Internet et la liberté d'information mettent en danger les fausses démocraties qui nous gouvernent....

 En effet, la liberté d’expression, d’information liée à internet permet à la population avisée de se tenir informée et surtout de relier les informations entres elles afin de comprendre les tenants et les aboutissants d’une société qui se croient si exceptionnelle qu’elle en devient pathétique ; il en va de même pour certaines chaines de TV qui proposent des programment intelligents, souvent ennuyeux mais tellement instructifs sur les agissements des grands de ce monde qui se cachent derrière un, plusieurs mots qui résonnent dans l’esprit de chacun  : Démocratie et Liberté.

Oui, Démocratie et Liberté sont le sésame de la vérité, le mur de l'alimentation spirituelle, qui n'est en fait qu'un moyen de rouler les citoyens dans la farine avant de les faire frire à petit feu. La Démocratie est systématiquement bafouée par les intêtets économiques qui s'imiscent dans le débat démocratique alors qu'il n'y ont pas leur place, et la Liberté, une illusion formelle, une aberration de l'esprit social.

Le plus bel exemple de tyrannie démocratique s’est déroulée aux USA sous l’administration Bush et principalement lors de la préparation de la guerre en Irak, au point que quelques mois après l’attaque terroriste sur les Twin Towers du World Trade Center, plus de 70% de l’opinion américaine pensait que Saddam Hussein était responsable de cet attentat alors qu'il n'y était pour rien, la seule chose est qu'il avait déclaré sa haine des USA qu'il l'assumait au point de refuser de leur vendre son précieux pétrole, comme l'amérique assume encore sa haine de l'Islam.

Pour attaquer l'Irak, l’administration Busch a su développer un arsenal médiatique puissant, à base de fausses informations, de fausses preuves pour influencer le Congrès et l'ONU, alors qu’en sous marin, l’intention de piller les ressources pétrolières Iraquiennes pour les revendre aux citoyens Américains sous le contrôle de la famille Bush était l’objectif principal.

Le cynisme avec lequel Le président G.W.Bush s’est comporté avec son peuple est intolérable, monstrueux, et avec le peuple irakien, relève non seulement de la plus haute trahison mais d'un crime contre l’humanité dans l’intention pure et simple de piller une nation à titre personnel.

Hugo Chavez déclarait que George.W.Bush devait être traduit comme criminel de guerre et pour crime contre l’humanité, est-ce pour cela qu’il a été empoisonné et rendu malade, car comme Saddam Hussein, il était un farouche opposant à l’effroyable politique expansionniste des USA dans le monde.

Ce gouvernement démocratique (les USA) a tout mis en œuvre pour non seulement inventer le terrorisme moderne, mais également pour manipuler l’opinion Américaine, et pour la préparer à une guerre inutile qui aura pour conséquence des milliers de morts américains et irakiens, mais, nécessaire pour une personne, le président G.W. Bush, lui même issu d’une famille exploitante de pétrole, comme par hasard.

Ainsi, cette guerre n’avait d’intérêt que pour une et une seule personne et non pas un peuple, ni une nation, juste pour la famille Bush et ses intérêts dans l’énergie fossile. Depuis cette guerre, les citoyens américains se sont, pour une partie d’entre eux, justement posés les bonnes questions et ceux qui les posaient à cette administration, aux gouvernants de la nation, de la plus grande démocratie du monde, étaient systématiquement mis hors jeu et considérés comme des traitres.

Depuis "le 11 septembre", l’administration Bush n’a eu de cesse de voter des lois anti constitutionnelles en contradiction avec la déclaration d’indépendance et du citoyen américain, « le patriot act » (26 octobre 2001) est l’une de ces lois iniques et principales :

