Françoise Dolto : comprendre mon égarement

Comment je me suis fourvoyé sur Françoise Dolto pendant 3 jours

Ce 8 janvier, je prends connaissance de deux informations. D'une part, par hasard, une vidéo vieille d'au moins un an et portant sur le regard porté par Françoise Dolto sur la pédophilie.

Françoise Dolto défendait la pédophilie "consentante". Inceste et psychanalyse. © La chaîne qui pique !

Et, d'autre part, d'un article du Canard Enchainé, sur le même thème.

jfezfezrzeefh

 Je suis abasourdi. Comment Françoise Dolto, pour moi "phare" de ma vision sur l'enfance, a-t-elle pu avoir de telles positions ?

Pédiatre, mais pas psychanalyste, sur le moment, je suis aveuglé.  Et je fonce, tête baissée en proposant le billet suivant. Sans chercher à m'informer sur l'auteur de la vidéo, sans prendre un temps de recul !

BILLET DU 8 JANVIER

Ce document (voir la video) est un réquisitoire implacable contre des propos tenus par Françoise Dolto. Il n'y a rien à y redire.

Le Canard Enchainé de ce jour l'évoque aussi.

La célèbre psychanalyste d'enfants a-t-elle, à défaut d'excuses, des circonstances atténuantes ? J'en vois peu, quelques unes, peut-être deux. Pas pour excuser ou pour justifier. Pour essayer de comprendre.

En 1977, époque où elle s'exprime, Françoise Dolto a 70 ans. Souffre-t-elle de troubles neurologiques, genre Alzheimer  ? Apparemment pas, ce n'est donc pas de ce côté qu'il faille chercher des circonstances atténuantes. OK.

A l'époque, en France, les psychanalystes d'enfants se comptent sur les doigts d'une main. En raison de sa médiatisation, Dolto occupe toute la place et personne n'ose la contredire. On peut penser que, faute de contradicteurs et/ou d'interlocuteurs, elle se soit laissée emporter par sa toute-puissance. Possible.

Autre chose : la formation de Françoise Dolto a été très principalement tournée vers le petit enfant, le très jeune enfant, le bébé. C'est surtout à partir d'elle-même qu'elle s'est formée. Elle a confirmé un défaut de connaissance évident en considérant que l'autisme n'avait pour origine que le comportement des mères. Une lourde erreur.

C'est dans le domaine des tout petits qu'elle a apporté le plus. Alors, on peut penser que, faute d'une formation suffisante dans le champ complet de l'enfance, elle se soit laissée aller à penser qu'elle avait les compétences pour porter un regard vrai sur tout ce qui a trait à l'enfant. Possible.

Dolto, faute d'être excusée, a sans doute ainsi, pour moi, deux raisons de bénéficier de circonstances atténuantes, modestes mais néanmoins audibles.

Et faut-il, pour ces positions incompréhensibles, mettre au panier tous ses apports ?

Je dois reconnaitre que Dolto m'a apporté beaucoup. Comme père mais aussi comme pédiatre. Elle m’a fait voir mon métier sous un angle nouveau. Dans cette période de bouleversements pédagogiques, nous manquions de repères. Dolto était une personne généreuse. Sans doute, a-t-elle bénéficié des circonstances particulières qui faisaient, qu'à l'époque (Il est interdit d'interdire), les parents et les professionnels de l'enfance "avaient besoin" d'elle. Nul n'est parfait.

TROIS JOURS PLUS TARD

Au fil des commentaires, je me rends compte que je me suis fait avoir, que j'ai fonçé tête baissée dans le panneau d'une manipulation et d'informations biaisées. Je publie alors le commentaire suivant :

MES EXCUSES

Je voudrais présenter mes excuses à Françoise Dolto. Présenter mes excuses à sa fille Catherine. Présenter mes excuses à tous ceux qui connaissaient Françoise Dolto.

Je me rends compte que je me suis fait piéger : je ne suis pas psychanalyste, seulement médecin d'enfants.

Quand j'ai pris connaissance de la vidéo que je mets en exergue de mon billet et ensuite lu l'article du Canard Enchainé, j'ai été extrêmement surpris. Je n'en croyais pas mes yeux.

Dans un souci sincère de ce que croyais être de l'objectivité, j'ai pensé que j'avais le droit de porter ces "affirmations" à la connaissance des abonnés de Médiapart. J'avais tort.

Si j'ajoute à cela ce que plusieurs abonnés ont apporté dans mon billet (et dont je les remercie vivement), il est évident que je me suis fourvoyé, que je me suis laissé aller à rendre compte des éléments de cette "cabale". Je n’aurais pas dû entrer dans ce jeu. Je n'aurais pas dû me faire le porte-parole des auteurs de contre-vérités. J'aurais dû tourner 7 fois ma plume dans l'encrier et réfléchir avant d'écrire.

Mon erreur est que j'ai sans doute trop apprécié Françoise Dolto. Une circonstance atténuante, pas une excuse.

Pour éclairer les abonnés, un texte de Catherine Dolto, fille de Françoise, suite à ce qu'elle nomme "une cabale inexpliquée contre sa mère".

"Françoise Dolto fait depuis peu l’objet d'une attaque sur le net à propos de ses soi-disant prises de position pro pédophiles. Il s’agit d’une malveillance contre laquelle nous sommes impuissants puisque la loi française ne nous permet pas de réplique légale, on a le droit de diffamer les morts.

De quoi s’agit il ?


- D’abord d'un amalgame entre deux pétitions, l’une demandant l’abaissement de la majorité sexuelle que Françoise Dolto avait signée en compagnie de personnes très éminentes. L’autre demandant la libération de pédophiles avérés et condamnés qu’elle n’a bien entendu pas signée. Mais il se trouve que certaines personnes, pro pédophiles notoires, ont signé les deux pétitions. Cette affaire avait déjà été évoquée avec la même confusion il y a quelques années à la radio, j’avais obtenu une droit de réponse sur la même antenne à la même heure un mois plus tard. cf l’article que j’avais écrit dans Le Monde à ce propos. ( LIRE ICI) J’ajoute que tout cela se passait dans les suites à l’époque du suicide de Gabrielle Russier, professeur qui avait entretenu une relation avec un de ses élèves.


- De citations tirées de leur contexte dans lesquelles Françoise Dolto parle de l’inconscient et non du registre conscient. Cela dénature totalement ses propos bien évidemment.


- Des extrait d’un interview que j’ai retrouvé annoté de sa main disant que cela ne correspondait pas à ce qu’elle avait dit et que c’était affreux. Mais il est vrai qu’elle n’a pas attaqué les auteurs en justice car cela n’était pas son genre et elle était déjà très malade.

Tous ceux qui connaissent son œuvre et sa personne ne sauraient accorder le moindre crédit à ces dénonciations calomnieuses.

Françoise Dolto a toujours défendu farouchement la causes des enfants et il est bien évident que défendre les pédophiles ne pouvait faire partie de ses combats.

Il s’agit d’une volonté délibérée de lui nuire, pour des raisons que j’ignore, dans laquelle j’ai été instrumentalisée. En effet j’ai en toute bonne fois rappelé au téléphone leur auteur, qui m’avait prévenue de ses intentions, pour tenter de comprendre ce qui l'animait et de lui expliquer la réalité, mais au moment de cet échange je n’avais pas les documents sous les yeux, il en profite pour me décrire comme bredouillante et tombant des nues…cette manière d’utiliser cet échange en dit long sur l’état d’esprit de l’auteur de cette cabale."

PS. Ici tous les éléments de Catherine Dolto sur cette question.

CONCLUSION

Aujourd'hui, malgré notre sens critique, il peut nous arriver de nous laisser emporter par des sortes de fakes news. C'est mon cas. Prenons le temps de réfléchir, de prendre du recul, de nous informer avant d'écrire n'importe quoi.

Je n'efface pas ce billet, par respect pour ceux qui s'y sont exprimés, ceux qui m'ont permis de reprendre pied. Et peut-être aussi pour en apprendre à d'autres qui, comme moi, ont été abusé. Merci à tous.

PS. Je vous recommande surtout les commentaires de Moïra, Anne Guérin-Castell et Liliane Baie.

LE MONDE DE CE 17 JANVIER 2020

Le journal Le Monde revient sur cette "cabale" contre la pensée de Françoise Dolto soit la forme de 3 articles :

- une tribune de Catherine Dolto, fille de la célèbre psychanalyste, ici.

- un article de Claude Halmos, psychanalyste ayant travaillé avec F Dolto, ici.

  Elle évoque, entre autre, l'article du Canard Enchainé qui m'avait abasourdi.

- un article de Catherine Vincent, journaliste à Le Monde, reprenant le fil de la cabale et son contexte, ici.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.