Concernant l'idée de révolution

L'idée de révolution telle qu'elle peut être défendue aujourd'hui

La liberté n'est jamais tombée comme un cadeau du ciel, même en cas de renversement du pouvoir. Toute phase de libération est suivie d'un regain des forces négatrices, les forces de répression et d'oppression qui reprennent momentanément le dessus. Consolider les forces affirmatives, trouver les moyens ou les " armes " pour combattre les figures changeantes et en constant repositionnement de la négation, telle serait la tâche proprement révolutionnaire.

  Les mots d'ordre « socialistes » traditionnels, nationalisation et planification, masquent la recréation inévitable d'une couche sociale bureaucratique dominante, accaparant la valeur produite. La révolution signifie que les hommes sont arrivés au niveau où ils peuvent sciemment produire et répartir la valeur, quittant ainsi l'âge de l'inconscience qui est celui du fonctionnement actuel de la politique et de l'économie. Age de l'inconscience où l'activité essentielle des hommes tend à être pensée et subie comme simple moyen au service de la croissance et de la puissance nues, l'appareil de production autonomisé se posant lui-même comme sa propre fin.

  Cela suppose le développement intégral de la phronèsis, de la capacité autonome de réflexion et d'action, libérée de toutes les inhibitions et entraves que le système s'efforce de maintenir et d'approfondir. Des hommes librement associés, qui mettent en commun la phronèsis (pensée et action), se rendent en effet par là même aptes à sciemment produire et répartir la valeur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.