Du pain, du football et toujours la répression.

Le site « Nœud caucasien » dénonce les violations des droits de l’homme dans le sud de Russie. Il tient une page thématique « Dissidence en Tchétchénie ». Alors que les foules s’enflamment sur les stades russes, la répression se poursuit dans une indifférence totale. En premier lieu, elle frappe les journalistes et les humanitaires.

Zhalaudi Geriev

Zhalaudi Geriev © Caucasian knot Zhalaudi Geriev © Caucasian knot

 Zhalaudi Geriev est un journaliste tchétchène, correspondant du « Nœud caucasien ». Le 5 septembre2016, il a été condamné à trois ans de prison fermes sur des accusations de possession de drogue.

 Avant son arrestation officielle, Geriev a été enlevé le 16 avril 2016 par des hommes armés sur le chemin de l’aéroport, alors qu’il avait déjà acheté le billet d’avion et s’était enregistré pour le vol par internet.

Les kidnappeurs ont saisi ses téléphones et son sac à dos, dans lequel ils auraient trouvé de la drogue. Ces personnes armées ont emmené le journaliste dans une forêt, l’ont ligoté et lui ont confiné la tête dans un paquet. Ils l’ont accusé d’agir contre les autorités tchétchènes. Ils lui ont posé des questions concernant ses activités journalistiques et l’ont contraint à admettre la possession de marijuana. En septembre 2016, des agents du FSB l’ont rencontré en prison et lui ont proposé la liberté en échange d’informations. Geriev a refusé. Il a renié ses aveux extorqués sous la violence. Cependant, le verdict de première instance, le condamnant à trois ans de prison fermes, a été confirmé par la Cour suprême de Tchétchénie. Elle a rejeté le pouvoir en cassation. Mémorial, ainsi que plus d’une douzaine d’organisations internationales des droits de l’homme a reconnu Geriev « prisonnier politique ».

Alexandre Tolmachev © Caucasian knot Alexandre Tolmachev © Caucasian knot

 Alexandre Tolmachev a consacré plus de 15 ans à la lutte contre la corruption. Il est rédacteur en chef du journal « Je suis compétent pour m’exprimer » et du magazine « Pour Rostov ». Il a été arrêté en décembre 2011, accusé d’extorsion. Le 29 octobre 2014, Tolmachev a été condamné à 9 ans de prison à régime sévère. Il réfute les accusations.

 Les militants des droits de l’homme considèrent l’affaire de Tolmachev totalement artificielle. Elle a été fabriquée, car Tolmachev dénonce la corruption du système judiciaire et celle des pouvoirs publics. Dans la région de Rostov, des rassemblements ont été organisés pour soutenir le journaliste.  Le “Comité d’action populaire de la ville” indique que “ses publications révélatrices ont irrité la mafia judiciaire”.

Alexandre Valov

Alexandre Valov © Caucasian knot Alexandre Valov © Caucasian knot
Alexandre Valov est un blogueur russe. Son site “BlogSochi” est devenu inaccessible après son arrestation. Valov est actuellement en prison. Il est accusé d’extorsion par le député de la Douma d’État Yuri Napso. Ce dernier est membre du parti ultranationaliste de Vladimir Jirinovsky. Valov a été arrêté le 19 janvier 2018. Avant son arrestation, une perquisition a été effectuée dans son appartement.

 Selon l’enquête, il aurait reçu 300.000 roubles pour ne pas publier des informations critiquant ce député. Elles faisaient état de ses biens et de ses proches. L’accusé lui-même prétend que ces 300.000 roubles lui ont été payés pour des services de publicitaires. Il affirme que l’accusation tente de faire fermer son site “BlogSochi”.

 En juillet 2017, le député avait déposé une plainte contre Valov dans le cadre de ses publications. Le 27 septembre 2017, le tribunal de Sotchi a satisfait la demande du député Yuri Napso concernant son honneur, sa dignité et sa réputation. Le tribunal a condamné Alexandre Valov, propriétaire du site “BlogSochi”, à 1 million de roubles d’amendes, et l’un des blogueurs Vladimir Melnikov à 500.000 roubles. Valov a fait appel, mais le tribunal régional l’a rejeté.

Oyub Titiev

Oyub Titiev © Caucasian knot Oyub Titiev © Caucasian knot

 Le représentant local de “Memorial”, Oyub Titiev a été arrêté le 9 janvier 2018. Oyub Titiev recueillait des informations sur des personnes disparues en Tchétchénie. On l’a accusé de posséder de la drogue. L’affaire est totalement fabriquée.

 Comme si cela n’était pas suffisant, le neveu de Oyub Titiev, Adam Titiev, a été arrêté 23 mai, sur la base des mêmes accusations. En Tchétchénie de Kadyrov la loi des clans s’impose. Les proches doivent aussi payer.

Nombre de personnes poursuivies pour motif politique en Russie © Mémorial Nombre de personnes poursuivies pour motif politique en Russie © Mémorial
 Le graphique ci-contre publié par Mémorial montre le nombre de personnes persécutées pour des raisons politiques en Russie. Leur nombre augmente sans cesse. L’année 2018, qui n’est pas finie, confirme cette progression. On aurait pu espérer que le Mondial aurait aidé à capter l’attention des médias sur les problèmes des droits de l’homme en Russie. Hélas, ce n’est pas le cas. Les foules s’enflamment sur les stades. Sans plus !

 À cette heure, Poutine n’a rien cédé. Oleg Sentsov et bien d’autres croupissent toujours dans leur prison. L’auréole du Mondial et des victoires de l’équipe de Russie pourrait enhardir le régime dans sa voie répressive.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.