Armes et port d'armes, un américain écrit à un sénateur et cite Hollande

13433330-1097330986971741-4851154574863377885-o

Le sénateur Leahy, le vendredi 17 juin, a rejoint plus de 600 Vermonters, pour célébrer le coup d'envoi du carnaval d'été pour le Programme de repas du District Summer Milton School. Un programme mis en place pour veiller à la qualité de la nutrition et l'assurer pendant les périodes de vacances.

Un américain très à l'écoute, et concerné, écrit au sénateur démocrate du Vermont Patrick Leahy.

" Sénateur, les événements récents d'Orlando, San Bernadino, New York amplifient simplement les raisons de l'existence de la loi  S 1132/2010  - modifiée 2010 - re, the Law Enforcement Safety Act, que vous avez portée et pour laquelle vous vous êtes battu et qui est passée. 

Cette loi a fait ses preuves à ce jour, et si malheureux que ce soit à dire, je pense que ce qui s'est passé  - Orlando - va démontrer son bien fondé, de plus en plus d'autant que nous commençons à voir se produire de plus en plus d'attaques de Lone Wolf Terror - terme utilisé par les agences de sécurité u.s. et officialisé par les suprématistes blancs -.

Cependant, la loi n'est pas parfaite et je crois qu'elle nécessite des retouches mineures.

En France, récemment, un officier de Police qui n'était pas en service, et sa femme ont été ciblés et tués par un terroriste de l' ISIS, seulement parce qu'il était agent de police.

Dans sa réponse, lors de leur hommage posthume, le président français Hollande a promis de ... " prendre des mesures pour garantir l'anonymat des officiers de police et il a dit que la police serait autorisée à porter leurs armes, en permanence, en dehors du service."

Deux choses que de nombreux agents de police, actifs et retraités, américains ont exprimées, ce qui rendrait la loi S 1132/2010 plus efficace serait, d'une part, de permettre aux agents de police porter les chargeurs de munitions qu'ils détiennent  avec leur arme. Habituellement 17 ou 18 cartouches.

Chaque État des États-Unis dispose d'une loi différente pour le nombre porté ou autorisé, certains sont de 7 cartouches, d'autres de 10 tours et d'autres encore n'ont pas de lois du tout.

Si survient une situation où un agent peut se heurter à un ou deux tireurs, qui ont probablement des armes illégales de grande capacité, donner, aux agents de police, la capacité de pouvoir utiliser plus de balle est une bonne chose et la chose à faire.

La loi fixe déjà le type de munitions transportées, la quantité de cartouches dans le chargeur devrait pouvoir être également inclue dans la loi et autorisée. Deux chargeurs de 10 par officiers qui feraient 20 cartouches, et deux de 18, 36. Croyez-moi, disposer de16 cartouches supplémentaires dans une fusillade, utilisées ou pas, est une chose très réconfortante et utile à savoir.

D'autre-part, étant donné qu'il y aura toujours des citoyens qui refusent de permettre aux agents d'en disposer dans leur propriété privée, comme la NFL, il s'agit non seulement de réduire le nombre d'endroits où le public n'est pas protégé,  mais également de permettre également à l'officier de porter son arme au lieu d'avoir à la laisser à la maison à certains moments.

Par exemple, le bureau de poste, certains bureaux du gouvernement et de l’État.  Un exemple important, mon  gendre, capitaine dans une grande LE Agency, doit laisser ses armes à feu à son domicile quand il va chercher ses enfants à l'école.

Honnêtement, tout en l'accompagnant, j'ai plusieurs fois rencontré les parents des autres élèves, tous officiers de police, ramasser leurs enfants.

Personnellement, je ne pouvais pas penser qu'il y ait un meilleur endroit pour un officier qu'il soit en service ou non, voir à la retraite, de détenir et de disposer de son arme que dans une école pour  protéger nos enfants. Je suis sûr qu'il puisse y avoir d'autres aspects des choses pour d'autres agents,  mais ces deux me semblent être dans les esprits de beaucoup, beaucoup d'autres agents, en activité ou retraités, que je rencontre.

Merci et je vous souhaite la meilleure santé qui soit. "

Rick D.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.