Avertissement : Le contenu de ce billet sera régulièrement modifié en fonction des mises à jour. Ce billet à été révisé le 29 juin 2014.

 

1) Indicateurs quantifiables (approuvés par la communauté scientifique)

  • 70% des enfants désirent passer autant de temps avec chacun de ses deux parents séparés[1].
  • 93% des enfants pensent que la résidence alternée est dans leur intérêt supérieur[2].
  • Il y a un consensus que les parents aussi bien que les enfants à hébergement alterné rapportent un degré de satisfaction «élevé», avec des proportions variant de 67%[3] à 84%[4].

 

2) Avis divers (approuvés par la communauté scientifique)

  • Les 9/10ème des études parues sur le sujet démentent que l'hébergement alterné est producteur de pathologies et montrent au contraire ses aspects positifs[5].
  • Une bonne entente entre les parents est préférable mais pas indispensable[6].
  • Degré plus élevé de satisfaction des parents en résidence alternée (page 38)[7].
  • Les pères s'investissent davantage dans leur rôle parental[8].
  • L’unité psychique de l'enfant, dépend moins de la réalité matérielle que de la réalité psychique[9].
  • Meilleurs résultats scolaires[10] [11].
  • Meilleure adaptation générale des enfants à la séparation physique des parents[12].
  • Meilleures relations familiales avec père et mère[13].
  • Moins de troubles de comportements et de problèmes psychologiques[14].
  • Favorise la relation d’activation (c’est avec le père que les comportements exploratoires sont davantage stimulés)[15].
  • Les conflits entre parents diminuent avec le temps dans les ententes de garde partagée (résidence alternée) et ils augmentent dans celles de garde exclusive (idem pour les faits de violence)[16].
  • Permet à chaque parent d'avoir, alternativement, plus de répit pour lui-même, puis pour l’enfant (ce qui est un avantage puisque les deux parents travaillent le plus souvent)[17].
  • Les enfants construisent une cohérence de leur territoire permettant leur enracinement identitaire[18].
  • Evite le phénomène des "pères du dimanche" appelés aussi « papas Mac Do » ou « papas crème glacée »[19].
  • Permet souvent aux parents de régler des problèmes financiers et d’être davantage sensibilisés aux coûts que représente l’éducation des enfants[20].
  • Organisation plus fréquente entre les parents dans le cadre des jeunes enfants du fait des overnight qui sert à ne pas nuire à la relation d’attachement avec les deux parents (La plupart des tout petits peuvent supporter sans aucun stress deux nuits consécutives chez chaque parent mais la pratique voudrait que l’alternance soit d’une journée par année d’âge).
  • La résidence alternée est généralement perçue comme un mode de garde plus coûteux que la garde classique[22]. Cependant, peu de recherches quantitatives existent à ce sujet. En partie peut-être en raison des calculs complexes et discutables que nécessite l’évaluation des coûts liés à l’éducation des enfants.
  • Les pères passent plus de temps avec leurs enfants et sont plus près d’eux que lorsqu’un autre mode de garde est retenu, même si on tient compte de la situation socio-économique et de la qualité de la relation parent-enfant qui existait avant le divorce[24].
  • Lorsque la résidence alternée est retenue, moins de pères « se désengagent » que lorsque la mère a obtenu la garde exclusive[25].

 

3) Avis contestés par la communauté scientifique

  •  « Eczéma, Dépression et Angoisse chronique » : Aucune des publications mentionnant de tels troubles n’est capable de faire la part des choses à cause d’un manque d’objectivité. Aucune n’a pu faire l’objet d’une publication dans une revue internationale sérieuse.
  • Des parents demanderaient la résidence alternée afin de réduire la pension alimentaire qu’ils doivent verser aux enfants, tandis que d’autres la refuseraient afin précisément de toucher une pension alimentaire plus élevée pour leurs enfants, mais aucune donnée empirique n’est venue corroborer ces affirmations[23].

