Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2018

Centres de rétention : enfermer ou expulser?

L'allongement de la durée d'enfermement dans les centres de rétention va réduire leur efficacité en terme d'expulsion. L'organisation des expulsions va-t-elle reposer plus largement sur l'assignation à résidence, ou sur la construction de nouveaux centres de rétention ?

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon les données du dernier rapport en date des associations apportant un soutien juridique en rétention, il y a avait en 2016 1823 places dans les centres de rétention, auxquelles s'ajoutent 231 places dans des Locaux de Rétention Administrative. Près de 46 000 personnes ont été enfermées en rétention, dont presque 23 000 à Mayotte. En dehors de Mayotte - où la plupart des expulsions se font dans les 24h, sans possibilité de contrôle de légalité par un juge, dans un contexte affolant de violation des droits - 67 % des personnes enfermées sont expulsées. La durée moyenne de séjour en rétention des personnes expulsées est 12,1 jour. Le taux d'expulsion après le 20e jour de rétention est marginal.

(Dans les Locaux de Rétention Administrative, la durée d'enfermement est limitée à 48h - ce qui peut vouloir dire si la personne n'a pas été expulsée dans ce délais son transfert en centre de rétention, dans lesquels il n'y a pas d'association apportant un soutien juridique, et qui peuvent être créés de manière assez souple et provisoire).

Cela signifie que l'augmentation de la durée maximale d'enfermement prévue par le gouvernement dans le projet de réforme du CESEDA (Code de l'Entrée et du Séjour des Étrangers et du Droit d'Asile) va conduire à l'occupation plus longue de places en centre de rétention par des personnes ayant une faible probabilité d'être expulsées. Va s'y ajouter avec la proposition de loi en cours d'adoption l'enfermement de demandeur-se-s d'asile en procédure Dublin pendant la procédure d'expulsion, c'est-à-dire alors que ces personnes ne sont pas expulsables. La logique d'enfermement entre donc en contradiction avec la politique d'expulsion.

L'une des solutions pour les pouvoirs publics est de développer l'assignation à résidence pour préparer l'expulsion. Les personnes doivent résider à une adresse précise, où la police peut les trouver, et pointer régulièrement au commissariat, mais elles ne sont pas enfermées. L'avantage pour les pouvoirs publics est un moindre coût, mais aussi que contrairement aux centres de rétention où interviennent des associations assurant un soutien juridique aux personnes enfermées, les personnes assignées à résidence doivent faire la démarche de trouver une association qui les soutienne, donc trouver les contacts, se déplacer si elles résident à l'écart d'une grande ville. L'inconvénient pour les pouvoirs publics est que les personnes étant libres de leur mouvement, elles peuvent s'enfuir pour échapper à l'expulsion. En 2016, l'assignation à résidence a conduit à l'expulsion de 3 521 personnes. Ces deux dernières années, le gouvernement a multiplié les dispositifs d'hébergement dans le cadre desquels est prévue l'assignation à résidence et dont l'une des missions est de préparer l'expulsion.

L'une des solutions utilisées pour que les personnes ne s'échappent pas est de cueillir les personnes sur le lieu où elles sont assignées à résidence et de les enfermer quelques heures en rétention pour les conduire de là à l'aéroport pour leur expulsion.

L'autre solution est d'augmenter de manière importante le nombre de places en rétention, donc de construire de nouveaux centres, ce qui a un coût budgétaire important, mais les gouvernements successifs prouvent avec constance qu'il y a toujours les budgets pour ce genre de chose.

Le gouvernement n'a pour le moment pas annoncé ses intentions. Rien n'indique qu'il renonce à sa politique d'expulsion, bien au contraire. La question se posera donc dès que les effets des deux nouveaux textes de loi se feront sentir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Gauche(s)
Programme présidentiel de La France insoumise : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting du candidat d’extrême droite se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat