfugiés, nos dossiers doivent être envoyés aux pays de réinstallation qui ont un système efficace de protection. Pays où, comme d'autres réfugiés vivant dans le camp de Choucha, nous serons respectés et traités comme des êtres humains.
Nous avons juste besoin de vivre une vie normale comme tout autre être humain. C'est notre seule demande. »
Plus d'information :
http://voiceofchoucha.wordpress.com/ 
http://chouchaprotest.noblogs.org/ 
https://www.facebook.com/refugees.shousha 
https://www.facebook.com/voice.choucha 
https://www.facebook.com/chouchaprotest.solidarity 
https://www.facebook.com/choucha.camp 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière