Biarritz, reine des plages et mafia de Poutine.

Le secret le mieux gardé de la côte basque : un château qui domine la Chambre d’amour. Ses voisins ignorent qui l’habite. Je leur ai révélé le nom de ses occupants.

Discussion devant chez Poutine © PIERRE HAFFNER

Cette villa féérique, qui se dresse à Biarritz au-dessus de la « Chambre d’Amour », a été achetée en 1992 par Poutine avec de l’argent mafieux volé à la ville affamée de Saint-Pétersbourg où il était maire adjoint. Ses propriétaires y vivent le plus discrètement du monde. Ils n’aiment pas la publicité.

Un accord secret conclu avec les autorités de la ville garantit l’anonymat de ses occupants. Monsieur le Consul xxxx veille au bon respect des engagements moraux qui procurent à la ville sa prospérité avec l’argent qui vient du « pays du froid ».

Poutine, alors qu’il était directeur du KGB, venait séjourner régulièrement à Biarritz.

En août 1999, au cours d’une nouvelle villégiature dans la ville, l’oligarque Boris Berezovsky, émissaire de la « famille » du Président Eltsine, l’y a rencontré. Eltsine était sénile. Il fallait passer le pouvoir à un homme sûr, susceptible de préserver les intérêts de la mafia au pouvoir. Poutine fera l’affaire.


Quelques années plus tôt, en 1991, un mouvement de contestation se levait en Russie. Le parti communiste et le KGB perdaient le pouvoir. Le système communiste s’effondrait. Une nouvelle ère démocratique commençait, pensait-on ? Non ! Car en 1999, ce complot de Biarritz a ramené les hommes de l’ancien système au pouvoir. Poutine, membre du parti communiste et agent du KGB, est devenu le nouvel autocrate à vie de Russie.

En septembre 1999, les immeubles d’habitations se sont mis à exploser en pleine nuit. Ces attentats ont été organisés par Poutine lui-même. Ils lui ont permis de se présenter en homme fort, sauveur du peuple russe. Le président par intérim, désigné par Eltsine, devenait président à vie. La Russie replongera dans les heures les plus sombres de son histoire.

Après 18 ans de pouvoir, Poutine est toujours en place. Le 18 mars 2018, il rempilera encore pour 6 ans de plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.