Lioudmila Oulitskaïa contre l’arbitraire.

Lioudmila Oulitskaïa, écrivain russe, a reçu en France le prix Médicis étranger pour Sonietchka et le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes. Elle est chevalier de l’ordre des Palmes académiques, chevalier de l’ordre des Arts et Lettres, et officier de la Légion d’honneur. Le 10 juin 2018, elle est intervenue à Moscou contre l’arbitraire et la répression.

 

Lioudmila Oulitskaïa © Sotavision

Le 10 juin à Moscou, un meeting a eu lieu contre l’arbitraire et la répression. Les manifestants se sont prononcés contre les violations des droits de l’homme en Russie. Ils ont également exigé la libération des prisonniers politiques dont celle du régisseur ukrainien Oleg Sentsov en grève de la faim.

Le thème aurait dû être mobilisateur en ces temps répressifs. Hélas ! Les estimations les plus exagérées ont compté 3.000 personnes. Il y en avait certainement moins de la moitié. Doit-on désespérer pour autant ? Certainement non selon Lioudmila Oulitskaïa. Il y a cinquante ans, lorsque les troupes du pacte de Varsovie sont intervenues en Tchécoslovaquie, seulement sept personnes ont osé protester sur la Place Rouge. Pourtant aujourd’hui la Tchécoslovaquie est indépendante d’une URSS qui s’est elle-même effondrée.

Ces sept téméraires avaient voulu provoquer un débat que le pouvoir a refusé. Il lui en a pâti. La répression tente d’interdire un dialogue entre les autorités et le peuple. C’est cette absence d’échange qui provoque la chute des régimes. Bien sûr, nous sommes des êtres vivants dotés d’un instinct de préservation. Les régimes policiers nous effrayent. Mais ils ne sauveront pas les régimes.

Lioumila Oulitskaïa  affirme : nous devons être pour l’humanisation de notre société pour l’humanisation des relations sociales. Et cela se produit plus que jamais en Russie. Selon Lioumila Oulitskaïa il n’y a jamais eu autant d’institutions caritatives, de bénévoles sociaux en Russie. Ce volontarisme c’est notre réponse humaine à la politique répressive du Kremlin. Il vaincra.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.