Bébés sans bras : toujours le grand cafouillage de l'Etat

Alors que l’État s'était engagé à publier fin janvier un premier rapport d'enquête, nous assistons aujourd'hui à un cafouillage tous azimuts

L’État s'était engagé à publier "dès la fin janvier" un premier rapport d'enquête concernant ce drame.

Bébés nés sans bras : une enquête nationale lancée © Viking Eco

Dans la réalité et à ce jour, on en est nulle part. Où que l'on regarde, c'est partout l'imprécision, le silence. Un vrai cafouillage ! Qu'on en juge :

ENQUÊTE MENÉE PAR UNE STRUCTURE JUGE ET PARTIE

C'est Santé Publique France (SPF) qui, avec l'ANSES, avaient été désignés pour mener l’enquête. Or, c'est justement SPF qui était à l'origine de la révélation publique du drame. En effet, Mme Amar, responsable du registre Rhône-Alpes, avait porté l'affaire devant la population parce que SPF refusait de donner crédit à son travail. Dans cette affaire, SPF est donc juge et partie ! Pas vraiment de quoi donner des gages d'objectivité !

Mme Amar préconisait la nomination de "scientifiques indépendants". Proposition non retenue.

Aujourd'hui, SPF est dans silence complet et l'on peut se demander comment il va agir pour "ne pas perdre la face".

Nous ne savons pas quelles seront les modalités de l'enquête et qui sera entendu.

UN ORGANISME DE RECUEIL INADAPTÉ

SPF a évoqué un organisme de recueil pour aider à faire le point.  En l’occurrence le PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information). Or il s'avère que cet organisme sert à codifier les actes et n'est en rien compétant en matière épidémiologique. 11 cas évoqués par SFP à partir de PMSI se sont révélés être à 100% non concernés par des agénésies des membres (ATMS) ! Lire ici.

Rappelons que les organismes de recueil actuels ne couvrent que 19% du territoire : il y aurait urgence à mettre en place un vrai dispositif national. Lire ici.

UN CALENDRIER NON RESPECTE

Il était prévu un premier point d’enquête fin janvier. A ce jour, rien n'est prévu. La presse n'a pas été informée. Sans préciser de date, SFP évoque la "mi-février". Des familles avaient accepté de faire partie d'un "comité d'orientation et d'information" au sein de SPF et de l'ANSES. Aucune rencontre n'a encore eu lieu. Ces familles ont écrit une lettre ouverte au Ministre de la Santé, Mme Buzyn "demandant de la transparence et du sérieux". Lire ici.

°°°

Il y a 3 mois, dans son éditorial, le journal Le Monde demandait déjà à l’État  de traiter cette affaire hors de "toute confusion"...Lire ici.

Apparemment il n'a pas été entendu.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.