Mes signaux faibles de radicalisation

Le Macroprésident nous appelle à la surveillance des signaux faibles de radicalisation et à la délation de notre entourage s'il en présente, s'exerçant de préférence sur les personnes musulmanes ou supposées telles. Répondant à son appel, j’ai commencé par m’appliquer un examen rigoureux. Qui suis-je (dans le fond) ? Le suis-je (radicalisé) ? Terrifiant !

La première difficulté c'est de savoir quels signaux prendre en compte. Selon les documents, selon les déclarations du Macroprésident et de ses ministres, ils varient. J'ai choisi de taper dans le tas, pour trouver des signaux adaptés à ma situation. Et j'ai trouvé. Bien sûr.

Voici un échantillon.

Barbe : je la porte depuis bien longtemps. À vrai dire depuis qu'elle m'est venue, d'abord discrète, puis plus drue au fil du temps. Certaines publications font mention du port de la barbe avec la moustache rasée. Je ne rase pas ma moustache. Mais elle est petite, plutôt discrète. Pas comme Nietzsche, ni Guillaume II, ni Staline, ni...

Signal faible de radicalisation, déjà fort ancienne !

Je note au passage que M. Castaner, lui aussi, porte la barbe, mais avec un air mal rasé, pour la dissimuler. Signal faible de radicalisation, doublé de dissimulation. Le ministère de l'intérieur est-il infiltré ?

Bise : les garçons échangent une poignée de main virile avec les autres mecs, et claquent la bise aux filles. Dit comme ça, ça sonne bizarre. Mais c'est le fondement de notre civilisation intrinsèquement féministe qu'il faut défendre des cultures arriérées qui ne mettent pas la femme à sa juste place. Parole du Macroprésident, de son Castaner, de son Blanquer. Bon, c'est bien genré, tout ça. On ne pourrait pas claquer la bise aux garçons et serrer la main aux filles (respectivement quand on est soi-même un garçon) ?

Le simple fait d'y penser est un avant-signe de radicalisation, à signaler absolument !

"Changements physiques, vestimentaires et alimentaires" (source ici (pdf, 63.9 kB)) : mes cheveux blanchissent; je porte plus de pulls en laine; et je mange moins de viande - donc moins de viande de porc. Et ça c'est grave ! Le cochon est le pilier de notre civilisation.

Signaux faibles de radicalisation.

"Propos asociaux" : je critique le gouvernement; j'ai une vision critique de la société occidentale néolibérale; j'utilise fréquemment l'écriture inclusive.

Signaux faibles de radicalisation.

Ramadan : je me rappelle, à Calais, ces moments très particuliers de la rupture du jeûne, partagés avec des gens venus d'Égypte, du Soudan, d'Afghanistan, de Syrie... Ces visites aussi pendant la journée où des gens qui ne boiront pas jusqu'au soir vous offrent un thé bien sucré, marque d'hospitalité.

Souvenirs, signaux faibles de radicalisation.

"Rejet brutal des habitudes quotidiennes" : il y a un peu plus de deux ans, je suis allé vivre à la campagne, dans un bled paumé ("bled", tiens, choufe : langage suspect). Mon mode de vie a fortement changé d'avec la ville. Je fais même un jardin.

Signal faible de radicalisation.

"Repli sur soi" : je le confesse, je suis peu causant. Est-ce que j'étais plus bavard quand j'étais enfant ? Jusqu'où dois-je remonter pour trouver le point d'origine de ma radicalisation ?

Je m'arrête là. C'est trop. Je vais signaler mon cas à l'autorité compétente. À moins que vous ne l'ayez déjà fait en lisant ces lignes.

Horreur et honte !

"Haine de soi, rejet de sa propre personne, déplacement de la haine de soi sur autrui" : encore un ! Les salauds !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.