Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2017

L'entropie anthropique

L’entropie cyclonique qu’on constate dans la zone des tropiques sur l’Atlantique est anthropique.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’entropie cyclonique qu’on constate dans la zone des tropiques sur l’Atlantique est anthropique : si l’on nous explique qu’il n’y a pas plus de cyclones qu’auparavant, en revanche, il est clair que le réchauffement climatique a considérablement renforcé l’intensité de ces mêmes cyclones par la simple élévation de température de l’eau de mer qu’on relève dans cette zone de l’Atlantique. Une température de 26 °C est le facteur déclenchant : elle permet l’évaporation qui est le principe moteur du cyclone. Plus l’eau est chaude, plus l’évaporation alimentera durablement le cyclone dans sa course dévastatrice  vers l’ouest. Et si ce phénomène bénéficie de vents favorables, le moteur gagne en puissance dévastatrice.

C’est ce qui s’est passé avec le cyclone Irma qui n’a eu de cesse de se renforcer dans son couloir tropical en direction de l’ouest, en atteignant une circonférence de plus de 600 km de diamètre et en passant en catégorie 5. Un autre cyclone dans son sillage, baptisé José, qui a fini par passer en catégorie 4, s’apprête à frapper de nouveau les îles des petites Antilles si durement éprouvées par le cyclone Irma, dont les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy. On dirait une réplique cyclonique, semblable au phénomène de réplique sismique. Une secousse tellurique en appelle une autre, un cyclone en appelle un autre, dans le couloir mortel des tropiques.

Entropie vient du grec entropia « retournement vers l’intérieur », qui dérive lui-même du radical tropos « tour, changement », d’où vient tropikos qui a donné le mot tropique en français. L’entropie caractérise le degré de désordre d’un système. Le dérèglement climatique est résolument entropique, et c’est ce phénomène qu’on voit à l’œuvre sous les tropiques. Il est étrange d’ailleurs d’observer comment le langage dit les choses par le jeu des contiguïtés morphologiques. Tropique, zone entropique, d’origine anthropique, n’en déplaisent aux climatosceptiques qui souffrent de cécité aiguë  et qui, pour la plupart, sont des serviteurs zélés des lobbys des énergies fossiles.

À l’entropie tropicale vient se rajouter une autre entropie, typiquement anthropique, qui mesure le désordre d’un système social donné. À la dévastation du cyclone dans l’île de Saint-Martin s’est rajoutée la désolation des scènes de pillages observées sur l’île, comme si la dévastation naturelle appelait la dégradation de l’ordre social. Et ce qui est remarquable dans ces épisodes de pillage et d’émeutes populaires,  c’est que ce ne sont pas des denrées de première nécessité qui sont pillées, comme on aurait pu s’y attendre, en raison de la pénurie d’eau potable notamment (l’usine de désalinisation d’eau de mer, qui approvisionne l’île en eau potable, ne fonctionne plus pour la simple raison que la centrale EDF sur place est hors service après le passage du cyclone), non, ce sont des biens high-tech, comme des téléviseurs, par exemple.

On peine à imaginer le niveau de catastrophe que pourrait occasionner le cyclone Irma s’il s’abattait avec la même puissance dévastatrice sur la mégapole de Miami, en Floride. Et les répercussions catastrophiques que cela pourrait avoir sur l’ordre social urbain, entropie anthropique oblige…

Une chose est claire, c’est que ce type de dévastation naturelle d’une ampleur sans précédent est un avertissement et le signe avant-coureur de ce que nous réserve l’avenir, placé sous le signe de l’entropie climatique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND