Voir tous
  • L’explosions des charges de logement : quelles solutions écologiques?

    Par pierre bellin
    En 2009, je sortais chez Eyrolles "Ecosolutions à la crise immobilière et économique", suivant un ouvrage intitulé "L’habitat bio-économique" : j’avais choisi comme angle d’approche une analyse ancrée dans les coûts et l’espace tels que je les voyais dans le bâtiment individuel, étant alors maître d’oeuvre de maisons écologiques et créateur d’une éco-maison autonome fondée sur la boucle courte.
  • Emmanuel Macron : sous le lobbyisme actif des services secrets ?

    Par pierre bellin
    Emmanuel Macron n’était pas le candidat préféré des services secrets : ceux-ci manifestaient leurs penchants pour Nicolas Sarkozy, François Fillon et Manuel Valls. Ils jugeaient ésotérique la possibilité que l’ancien ministre de l’économie devienne président. Emmanuel Macron pourrait-il être instrumentalisé, comme l’a peut-être été François Hollande ?
  • Compteurs Linky : risque économique, risques sanitaires, dérive démocratique

    Par pierre bellin
    ERDF, filiale à 100% d’EDF, devenue « Enedis », réalise actuellement la pose des compteurs électriques Linky, qui se substituent à vos anciens compteurs. Ces compteurs, en fait des objets communicants, où les données passent par le courant domestique, présentent un risque sanitaire. En outre, ils risquent d'être un échec économique, et soulignent les insuffisances de la démocratie locale.
  • Comment François Hollande a intégré le logiciel de l’extrême-droite

    Par pierre bellin
    C’est François Hollande lui-même qui a élargi la faille morale dans laquelle s’est engouffrée l’extrême droite. Par avance, il a décrédibilisé le discours électoral du Parti socialiste. Il est incompréhensible à première vue que le Président de la République soit tombé dans ces pièges politiques. Mais en analysant sa façon de penser, c’est parfaitement compréhensible.
  • Tout sauf Manuel Valls : aux Primaires de la gauche opposez lui votre propre 49.3

    Par pierre bellin
    Aux primaires de gauche, votons contre Manuel Valls, servons-nous individuellement de notre "49.3" pour lui dire non et signez notre pétition. Laisser Manuel Valls représenter même une partie de la gauche aux élections présidentielles, c'est dire oui à des lois liberticides, inquisitrices, oui à une méthode économique impuissante à résoudre les problèmes de précarisation et d'inégalités.