Réquisitoire de 15 ans de prison pour militants d’« Artpodgotovka ».

Moscou, le 3 juin 2020, le procureur militaire a requis contre Andrei Tolkachev et Yuriy Korny 15 ans de prison à régime sévère et 8 ans contre Andrei Kepti. Ils sont accusés d’être membres de l’organisation « Artpodgotovka » déclarée terroriste en Russie et dirigée par Viacheslav Maltsev réfugié en France. Un complice devenu témoin à charge a disparu.

Andrei Tolkachev © Tolkachev Andrei Tolkachev © Tolkachev
Yuriy Korny © Korny Yuriy Korny © Korny
Le 12 octobre 2017, les accusés Andrei Tolkachev, Andrei Kepti et Yuriy Korny avaient été arrêtés en compagnie d’un certain Dmitri Murmalev sur la place du Manège à Moscou. Le FSB (ex-KGB) les soupçonnait d’avoir eu l’intention d’incendier quelques bottes de foin humide abandonnées sur le pavé après une exposition. Selon les enquêteurs, ils voulaient créer ainsi un vent de panique, prélude à la révolution programmée le 5 novembre 2017 par Viacheslav Maltsev. Précisons : il n’y a eu aucun incendie et rien n’a brûlé. 

Dmitri Murmalev a été libéré cinq jours après son arrestation. Il ne sera pas poursuivi. Ses compagnons n’ont pas eu cette chance. Leur « complice » Dmitri Murmalev, une fois libéré, s’est transformé en témoin à charge contre ses anciens camarades et en commis voyageur du FSB. Il est venu plusieurs fois en France où il a rencontré des réfugiés de Artpodgotovka. Il se déplaçait sous couvert d’une société russe « Pemberton-Yacht-service » représentée à Antibes.

Carte de visite porfessionnelle de Dmitry Murmalev © Nadejda Petrova Carte de visite porfessionnelle de Dmitry Murmalev © Nadejda Petrova
Le 15 mars, lors d’une audience, le juge a annoncé d’une voix laconique que Dmitri Murmalev avait été assassiné deux mois plus tôt d’un coup de couteau au cœur. Murmalev ne parlera plus.

Foin humide © Nadejda Petrova Foin humide © Nadejda Petrova
Mais les fabulations du FSB semblent ne pas avoir de limites. Selon les agents de Lubyanka, Nadejda Petrova avait pour mission de diriger cette escouade en lui transmettant les ordres de Viacheslav Maltsev réfugié en France. La "pétroleuse" devait leur fournir du carburant, une scie électrique et du matériel d’escalade pour abattre des pylônes électriques et plonger Moscou dans le noir. Nadejda Petrova devait former militairement cette poignée de complices pour leur permettre d’affronter l’armée régulière russe. Les incendies, le vent de panique et l’obscurité alliés aux techniques expérimentées avec succès à Maïdan auraient permis aux conspirateurs de « Artpodgotovka » de s’emparer du Kremlin. Ces lignes ne sont que des citations des rapports du FSB et de la justice russe, dont chacun peut prendre connaissance.

Nous avons réussi à extraire Nadejda Petrovka des griffes de Lubyanka. Dans un premier temps, elle s’était réfugiée en Autriche, mais le Kremlin a tenté de la « récupérer » avec un mandat Interpol. Un réseau de solidarité l’a amenée in extremis en France. D’autres militants de « Artpodgotovka » ont réussi également à nous rejoindre. Ceux qui se sont fait arrêter en Russie sont lourdement condamnés.

Nous devons nous mobiliser pour que ces nouveaux procès de Moscou cessent, pour soutenir et obtenir la libération de tous les prisonniers politiques du Goulag de Poutine.

Rassemblement : samedi 6 juin à 11h00, rue de Russie à Biarritz.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.