Le chaman Gabyshev enlevé sur sa route vers Moscou.

Ce matin, le chaman Alexandre Gabyshev a été enlevé par des hommes masqués et armés sur une route sibérienne. Il entendait rejoindre Moscou pour en chasser Poutine. Dans un contexte de crise politique et économique, comment la Sibérie réagira-t-elle à l’enlèvement du prêtre chamaniste ?

Un chaman pour Poutine © Radio Svoboda
Alexandre Gabyshev n’attendra pas Moscou. Il avait déjà parcouru plus de 2 000 kilomètres à pied en tirant un chariot le long des routes sibériennes. Après une halte sur les rives du lac Baïkal, il poursuivait sa route en direction d’Irkoutsk qu’il n’atteindra pas. Aujourd’hui, à six heures du matin, une quarantaine d’hommes masqués et armés de mitraillette ont encerclé sa tente. Ils ont pénétré par effraction, ils l’ont jeté à terre, puis ils l’ont traîné dans une voiture et ont disparu. Toute personne demandant des explications a été couchée face contre terre.

Le chaman serait accusé d’extrémisme, de trouble à l’ordre public, ou de démence.  

Voilà quatre mois que le chaman yakoute parcourt les routes de l’Extrême-Orient russe en direction de Moscou d’où il entend chasser Poutine. Au cours des deux mille premiers kilomètres, il a discuté avec des centaines de personnes. Les vidéos de ses sermons ont été visionnées plus d’un million de fois. Il semble réveiller sur son passage tous les sentiments anti-Poutine.

Gabyshev prétend agir sur ordre de Dieu. Il considère que Poutine est un démon, la nature ne l’aime pas. Là où Poutine apparaît, les catastrophes se produisent. Seul un chaman peut le chasser. La sorcellerie réussira là où la politique a été vaine.  Gabyshev est convaincu que son devoir est de restaurer la démocratie et l’harmonie en Russie pacifiquement, sinon par la force. 

Le 12 juillet, dans la ville de Tchita, Gabyshev a pris la parole lors du rassemblement « Russie sans Poutine ». La branche régionale du Parti communiste et l’organisation sociale et politique Solidarité civile ont réuni à cette occasion 700 personnes.  À la fin du rassemblement, les participants ont posé des questions au chaman et se sont fait photographier avec lui. Le diocèse orthodoxe de la ville s’est prononcé contre le rassemblement et a exprimé des doutes sur sa santé mentale du chaman. 

 En août, la presse a annoncé que « le chaman le plus célèbre de Russie », Alexandre Gabyshev, s’approchait d’Oulan-Oudé. Une douzaine de bénévoles l’accompagnent désormais tout au long de son parcours. Son escorte grossit.

Les médias ont rapporté que le chaman avait soigné un habitant d’Oulan-Oudé d’un mal de tête chronique. Le sorcier a mis ses mains sur la tête du patient et a proclamé : « À partir de maintenant, votre tête ne vous fait plus souffrir. Vous êtes en bonne santé. Allez en paix ! » La douleur a miraculeusement disparu.

 En Bouriatie, le chaman a rencontré les premiers obstacles majeurs. Le 23 août, la police a saisi la voiture « Lada » rouge du groupe. Elle lui a conseillé de contourner la ville. Les compagnons de Gabyshev, grâce aux dons, ont acheté un fourgon. Celui-ci lui a été saisi également.

 Le 28 août, des chamans concurrents sont allés à la rencontre de ce confrère. Ils ont exhorté Gabyshev à renoncer au chamanisme. Ils ont déclaré : « Expulser Poutine n’est pas un bon objectif. » Des chamans d’une organisation parallèle ont sacrifié cinq chameaux « pour la gloire de Poutine et pour renforcer la Russie et ses peuples ». Malgré cela, à Oulan-Oudé, des sentiments antigouvernementaux ont surgi après les élections frauduleuses de maire le 8 septembre. Un meeting a eu lieu dans la soirée du 9 septembre. Au début, la principale revendication était la libération de deux partisans du chaman Gabyshev. Le 9 septembre, des policiers anti-émeutes sont intervenus sur la place centrale de la ville, sans pouvoir toutefois disperser la manifestation . Un gradé de la garde nationale locale a demandé à ses collègues de ne pas exécuter les ordres illégaux et de ne pas réprimer les manifestants. Des opposants ont toutefois été arrêtés et condamnés à de la prison, parmi eux, Dimitry Bayrov, un partisan du chaman Gabyshev.

Le Kremlin craint que le sorcier sibérien réveille les esprits de la nature à un moment inopportun. Les élections partielles du 8 septembre ont mis en évidence une sérieuse baisse d’influence du parti de Poutine à Moscou ainsi que dans tout le pays. Dans la capitale, les candidats du pouvoir n’ont obtenu que 25 postes sur 45. Les régions, Yakoutie, Ingouchie, Ekaterinbourg, Arkhangelsk, sont secouées par des manifestations diverses et sérieuses. Certes, Le FSB contrôle l’orthodoxie, quasi-religion d’État, mais en cas de crise, le comportement de millions de musulmans, bouddhistes, chamanistes, juifs et des athées, reste incertain. Comment réagira l’opinion publique à l’arrestation du chaman Gabyshev ?

L’assassinat du prêtre et prédicateur orthodoxe Alexandre Men le 9 septembre 1990 avait précédé l’effondrement de l’URSS survenu un an plus tard. L’enlèvement du chaman Alexandre Gabyshev pourrait déclencher la tempête qui emportera la Fédération de Russie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.