Pierre Daum
Journaliste / Chercheur
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2022

Pierre Daum
Journaliste / Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir

La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.

Pierre Daum
Journaliste / Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour sa grande exposition de l’été, le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille a choisi de présenter la vie de l’Émir Abd el Kader (1808-1883), grand personnage historique algérien. Cette exposition, ouverte en avril, a reçu un éloge unanime de la presse et de divers commentateurs.

Construite selon un parcourt chronologique efficace, dotée de tableaux, de sabres et de manuscrits originaux très bien mis en valeur, l’exposition ne souffre d’aucune imperfection formelle. De même, on ne peut que louer l’intention du Mucem de mettre en valeur un personnage algérien aussi important mais peu connu des Français, et considéré par les autorités algériennes comme un des premiers héros de la résistance à la colonisation française.

Cependant, à y regarder de plus près, on est effaré de constater que derrière la magnificence de la présentation réapparait, sans aucun recul critique, ce même récit du « farouche combattant qui finit par se rendre et par aimer la France » construit par le colonisateur dès la « pacification » de l’Algérie.

Petit rappel historique : Né dans une famille de l’aristocratie maraboutique de l’ouest du pays, près de Mascara, Abd el Kader unit en 1832 plusieurs tribus sous son commandement, et mène une guerre de résistance pendant quinze ans aux envahisseurs français. Il rend finalement les armes en 1847 contre la promesse de pouvoir s’exiler librement en Orient avec sa famille.

Quelques semaines plus tard, les autorités françaises se parjurent, et l’emprisonnent avec les siens (une centaine de personnes) d’abord à Pau, puis dans le château d’Amboise. Il y restera quatre années, dans des conditions très rudes (froid, humidité, malnutrition), avant d’être relâché à l’automne 1852 par le président Louis-Napoléon Bonaparte, deux mois avant qu’il ne s’autoproclame empereur des Français.

L’Emir Abd el Kader s’exile alors en Turquie, puis en Syrie, où il passera 28 ans (de 1855 à 1883), avant d’y décéder, à l’âge de 74 ans. En 1966, le président Boumediene fera rapatrier ses cendres pour une inhumation en grande pompe dans le « carré des martyrs » du cimetière El Alia à Alger.

L’exposition du Mucem n’édulcore en rien la violence de l’armée Française, évoquant même les massacres de civils algériens partisans d’Abd el Kader lors des « enfumades » pratiquées selon la « doctrine Bugeaud » par les généraux Cavaignac et Pélissier en 1844 et 1845.

Le parjure français est largement documenté, comme les conditions de vie à Amboise : une archive nous apprend que sur les 94 personnes composant la cour de l’Emir, 25 y trouvèrent la mort, dont l’une de ses femmes et deux de ses enfants. Arrive ensuite la libération du malheureux prisonnier, après une courte visite de Louis Bonaparte à Amboise.

Apparait alors dans l’exposition un grand tableau de François-Théophile-Etienne Gide, Les chefs arabes présentés au prince président (1852), où l’on voit Abd el Kader s’agenouiller devant le maître de la France et lui baiser humblement la main. Un texte rédigé par les commissaires de l’exposition nous explique que l’Émir, plutôt que de partir tout de suite en Orient, aurait décidé de se rendre à Paris pour remercier le prince français de sa magnanimité. C’est tout. Sans aucune autre explication.

Comme s’il était naturel que ce chef rebelle, trahi, emprisonné indument, qui a vu le quart de sa famille et de ses fidèles mourir de faim et de maladies dans les pièces glaciale du château d’Amboise, dont des milliers de ses partisans ont été « enfumés » sur ordre des généraux français, décide de retarder son installation hors du pays de sa prison pour venir baiser humblement la main du chef de l’État ennemi.

L’Émir a-t-il été victime d’un syndrome de Stockholm avant l’heure ? Ou bien y a-t-il eu négociation secrète entre lui et le président Bonaparte dans laquelle, en échange de sa liberté (et d’une pension annuelle de 100 000 francs, nous apprend un fac-similé du Journal illustré de 1852), il s’engageait à aider ce dernier à se construire une image de pouvoir et de bonté utile à son coup d’État institutionnel organisé deux mois plus tard – et aux cérémonies duquel, retardant encore plus son départ, Abd el Kader va participer ?

L’exposition ne pose aucune question, reprenant implicitement à son compte l’idée de l’époque que tous les Algériens, surtout s’ils étaient sages et intelligents comme l’Émir, ne pouvaient que reconnaître non seulement la force militaire de la France, mais surtout la puissance de ses valeurs de modernité et d’humanisme.

Dès lors, c’est sur ce fil conducteur-là que se poursuit l’exposition.

On y voit un Abd el Kader échangeant une correspondance avec plusieurs grands esprits français, dans laquelle il exprime son admiration pour la France, son peuple et son esprit de modernité . Il effectue plusieurs voyages à Paris pour participer, comme invité de marque, aux expositions universelles.

Une pièce entière est consacrée à son soutien sans faille au projet de percement du canal de Suez par le diplomate et entrepreneur français Ferdinand de Lesseps, un projet éminemment colonial, destiné à transporter à moindre coût les matières premières de l’Indochine et des Indes vers l’Europe – mais de cela, l’exposition n’en dit mot, préférant rapporter la glose de l’Émir vantant un canal « reliant les peuples de l’Orient à ceux de l’Occident ».

Et surtout, le Mucem nous montre un Abd el Kader certes musulman, voire très pieux et très pratiquant, mais soufi – ce qui signifie, dans l’imaginaire occidental, un gentil musulman pas du tout agressif. Et en plus vaguement franc-maçon, preuve évidente de sa « tolérance » !

Avec comme point d’orgue les fameuses émeutes anti-chrétiennes de juillet 1860 à Damas, où Abd el Kader se serait interposé au péril de sa vie pour les sauver. Un épisode répété ad nauseam dès qu’il s’agit de L’Émir Abd el Kader (l’exposition en fait même un « précurseur des droits de l’homme »), comme s’il était a priori étonnant qu’un musulman veuille sauver des chrétiens. Par contre, rien ne mentionne la religion des assaillants, laissant supposer qu’ils étaient musulmans – alors qu’ils étaient druzes, une ethnie dont les croyances ismaéliennes sont très éloignées de l’islam.

Presque un siècle plus tard, en 1949, quatre ans après le soulèvement de Sétif et de Guelma et les massacres d’Algériens qui s’ensuivirent, le gouverneur général français d’Algérie fit ériger près de Mascara une grande stèle à la mémoire d’Abd el Kader.

Sur la face principale du monument est inscrite une phrase attribuée à l’émir : « Si les Musulmans et les Chrétiens me prêtaient l'oreille, je ferais cesser leurs divergences et ils deviendraient frères à l'intérieur et à l'extérieur. »

Magnifique travail de propagande, qui vide tout sens politique à la contestation de l’ordre colonial inaugurée à Sétif, et qui, au lieu de dénoncer les crimes perpétrés depuis un siècle par la France sur le peuple algérien, propose « l’apaisement des communautés ». Cette stèle n’apparait nulle part dans le Mucem. Et pourtant, on le comprend, elle y aurait été bienvenue, tant sa citation reflète l’état d’esprit macronien à l’origine de l’exposition.

Le Mucem est en effet un musée national, inauguré par le président François Hollande en 2013. La nomination de son directeur se fait en conseil des ministres, et le choix de ses grandes expositions requiert l’aval du ministre de la culture.

Après avoir inauguré l’érection d’une stèle en hommage à Abd el Kader à Amboise, le 5 février 2022, l’Élysée a nommément cité, dans un communiqué daté du 18 mars suivant, l’exposition du Mucem comme faisant partie de la « démarche de vérité [du président Emmanuel Macron] visant à construire une mémoire commune et apaisée ». L’étape suivante sera d’ailleurs la création d’un « musée de l’Histoire de France et de l’Algérie », qui devrait ouvrir ses portes à Montpellier, nous précise le communiqué.

Un comité scientifique est déjà mis en place, piloté par Florence Hudowicz, conservatrice au musée Fabre de Montpellier, et… co-commissaire de l’exposition Abd el Kader du Mucem. Dès 2003, un premier projet de « musée de la France en Algérie » avait vu le jour à Montpellier, porté par Georges Frêche, ancien édile sulfureux de la ville.

Selon les mots du maire, ce musée était destiné à « rendre hommage à ce que les Français ont fait là-bas ». Après une première démission du comité scientifique, choqué de se faire insulter par Mr Frêche (« Rien à foutre des commentaires d’universitaires trous du cul, on les sifflera quand on les sollicitera ! »), l’édile avait sollicité Florence Hudowicz pour tenter de relancer le projet. Puis il était mort, son successeur avait repris la flamme, et un nouveau comité scientifique avait été constitué, toujours sous la direction de Mme Hudowicz.

En 2014, changement de maire, et abandon brutal du projet. Il réapparait aujourd’hui au cœur de la politique mémorielle d’Emmanuel Macron, soi-disant dans un esprit radicalement différent, selon les quelques éléments recueillis ici ou là. En parcourant attentivement l’exposition du Mucem, on a toutes les raisons d’en douter.

Ouverte le 6 avril dernier, l'exposition se poursuit jusqu'au 22 août 2022. Elle est accompagnée d'un catalogue très intéressant, publié aux éditions Actes Sud, comportant des textes plus critiques que l'exposition elle-même.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste