Bernard Golse, les affaires familiales et le charlatanisme de la psychanalyse !

Les magistrats sont formés et conseillés par des psychiatres de pratique psychanalytique dès l'ENM (Ecole Nationale de Magistrature). Les travailleurs sociaux utilisent des outils dérivés de la psychanalyse (Analyse Systémique, Analyse Transactionnelle, PNL, etc.). Ce billet contient une caricature humoristique pour évoquer ce sujet.

Caricature Bernard Golse Psychanalyse Caricature Bernard Golse Psychanalyse

Pendant plusieurs décennies, des associations dites de pères ont cru bon de soupçonner les magistrats des affaires familiales de sexisme basique (guerre des sexes) pour leurs décisions qui visent à prioriser le redoutable droit de visite classique lorsque la mère est en désaccord avec une éventuelle demande de résidence alternée. Cette référence au sexisme basique se justifiait selon ces associations sur la base du simple fait que ces magistrats sont majoritairement composés de femmes (95% des JAF sont des femmes). Les greffiers sont des femmes. Les avocats sont majoritairement des femmes... Les services sociaux sont majoritairement composés de femmes. Cependant, pour ma part, je refuse de croire que le sexisme basique (guerre des sexes) puisse être la composante principale des raisons qui motivent les magistrats de dissuader les pères de famille d'obtenir une résidence alternée pour leurs enfants lorsque la mère n'y consent pas. Je suis persuadé que les magistrats sont globalement honnêtes et soucieux de juger en fonction de l'intérêt de l'enfant.

Cependant, il faut être aveugle pour ne pas observer que :

  • les magistrats sont formés par des psychiatres de pratique psychanalytique dès l'ENM (Ecole Nationale de Magistrature),
  • les travailleurs sociaux utilisent des outils dérivés de la psychanalyse (Analyse Systémique, Analyse Transactionnelle, PNL, etc.) et évidemment des bases de psychanalyse,
  • les experts psy travaillant pour les tribunaux sont de pratique psychanalytique à la hauteur de 70 ou 80 % des effectifs...

Pour savoir ce que dit la psychanalyse sur la parentalité, notamment celle du père : Lien. Les psychanalystes dogmatiques exercent un lobbying auprès des magistrats : Lien. Je vous propose également d’écouter le témoignage d'Evelyne Sullerot dans la vidéo ci-dessous à partir de 50' et 40"...

Entretien avec Evelyne Sullerot : parcours d'une féministe authentique © agenceinfolibre

La majorité des enfants du divorce est en garde classique (résidence principale chez la mère). Les indicateurs de la garde classique sont les suivants : Lien. On voit donc clairement que les décisions de justice génèrent de la souffrance aux enfants et aux pères de famille. Indirectement, on peut souligner que ces situations génèrent également de la souffrance aux mères puisque celles-ci se plaignent ensuite d'être discriminées dans leurs carrières professionnelles... et puis comment une mère aimante pourrait-elle se réjouir que son enfant souffre ou sombre dans la délinquance ? Pourtant les décisions de justice actuelles sont en adéquation avec la "théorie" psychanalytique (uniquement fondée sur des croyances) qui soutient qu'il existerait une hiérarchie des rôles parentaux ! La psychologie du développement démontre le contraire. Notons qu'en dehors de ces souffrances, ce sexisme scientifique de la psychanalyse (par analogie au racisme scientifique du 19ème siècle) entraîne certaines personnes et certaines associations vers une haine anti-père, voir même anti-homme : Lien.

Selon les fervents défenseurs du freudisme, les parents devraient se remettre en question avant de remettre en question la psychanalyse !!! Pourtant ce sont bien des psychanalystes dogmatiques qui écrivent des livres dont le contenu relève de l'escroquerie intellectuelle : Lien. Ce sont bien des psychanalystes dogmatiques qui exercent un lobbying sur les décisions de justice : Lien. Ce sont bien des psychanalystes dogmatiques qui ont fabriqué une pétition au contenu mensonger afin de perturber des débats démocratiques de l'assemblée nationale en mai 2014 : Lien. Ce sont bien des psychanalystes dogmatiques qui ont trompé le magistrat Marc Juston et le Centre d'Analyse Stratégique du 1er ministre : Lien. Et qui rédigent des expertises psychiatriques biaisées : Lien ? Et qui a fait une utilisation inconvenante du nom du célèbre pédiatre Thomas B. Brazelton afin de faire croire à un prétendu calendrier dont même l’institut Brazelton n’a jamais entendu parlé : Lien ? Ce sont des parents ???

Finalement, Marie-Laure Théodule a bien raison lorsqu'elle écrit : "La psychanalyse est en perte de vitesse. Discutée en tant que théorie scientifique, contestée comme thérapie, l'ex-rebelle qui libérait la parole des névrosés est à son tour une forteresse assiégée. Peut-elle encore tirer son épingle du jeu ?" Lien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.