Pourquoi je n'approuve pas la scolarité obligatoire à 3 ans

Pédiatre, je n'approuve pas la scolarité obligatoire dès 3 ans

554864-education-maternelle

Rendre la scolarité obligatoire dès 3 ans, c'est ne pas prendre vraiment en compte les besoins des enfants. Jusqu'à 3 ans (et souvent au delà), un enfant a besoin d'un environnement soutenant, adapté. La Maternelle ne répond pas toujours à ces besoins.

Bien sûr, souvent, aujourd'hui, même dans sa famille, un enfant ne trouve pas toujours des conditions de vie correspondant à ses besoins.

Mais, rendre la scolarité obligatoire, c'est privilégier le travail à l'extérieur des deux parents au détriment des besoins de l'enfant. Il voudrait mieux proposer des mesures financières pour permettre à l'enfant de vivre de façon adaptée dans son milieux.

En rendant obligatoire la scolarité à 3 ans, l’État fait passer un message erroné aux parents. L’État leur dit : "Rien ne vaut l'école pour élever votre enfant. L’École élèvera mieux votre enfant que vous. Votre responsabilité, pour le bien de votre enfant, c'est de le confier à l’État (Éducation Nationale)".

Certes, il est des familles dans lesquelles la scolarité dès 3 ans est la meilleure solution (dont apprentissage de la langue). Ces familles ne sont pas toujours capables de répondre aux besoins de leur enfants. Il vaut mieux qu'ils soient à l'école ! Mais ce n'est pas le cas pour toutes les familles !

Chaque enfant a des besoins particuliers : sommeil, câlins, repères, apprentissage propreté,...Normalement (et c'est pour moi la majorité des cas), les parents (éventuellement avec un soutien, avec un accompagnement) sont les mieux placés pour répondre aux besoins d'un petit enfant.

La plupart du temps, pour se socialiser (chose importante !) la fréquentation de l'école pourrait se résumer à un maximum d'une demi-journée par jour. Et pas nécessairement tous les jours !

Il est presque certain que, avec cette obligation de scolarité, les parents vont penser que l'idéal est "Tous les jours, tout le temps " !

Idéalement, au milieu familial reviendrait l'éducation" et à l'école "l'instruction", non ? Avant (jusqu'en 1932), on parlait du ministère de l'Instruction Publique. Après de  Éducation Nationale !

Accompagnons les parents, permettons-leur de parler de leur rôle de parents mais ne simplifions pas de cette façon. Toute souffrance vécue dans la petite enfance se paie plus tard.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.