Les anarchistes biélorusses et le judas bayonnais « Indar beltza »

En Biélorussie, en Russie, les anarchistes sont arrêtés, torturés et lourdement condamnés. Pendant ce temps, le judas bayonnais « Indar Beltza », relais idéologiques de Poutine et de Loukachenko sur la côte basque, protège le repos des bourreaux et combat les opposants politiques à ces régimes fascistes et mafieux.

Les quatre partisants biélorusses. © avtonom.org Les quatre partisants biélorusses. © avtonom.org
Quatre anarchistes biélorusses ont été arrêtés par les gardes-frontières de Loukachenko.

Que s’est-il passé en Biélorussie ?

  • Le 22 octobre, des voitures ont été incendiées sur le parking du bureau du procureur de la région de Soligorsk.
  • Le bâtiment administratif du Comité d'État pour l'expertise médico-légale a été attaqué.
  • Dans la nuit du 28 octobre, le bâtiment de la police de Mozyr a été incendié.

À la frontière ukrainienne, près du village de Zabozie, un groupe d'anarchistes-révolutionnaires a été arrêté par des gardes- frontières. Il s’agit de Igor Olinevich, Dmitri Dubovsky, Dmitri Rezanovich et Sergey Romanov. Ils ont été transférés à la prison du KGB à Minsk et inculpés de terrorisme en bande organisée.

Chacun des détenus luttait depuis des années contre l'État fasciste de Loukachenko et subissait sa répression depuis de nombreuses années.

Igor Olinevich, anarchiste de Minsk, est un ancien prisonnier politique. En novembre 2010, il a été arrêté par le FSB de Moscou et condamné à 8 ans de prison de haute sécurité. Gracié par décret présidentiel du 22 août 2015, il a écrit le livre « Je vais à Magadan », traduit en plusieurs langues et primé. Après sa libération, il a continué à participer au mouvement anarchiste à l'étranger.

 Dmitry Dubovsky, anarchiste de Soligorsk, a été mis en 2010 sur la liste des personnes recherchées en tant qu’anarchiste biélorusse. En novembre de la même année, le FSB russe a tenté de l'arrêter à Moscou, mais il a réussi à s'échapper. Pendant 10 ans, Dima s'est caché en Russie et en Ukraine. Il a publié ses carnets de voyage et a participé au mouvement anarchiste.

 Dmitry Rezanovich, anarchiste de Gomel, a été arrêté le 16 mars 2014 après avoir traversé la frontière ukraino-russe à Koursk. Il avait des documents au nom de son frère. Il a été soupçonné d'avoir commis un sabotage sur le territoire de la Russie. Le FSB n'a pas trouvé de preuves suffisantes pour cette version et l’a accusé de franchissement illégal de la frontière russe sans document valides. Le 3 juillet, un tribunal a décidé de l’expulser de Russie et l'a condamné à une amende de 15 000 roubles. Le 25 juillet, il  a été expulsé vers la Biélorussie. Il est resté un participant actif du mouvement anarchiste.

 Sergei Romanov est un anarchiste de Gomel. En 2013, Romanov a été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis pour avoir gardé 14 grammes de poudre à chasse chez lui. En 2014, Sergei a été condamné à 6 ans de prison, la peine a été réduite à cinq ans. Il a été libéré en juillet 2019, mais s'est vu imposer des restrictions à la surveillance préventive, telles qu'une interdiction de quitter la ville et de changer de lieu de résidence, une interdiction de visiter les bars, restaurants, magasins et autres lieux de distribution d’alcool, un couvre-feu de 22h00 à 6h00, l'obligation de se présenter à la police une fois par semaine.

 Tous ces hommes ont une conscience et clairvoyance civique ainsi que des qualités morales claires. Chacun d'eux est un anarchiste convaincu, un combattant pour une Biélorussie nouvelle et libre, sans police antiémeute, de KGB, où il n'y aura  pas de place pour la violence contre la liberté de manifester ses opinions.

Le dictateur Loukachenko © DW Le dictateur Loukachenko © DW
Les anarchistes détenus ne cachent pas qu'ils ont été impliqués dans des incendies de voitures, des dommages matériels, des sabotages. Toutes ces actions sont directes. Elles n’ont entraîné aucune blessure ou mort de personnes. Les révolutionnaires anarchistes n'ont pas cherché à atteindre cet objectif. Ils ont seulement choisi la voie de la lutte partisane pour contribuer à la résistance populaire contre le régime de Loukachenko. Face à un dictateur qui menace, arme à la main, ses opposants, la possession d’une arme est légitime. Aujourd’hui, l’État biélorusse ne tient que par la violence militaro-policière d’un dictateur désemparé. Voilà la vraie structure terroriste qui maltraite, arrête, torture les personnes non armées, qui s’introduit par effraction dans les appartements, cafés des magasins. Les anarchistes ne font rien de tel.

L'anarchisme est une auto-organisation d'entraide. Les quatre anarchistes biélorusses ont fait preuve de solidarité avec leur peuple martyrisé. On peut ne pas être d’accord avec la forme de leurs actions, comme l’auteur de ces lignes, mais on ne peut nier qu’ils sont dévoués à la cause de leur peuple et de sa liberté.

Indar Beltza, Bayonne © Pierre HAFFNER Indar Beltza, Bayonne © Pierre HAFFNER
 Les judas bayonnais de « Indar Beltza » ne sont pas des anarchistes. Seulement des relais idéologiques de Poutine et de Loukachenko sur la côte basque. Sur cette photo, vous verrez que leur arme, c'est la bouteille de spiritueux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.