Suite au decret qui vient de sortir sur l utilisation hors AMM du Rivotril

Le Rivotril est contre indiqué (AMM) dans les cas de dépression respiratoire sauf que là sur des patients atteints du Cov 19 qui sont déjà en dépression respiratoire ca tue forcément, même si l'idée du législateur est, je pense, de soulager la gestion de la phase terminale en indication hors AMM. Pour résumer, voici à mon sens les sept principaux problèmes éthiques de cette utilisation du Rivotril

Suite au décret qui vient de sortir (cf. en bas de page) sur l’utilisation du Rivotril injectable sur les patients atteints du Cov 19 par les médecins généralistes

Le Rivotril est contre-indiqué (AMM) dans les cas de dépression respiratoire sauf que là sur des patients atteints du Cov 19 qui sont déjà en dépression respiratoire on est en plein dans la contre indication, cela tue forcément, même si l’idée du législateur est je pense, de soulager la gestion de la phase terminale en indication hors AMM. Pour résumer, les sept principaux problèmes éthiques de cette utilisation du Rivotril hors AMM sont :


1) on déclasse subitement une molécule dangereuse a usage restreint hospitalier pour l'usage des médecins généralistes qui ne l’ont jamais utilisé pour cause d'usage restreint depuis des années

2) il est écrit dans le décret : prise en charge des patients atteints ou susceptibles d'être atteints
donc on est tous potentiellement atteints comme 70 % 80 % de la population (estimation perso)
donc légalement il est possible de tuer n’importe qui susceptible d'être atteint

3) il est écrit dans le décret : dont l'état clinique le justifie
là encore très pratique car les critères de "justification" ne sont pas listés dans le décret

4) il aurait fallu écrire "pour tout cas en phase terminale" attesté par deux témoins (famille ou personnel soignant) comme les suicides assistes en Belgique c’est dommage cela aurait été un bon garde-fou

5) quand on sait que la tuberculose, le tétanos, ou la listériose alimentaire sont parmi les 32 maladies à déclaration obligatoire par le généraliste.
Dans le cadre de ce décret le généraliste a le "permis de tuer" de sa seule initiative, sans témoins, sans justificatifs, et il n’a aucune déclaration a faire a l État, il n’a pas a rendre compte (c’est grave)

il aurait fallu demander que le généraliste fasse un prélèvement de sang et envoie le prélèvement a l'ARS juste avant l’injection : 
*pour prouver a posteriori que le patient était bien atteint du cov 19
*pour prouver a posteriori le manque d’oxygène dans le sang et la souffrance pulmonaire du patient
pour se justifier vis-à-vis de l’état et surtout des familles
et en plus, c’est celui qui injecte..... qui fait le certificat de décès dans la foulée
avec en plus une mise en bière immédiate pour cause de pandémie
ni vu ni connu
pas de témoin, pas de prélèvement justificatif, pas de déclaration a l’etat ca passe sous les radars des statistiques
c'est vachement pratique

Intérêt du décret : laisser les patients COV 19 chez eux, ne pas les tester, ne pas les déclarer dans les stats Cov 19, et surtout ne pas les envoyer au CHU car plus de respirateurs

6) je vous dis pas le nombre de familles qui vont porter plainte pour décès d'un proche en EHPAD contre les pauvres généralistes pour abus de position dominante. Cela va donner des échanges de ce genre :

"vous avez tué mon papa qui allait bien.... il était juste un peu essoufflé"
"j ai fait une injection léthale de Rivotril en mon âme et conscience par ce que l’état clinique le justifiait"
"vous avez des preuves ?" NON
je vous dit pas les proces à venir

7) par comparaison la chloroquine a été classée en substance vénéneuse.... et le Rivotril toxique déclassé....
cela choque

------------------------- texte du decret

E Philippe et O Véran légalisent par décret l’euthanasie des patients « susceptibles d’être atteint » du Covid-19.

L’euthanasie peut être pratiquée par simple prescription médicale jusqu’au 15 Avril 2020.

Et oui quand on a plus de respirateurs.....

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041763328&categorieLien=id

 

II.-Par dérogation à l'article L. 5121-12-1 du code de la santé publique, la spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l'objet d'une dispensation, jusqu'au 15 avril 2020, par les pharmacies d'officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d'être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l'état clinique le justifie sur présentation d'une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19 ”.
« Lorsqu'il prescrit la spécialité pharmaceutique mentionnée au premier alinéa en dehors du cadre de leur autorisation de mise sur le marché, le médecin se conforme aux protocoles exceptionnels et transitoires relatifs, d'une part, à la prise en charge de la dyspnée et, d'autre part, à la prise en charge palliative de la détresse respiratoire, établis par la société française d'accompagnement et de soins palliatifs et mis en ligne sur son site.
« La spécialité mentionnée au premier alinéa est prise en charge par les organismes d'assurance maladie dans les conditions du droit commun avec suppression de la participation de l'assuré prévue au R. 160-8

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.