Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

263 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2018

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Centres de rétention : enfermer ou expulser?

L'allongement de la durée d'enfermement dans les centres de rétention va réduire leur efficacité en terme d'expulsion. L'organisation des expulsions va-t-elle reposer plus largement sur l'assignation à résidence, ou sur la construction de nouveaux centres de rétention ?

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon les données du dernier rapport en date des associations apportant un soutien juridique en rétention, il y a avait en 2016 1823 places dans les centres de rétention, auxquelles s'ajoutent 231 places dans des Locaux de Rétention Administrative. Près de 46 000 personnes ont été enfermées en rétention, dont presque 23 000 à Mayotte. En dehors de Mayotte - où la plupart des expulsions se font dans les 24h, sans possibilité de contrôle de légalité par un juge, dans un contexte affolant de violation des droits - 67 % des personnes enfermées sont expulsées. La durée moyenne de séjour en rétention des personnes expulsées est 12,1 jour. Le taux d'expulsion après le 20e jour de rétention est marginal.

(Dans les Locaux de Rétention Administrative, la durée d'enfermement est limitée à 48h - ce qui peut vouloir dire si la personne n'a pas été expulsée dans ce délais son transfert en centre de rétention, dans lesquels il n'y a pas d'association apportant un soutien juridique, et qui peuvent être créés de manière assez souple et provisoire).

Cela signifie que l'augmentation de la durée maximale d'enfermement prévue par le gouvernement dans le projet de réforme du CESEDA (Code de l'Entrée et du Séjour des Étrangers et du Droit d'Asile) va conduire à l'occupation plus longue de places en centre de rétention par des personnes ayant une faible probabilité d'être expulsées. Va s'y ajouter avec la proposition de loi en cours d'adoption l'enfermement de demandeur-se-s d'asile en procédure Dublin pendant la procédure d'expulsion, c'est-à-dire alors que ces personnes ne sont pas expulsables. La logique d'enfermement entre donc en contradiction avec la politique d'expulsion.

L'une des solutions pour les pouvoirs publics est de développer l'assignation à résidence pour préparer l'expulsion. Les personnes doivent résider à une adresse précise, où la police peut les trouver, et pointer régulièrement au commissariat, mais elles ne sont pas enfermées. L'avantage pour les pouvoirs publics est un moindre coût, mais aussi que contrairement aux centres de rétention où interviennent des associations assurant un soutien juridique aux personnes enfermées, les personnes assignées à résidence doivent faire la démarche de trouver une association qui les soutienne, donc trouver les contacts, se déplacer si elles résident à l'écart d'une grande ville. L'inconvénient pour les pouvoirs publics est que les personnes étant libres de leur mouvement, elles peuvent s'enfuir pour échapper à l'expulsion. En 2016, l'assignation à résidence a conduit à l'expulsion de 3 521 personnes. Ces deux dernières années, le gouvernement a multiplié les dispositifs d'hébergement dans le cadre desquels est prévue l'assignation à résidence et dont l'une des missions est de préparer l'expulsion.

L'une des solutions utilisées pour que les personnes ne s'échappent pas est de cueillir les personnes sur le lieu où elles sont assignées à résidence et de les enfermer quelques heures en rétention pour les conduire de là à l'aéroport pour leur expulsion.

L'autre solution est d'augmenter de manière importante le nombre de places en rétention, donc de construire de nouveaux centres, ce qui a un coût budgétaire important, mais les gouvernements successifs prouvent avec constance qu'il y a toujours les budgets pour ce genre de chose.

Le gouvernement n'a pour le moment pas annoncé ses intentions. Rien n'indique qu'il renonce à sa politique d'expulsion, bien au contraire. La question se posera donc dès que les effets des deux nouveaux textes de loi se feront sentir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Après la victoire de Giorgia Meloni, les féministes veulent réveiller l’Italie
L’accession au pouvoir du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, de ses idées racistes, de sa culture patriarcale et de son homophobie décomplexée, fait craindre le pire en Italie. Le pays enregistre déjà un lourd retard en matière de droits des femmes. Mais une nouvelle génération entend bousculer l’ordre établi.
par Ellen Salvi
Journal
Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Donné favori, le bloc des droites, emmené notamment par la post-fasciste Giorgia Meloni, a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre 2022. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Nos articles, entretiens et reportages.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel