Pierre Funalot
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2017

Vincent Peillon à l’ombre d’un grand Cedre

Un nouveau centre de recherche au budget hypertrophié, de l’égalitarisme à géométrie variable, et un ancien ministre qui couvre ses arrières. Que se passe-t-il rue d’Ulm?

Pierre Funalot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les faits

Dans son édition du 28 décembre, « Le Canard Enchaîné » s’est attaqué au cas Peillon. L’hebdomadaire satirique a révélé la création d’un centre de recherche sur le républicanisme, au sein duquel l’ancien ministre de l’Éducation Nationale siège au titre de membre du conseil scientifique. Logé dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, le « Cedre » (centre européen d’études républicaines) dispose d’un budget « très modeste » pour Vincent Peillon : la bagatelle de 150 000 euros annuels.

Le directeur du Cedre, quant à lui, n’est autre qu’Olivier Christin, un ami de longue date du député socialiste, révèle le Canard. C’est d’ailleurs le même Christin qui l’a aidé à trouver un poste de professeur associé à l’Université de Neuchâtel, en Suisse. Poste qu’il a occupé pendant deux ans. Petits services entre amis, budget somptuaire, et intervention du chef de l’État, qui a entériné la création du centre : le Cedre, de près et de loin, ressemble bien à une coquille dorée à la disposition d’un candidat qui assure déjà ses arrières.

Un centre de recherche sur le Républicanisme

Le courant philosophique du républicanisme consiste en une alternative au socialisme: c’est une doctrine politique qui prône l’égalité avant tout. Vincent Peillon, qui a bien évalué le potentiel électoral du républicanisme, veut se poser comme un expert en la matière. C’est une des (nombreuses) justifications de la création du Cedre.

Celui-ci est d’ailleurs en lui même un paradoxe. Alors qu'il rassemble des chercheurs qui étudient un courant par essence égalitariste, il bénéficie d’un budget de fonctionnement très conséquent (150 000 euros) par rapport aux autres centres de recherche créés cette année. Alors, égalitaire, le Cedre? Un  chercheur en biologie que nous avons interrogé est amer : « en sciences, lorsqu’un nouveau labo ouvre, on lui accorde 20 000 euros annuels, pas plus ». Alors quelles peuvent bien être les justifications d’un tel écart? Le coup de pouce de François Hollande, qui a signé de sa main la lettre de mission consacrant la création du centre? Les amis bien placés de l’ancien ministre? Son expérience professionnelle, qui lui a valu le titre de professeur associé, en Suisse? Vincent Peillon, le champion autoproclamé de l’égalité, consacre ici une injustice criante.

La Belle Alliance Populaire

Si Vincent Peillon s’est donné autant de mal pour créer le Cedre, c’est en partie parce que celui-ci était censé lui permettre de revenir sur la scène publique et politique hexagonale. Et ainsi, d’être candidat à la primaire de la « Belle Alliance Populaire ». Il a réussi. Mais son parcours récent n’a rien de « beau », ni de « populaire ».

Avec des candidats à la morale discutable, aux discours faibles et aux propositions éculées, la primaire étouffe avant d’avoir eu lieu. Le peuple de gauche ne rêve plus, et la belle alliance populaire n’est qu’une illusion sortie de l’imaginaire de communicants. Mais Peillon peut s’en moquer. Il pourra, si il échoue cette année, attendre patiemment cinq années supplémentaires. À l’ombre de son grand Cedre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
par carlita vallhintes