- Ainsi, toute personne suspectée d’être affiliée à un groupe terroriste est considérée comme un combattant ennemi, celui-ci est immédiatement placé et maintenu en détention pour une durée indéterminée, sans même une inculpation officielle, il est déplacé le plus souvent à Cuba dans une prison militaire, torturé, sans la moindre preuve, puis il est relâché lorsque l’on n’a rien pu tirer de lui, un, deux, voire plusieurs années plus tard, parfois, le pseudo terroriste se suicide dans sa cellule, épuisé, détruit par les mauvais traitements et les humiliations physiques, sexuelles et morales… le suicide est considéré par ses bourreaux américains comme une preuve de rébellion et de culpabilité, car, faisant de lui un martyr pour l’Islam et donc, toujours un ennemi de l’Amérique. Les USA ont même le droit de venir en France, en Italie, où bon leur semble pour vous enlever s'ils jugent que vous représentez un danger pour l'Amérique et en attendant, ils sont incapables de déjouer des attaques terroristes sur leur propre territoire, à moins qu'ils ne les organisent eux-mêmes ?

Le cas des frères Tsarnaïev concernant l'attentat du Marathon de Boston, est également révélateur de ce comportement manipulateur de l’administration, mais cette fois-ci, c’est celle du Président Obama.

En effet, il semblerait que la piste tchétchène soit une pure invention de la CIA qui aurait elle-même commis l’attentat en pointant du doigt deux frères d'origine Tchétchène, en abatant le premier et en blessant gravement le second pour lui arracher des aveux. Inculpé de possession d’arme de destruction massive, une cocotte minute bourrée de clous ?

Mais des détails intriguent sur l'enquête, ainsi une vidéo montrent deux hommes sur le corps de « Jeff Bauman » une victime du Marathon, qui a perdu ses deux jambes lors de l’explosion. Or, Il semblerait que « Jeff Bauman » photographié serait en réalité le lieutenant Nick Vogt de l’US Army, cul de jatte après un attentat en Afghanistan à Kandahar en novembre 2011. On s’étonne d'ailleurs de voir cette victime « Jeff Bauman » avec une pareille blessure, tête haute, sans souffrir d’hémorragie, transporté sur une chaise roulante à travers les victimes, pas de sang, de cris de douleur, sans garrot sur les cuisses. Autre détail, c’est bien « Jeff Bauman » qui aurait  identifiée les suspects (déclaration faites lors de la conférence de presse du 18 avril à 17h20).

On rendra hommage à « Jeff Bauman » qui a la lucidité de reconnaitre deux suspects dans la foule, après avoir eu les jambes arrachées sur le coup par une bombe ? Les témoignages et les témoins de cette affaire sont des victimes qui ne souffrent d’aucun traumatisme moral, et qui pointent inévitablement du doigt, les deux mêmes suspects sans la moindre hésitation, cela sent les SS (services secrets) à plein nez. Comment ont-elles été capables d'isoler les frères Tsarnaïev dans la foule, d'autant qu'ils sont supposés avoir utilisé des télécommandes, donc ils ne pouvaient être vus, ni reconnus, encore une belle incohérence. Quand on sait que le coureur ne pense qu'à franchir la ligne et pas à dévisager les spectateurs...

Il est également étrange que l’armée privée « Craft Intenational » ait exactement les mêmes sacs à dos que les deux suspects, comme par hasard, et l’on se demande également pourquoi cette armée privée était sur les lieux avant et à l’arrivée du marathon ? Enfin, une quantité d’autres questions se posent sur cet attentat et surtout sur les coupables supposés qui semblent être les infortunées victimes d’un complot bien organisé, d’ailleurs, qui serait capable de bricoler un détonateur avec des télécommandes de jouet, hormis des spécialistes ?

Pour en revenir au « Patriot Act », celui-ci ne se limite pas aux sympathisants musulmans, aux musulmans, mais également aux Américains eux-mêmes.

Un américain moyen peut-être dénoncé par son voisin qui le considère anti-américain pour avoir tenu, par exemple, des propos contre le président Bush, contre la politique de son gouvernement, faisant de lui une sorte de terroriste en herbe, mais un danger tout de même qui ose semer le doute dans les esprits.

En clair, on est avec le Patriot Act ou contre le Patriot Act, si l’on est contre, on est un ennemi de l’Amérique, cela n’est pas sans rappeler une certaine période de l’histoire de l’Allemagne ?

Pour G.W.Bush ou contre G.W.Bush, pour Hitler, contre Hitler ? Pour ou contre ? Pas de demie mesure, ami ou ennemi, aujourd’hui, le juif laisse sa place au musulman et à tous ses sympathisants, c’est le nouveau bouc émissaire. Ainsi, grace à l'Amérique on ne peut plus regarder un musulman sans penser qu’il est islamiste et qu’il est éventuellement un terroriste, ce qui est une situation aberrante, mais c’est pourtant celle qu’a créé l’administration Bush, tout en renforçant les moyens des terroristes pour justifier ses actions. N’oublions pas que ce sont les USA qui ont entrainé et formé les talibans pour lutter contre les Russes.

Pourtant, dans l’affaire du « Patriot Act » l’Amérique elle-même est divisée et les Cours Fédérales Américaines ne se sont pas laissées faire et ont déclaré que les dispositions du « Patriot Act » étaient clairement anticonstitutionnelles, notamment en empêchant le FBI et le Département de la Justice d’avoir accès aux fiches de lecture des bibliothèques et des librairies. Malgré l’amendement du 15 juin 2005, le FBI a utilisé illégalement les dispositions du « Patriot Act »  pour espionner des citoyens Américains, la chasse aux communistes d’après guerre ne s’est pas arrêtée pour autant, elle continue aujourd’hui, mais le communiste laisse place au musulman, l’ennemi juré de l’Amérique depuis "le 11 septembre."

La question que l’on est en droit de se poser est :

-       - comment peut-on considérer les musulmans d’Afrique et d’Asie comme des ennemis de l’Amérique, ils n’ont rien, ont à peine de quoi se nourrir, vivent sous des dictatures restreignant leur liberté, comment peuvent-ils être un danger pour l’Amérique et pourquoi ? S’il existe de bonnes raisons, croyez bien que l'Amérique fait tout pour les dissimuler.

Ne serait-ce pas une cabale essentiellement économique et religieuse, une nouvelle croisade pour sauver la foi du christ, la peur de la Chrétienté face à un nombre d’adeptes de l’Islam de plus en plus nombreux ? Mais la terreur que sème les USA au Moyen Orient ne fait que renforcer la haine et le sentiment religieux des minorités, c’est donc un choix délibéré pour justifier des actions d’éclat et des guerres économiques et militaires.

Il fallait un nouvel ennemi à l’Amérique pour justifier de nouvelles guerres, de nouvelles ventes d’armes, il fallait un prétexte pour exploiter diverses économies et faire fonctionner un système pervers qui devait enrichir certains et en appauvrir bien d’avantage dans le reste du monde.

- L’affaire Brandon Mayfield est révélatrice de la manipulation organisée par le gouvernement américain pour fabriquer des faux cas, avec des fausses preuves pouvant servir les intérêts d’une société souveraine, comme l’est aujourd’hui l’Amérique, contre des individus gênant son fonctionnement unilatéral.

- Brandon Mayfield est un musulman américain, blanc, pas un terroriste, mais le fait d’être un musulman dans une société blanche, protestante et catholique fondamentaliste, est déjà de trop pour le gouvernement américain.

- L’affaire remonte au jeudi 11 mars 2004, un attentat sanglant à Madrid, (200 morts, 1400 blessés) revendiqué par des islamistes marocains. 13 bombes, 10 ont explosé et sur l’une d’elle on trouve, les empreintes de Brandon Mayfield, avocat blanc, américain et musulman, vivant paisiblement à Beaverton en Oregon, le 6 mai 2004.

La question que l’on se pose est :

- comment a-t-on pu trouver les empreintes de Brandon Mayfield sur une bombe en Espagne alors qu'il n'avait pas quitté le territoire américain ?

Comment le FBI a-t-il pu retracer de Madrid (Espagne) en Oregon (USA), le sceaux de la main de cet homme, qui se retrouve soudainement accusé d’un acte auquel il n’a pas participé et pour cause, les autorités espagnoles fourniront plus tard la preuve que ces empreintes étaient bien celles d’un terroriste Algérien et pas celles de l’avocat américain.

Comment donc le FBI est-il parvenu à confondre des empreintes digitales alors que chacun sait qu’elles sont uniques, et à les confondre d’un continent à l'autre ? C’est, qu’ils sont très forts au FBI ou clairement pilotés par une instance supérieure qui s'amuse à fabriquer des preuves irréfutables, comme celles inventées pour confondre Saddam Husein et déclarer la guerre à l'Irak.

En revanche, Brandon Mayfield est un activiste islamiste américain qui ne cache pas sa haine de l’Amérique, qu’il compare à l’Allemagne Nazie, il affirme même que l’administration Bush savait pertinemment que l’attentat du "11 septembre" était en préparation, et que c’était un excellent prétexte pour déclencher la guerre en Irak, c’est pourquoi l’administration Bush aurait été complice de cet acte odieux, la liberté d’expression est désormais soumise à condition aux USA. Les enquêtes sur cet attentat montrent les incohérences de cette attaque et l’éventuelle participation de certaines cellules gouvernementales US, mais ce ne sont que des suppositions, bien sûr, le FBI sait cela mieux que nous.

Sans être activiste, tout nous pousse à penser que le « Patriot Act » a beaucoup de choses en commun avec l'administration de Allemagne de 1933 à 1945, mais notons que le « Patriot Act » ne représente pas l’opinion de tous les Américains et nombre d’entre eux sont de véritables défenseurs de la démocratie et de la liberté de circulation et de parole, même si la Droite au pouvoir souhaite contrôler toute la population sous prétexte de terrorisme et qu’il vaut mieux espionner et priver les américains de liberté que de risquer une hypothétique « attaque terroriste. »

En Amérique, le danger se trouve plus à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, le nombre d’incarcérations et d’agressions mortelles, frisent le délire, et il y a certainement plus de criminels aux USA que de terroristes dans le monde, bien que l’on veuille nous faire croire le contraire.

Le drame aujourd’hui, est que l’on n’est plus capable de faire la différence entre une attaque terroriste islamiste et une attaque de type « terrorisme d’état » pour restreindre les libertés des citoyens, voter des lois anticonstitutionnelles et déclencher des conflits armés dans le monde pour piller les richesses des pays envahis.

Il suffit pour cela de se replonger dans l’histoire, pourquoi fait-on une guerre ?

Une guerre est essentiellement économique, on entre en conflit pour piller des richesses, pour étendre son territoire, Rome a conquis le monde, Rome a pillé le monde, les croisades, sous prétexte de religion, cachaient des pillages particulièrement avantageux pour les chevaliers du temple, la conquête des Amériques, la campagne d’Egypte, d’Italie pour Napoléon et la France ont permis à Vivant Denon de créer le Musée du Louvre… on commet nombres d’atrocités et de pillages au nom de Dieu et de son pays.

Le génocide amérindien par exemple, près de 250 millions d’âmes exterminées depuis la conquête des Amériques, un génocide dont personne ne veut entendre parler, ni prendre la responsabilité car l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, la Hollande et l’Amérique blanche…  n’ont eu aucun scrupule à exterminer ces êtres « sans âmes ». Comme les indiens ne croyaient pas au Dieu des Chrétiens, alors ils n’étaient pas humains, belle preuve de tolérance que l’on reproche à présent aux Musulmans. Nous, judéo-chrétiens avons eu nos heures d’intolérance assassine, que l’on ne l’oublie pas, les musulmans réclament les leurs.

Aujourd’hui, l’Amérique est en guerre ; mais dans une situation économique catastrophique, on ne part pas en guerre sans avoir l’espoir de gagner quelque chose en retour, il n’y a pas de guerres humaines, il n’y a que des conflits économiques développés pour s’enrichir, et il faudra bien que l’Amérique s’enrichisse après avoir vendu son pays à la Chine - 14. 300 milliards de dollars de dettes à la Chine en bons du Trésor - qui est quasiment propriétaire de l’Amérique aujourd’hui, un paradoxe politique, la Chine est communiste et l'Amérique son principal opposant ??? Encore une incohérence.

Que l’on ne nous dise pas que l’Amérique vient apporter la démocratie en Irak ou en Afghanistan, que l’on cesse de nous vendre des fausses vérités.

L’Amérique dépenseraient des milliards de dollars au risque d’appauvrir son peuple, pour libérer des musulmans à l’autre bout de la planète, pour les libérer de la tyrannie, libérer d’autres musulmans et en temps de crise par-dessus le marché ?

L'Oncle Sam à la défense des musulmans qu'il déteste ?

Comme par hasard, les iraniens ne sont pas tombés dans le panneau… Les perses ne sont pas des arabes, c’est un peuple qui s’est distingué historiquement, une culture d’une importance capitale pour le Moyen-Orient, même Alexandre était fasciné par les jardins suspendus de Babylone et par la grandeur de ce peuple. Cessons de croire que nous avons à faire à des idiots dans ces contrées où, malheureusement, l'extremisme religieux a pris le pouvoir d’une manière désastreuse.

Il n’est pas question de minorer l’importance tragique du Génocide entre 1937 et 1945 en Europe, mais 6 millions d’âmes comparées à 250 millions, c’est à peine 2% et pourtant, nos mémoires sont remplies de cette douleur tout en négligeant la douleur du peuple amérindien natif, mais ce ne sont que des indiens, n'est-ce pas ?

... et je ne parle pas des victimes du communisme instauré par Lénine, Trotski et Staline qui ont fait plus de 20 millions de morts, nos gouvernants passés et actuels ont du sang sur les mains et ne semblent absolument pas embarrassés d’être des assassins et nous les avons mis au pouvoir, nous avons donc le même sang sur nos mains et c’est inadmissible, intolérable, comme cela doit l’être pour les Américains qui veulent une démocratie sans contrôle de leurs libertés, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui, mais la politique de la terreur, de la crainte de l’autre, l’ennemi musulman, les pousse à accepter la répression de leurs libertés et à dénoncer leurs voisins, leurs amis, leurs frères...

La dénonciation, la délation est à présent un acte patriotique, vive les Salauds!

J’ignore comment les nommer autrement, ceux qui dénoncent sous prétexte d’idées differentes de celles autorisées par l'État.

- "Big brother is watching you, and small neighbour is denouncing you..."

Comme ils étaient heureux les américains après la mort de Ben Laden - qui soit dit en passant était un grand ami de G.W Bush et de son père - à chanter, à danser dans les rues comme des fous furieux, des bouteilles de bière à la main, mais quelle honte, était-ce la même joie qu’ont ressenti ceux qui ont crucifié le Christ ? Était-ce la même joie éprouvée par des islamistes qui brulent les effigient des présidents US et le drapeau Américain ?

Des réactions primaires, archaïques, sans la moindre élévation de l’âme, que de la haine et de la mort, l’espèce humaine mérite mieux que ces sentiments barbares.

Tout comme l’Amérique mérite mieux que ses dirigeants en faveur du « Patriot Act » qui est une insulte à la Démocratie, mais comme on peut le constater, il n’y a que du pouvoir et de l’argent, le reste c’est de la littérature, alors, préférons la littérature à cette société scandaleuse qui vit sur la mort de l’autre au lieu de bâtir ensemble une société intelligente, nous passons notre temps à détruire, soit la planète, soit les hommes, quelle race d’êtres sommes-nous ?

Sommes-nous dignes d’habiter cette planète qui, selon les textes sacrés, nous a été « prêtée » par Dieu ?

Toutes les sociétés primitives savent que la terre ne leur appartient pas, seules les sociétés perverties par le capitalisme, imposent des lois et vendent des terres qui ne peuvent appartenir à personne et qui devraient appartenir à chacun.

J’imagine, que cet article est un peu confus, car tout se mêle et s’entremêle, on ne peut toucher un sujet, sans en évoquer un autre, car tout est lié et tout est fait pour que nous ne prenions pas conscience des ces filiations qui expliquent la société dans laquelle nous vivons et qui fait de nous des monstres, or, je refuse d’être un monstre, et vous ?

Nous vivons une époque formidable…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.