Nous exigeons la décolonisation du Tatarstan.

Hier, 250 personnes se sont rassemblées à Kazan pour commémorer les défenseurs de la ville morts en 1552 lors de sa prise par les troupes d’Ivan le Terrible.

Kazan, journée du souvenir. © chechenews Kazan, journée du souvenir. © chechenews
Hier, 250 personnes se sont rassemblées à Kazan pour commémorer les défenseurs de la ville morts en 1552 lors de sa prise par les troupes d’Ivan le Terrible.

Parmi les personnalités tatares, il y avait des représentants des républiques voisines de Bachkirie et d’Oudmourtie, ainsi que les épouses des personnes accusées d’avoir eu des liens avec l’organisation religieuse « Hizb ut-Tahrir » et condamnées à de lourdes peines.

Les manifestants ont protesté contre l’abolition par Moscou de l’enseignement des langues nationales. Cela conduira à l’élimination officielle des républiques et des peuples autochtones de la Fédération de Russie.

Les manifestants brandissaient des slogans : « Le Tatarstan n’est pas une région, mais un État ! », « 1552 —Les Tatars sont toujours vivants ».

Les intervenants ont déclaré : « Notre situation est pire qu’en 1552. Nous avons perdu notre État, le khanat de Kazan, et maintenant, nous perdons notre nation, notre identité : le peuple tatar. Nous nous perdons nous-mêmes ».

Actuellement, le Tatarstan n’est pas un État, mais une administration coloniale russe. Nous donnons tous nos impôts à Moscou, nous envoyons nos fils à l’armée russe, nous vivons selon les lois russes, et la Russie interdit notre langue. Cela signifie que nous n’avons pas notre propre État et nos propres lois qui protègent le peuple tatar.

 La situation avec la langue tatare est pire qu’en 1552. Maintenant, les Tatars sont obligés de parler le russe. Les enfants tatars ne savent pas compter en tatar, écrire et parler le tatar. Donc nous n’avons plus de langue ! Notre langue est en perdition. Si nous avions une identité nationale, il y aurait maintenant un million de personnes ici, comme dans les États baltes.

 

Républiques de la moyenne Volga © soviet-tour Républiques de la moyenne Volga © soviet-tour
Vous devez répondre à la question : que voulez-vous ? Rester Tatar et musulmans ou devenir Russe ou Chinois ? Nous devons entrer sur la scène internationale en réclamant la décolonisation du Tatarstan. Nous, les Tatars, habitons un territoire occupé depuis 1552 par la Russie. Nous devons expliquer au monde entier que nous vivons dans une colonie russe ! Non seulement nous les Tatars, mais les autres peuples de la Volga, les Oudmourtes, les Bachkires, les Tchouvaches, les Maris, les Mordoves. Nous exigeons la décolonisation du Tatarstan, la reconnaissance que notre territoire est occupée actuellement.

 Nous sommes menacés par Moscou d’extrémisme si nous évoquons la décolonisation du Tatarstan et son indépendance. La politique nationale de la Russie est inconstitutionnelle. Elle contredit les lois internationales.

 Dans une résolution, les participants ont demandé au président du Tatarstan de se battre pour que la communauté internationale reconnaisse les résultats du référendum du 21 mars 1992 qui avait déclaré l’indépendance du Ta

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.