 

4) Avis reposant sur le bon sens

  •  « Les statistiques montrent des résultats véritablement positifs, Baisse des contentieux et de la surcharge des tribunaux… »[21].
  • Favorise le déroulement de carrière des mères dans leur vie professionnelle.
  • L'enfant change de lieu de vie régulièrement mais pas plus que dans le cadre d'une garde classique et moins souvent que dans le cadre d’une garde classique avec un droit de visite élargit.
  • Réduit la longueur et le nombre des procédures, ce dont souffrent de nombreux enfants.
  • Constitue un bienfait pour la notion de Famille, de Fraternité.
  • Constitue un bienfait pour l’Economie.
  • Dans les pays où la résidence alternée ne peut être refusée si un parent la demande, un certain nombre de divorce de divorces est évité. Or ce qui fait en premier souffrir les enfants c’est la séparation de leurs parents.
  • Evite aux enfants de pénibles auditions devant des « experts » ou des magistrats (source de souffrance par conflit de loyauté).
  • La résidence alternée est un exemple démocratique pour l’enfant : il est face à 2 parents égaux.

 


[1] Etude du Professeur de psychologie William  Fabricius (2003) : Lien

[2] Etude du Professeur de Psychologie William Fabricius (2003) : Lien

[3] Rothberg B – 1983 - Exposé de M. Jan Piet H. de Man, pédopsychologue et psychologue de la famille - Doc 51 1673/014 - Chambre des Représentants de Belgique (27 janvier 2006) dans le Rapport fait au nom de la sous-commission Droit de la Famille par Mme Valérie Déom. : Lien

[4] Ahrons C – 1980 - Exposé de M. Jan Piet H. de Man, pédopsychologue et psychologue de la famille - Doc 51 1673/014 - Chambre des Représentants de Belgique (27 janvier 2006) dans le Rapport fait au nom de la sous-commission Droit de la Famille par Mme Valérie Déom. : Lien

[5] Audition de Gérard Poussin référencée dans le Rapport parlementaire N 2832 du 25 janvier 2006 relatif à la famille et aux droits des enfants – Tome II – Gérard Poussin. (page 534) : Lien

[6] Exposé de M. Jan Piet H. de Man, pédopsychologue et psychologue de la famille - Doc 51 1673/014 - Chambre des Représentants de Belgique - 27 janvier 2006 - Rapport fait au nom de la sous-commission Droit de la Famille par Mme Valérie Déom. : Lien

[7] Rapport canadien référencé : 2004-FCY-3F (voir page 38) : Lien

[8] Rapport canadien référencé : 2004-FCY-3F. : Lien

[9] Etude de De Singly (2000) référencée dans « La résidence alternée, une expérience généralement bien vécue », elle-même Publiée dans Divorce et Séparation, n°1 - 2005 - Gérard Neyrand. : Lien

[10] Métaanalyse de Robert Bauserman (2002) référencée dans le rapport Kruk. : Lien

[11] Buchanan, MacCoby, Dornbusch (1996) référencés dans le Rapport de Peter Tromp.(site New Zealand Centre for Political Research) : Lien

[12] Métaanalyse de Robert Bauserman (2002) référencée sur le site de l'American Psychological Association : Lien

[13] Métaanalyse de Robert Bauserman (2002) référencée sur le site de l'American Psychological Association : Lien

[14] Métaanalyse de Robert Bauserman (2002) référencée dans le rapport Kruk. : Lien

[15] La relation père-enfant et l’ouverture au monde - Daniel Paquette – 2004. : Lien

[16] Rapport de recherche du Professeur Edward Kruk (2008). : Lien

[17] Rapport canadien référencé : 2004-FCY-3F : Lien

[18] La résidence alternée, une expérience généralement bien vécue – Article publié dans Divorce et Séparation, n°1 (2005) - Gérard Neyrand. : Lien

[19] Rapport canadien référencé : 2004-FCY-3F. : Lien

[20] Rapport canadien référencé : 2004-FCY-3F. : Lien

[21] Selon Maître Yola Minatchy Spécialiste du droit Européen.

[22] Carberry, 1998; Arendell, 1995a; Morrow, 1995; Melli et Brown, 1994; Zinner, 1998 : référencées dans : Sharon Moyer - Les Ententes Relatives à la Garde des Enfants : Caractérisitiques et Répercussions - 2004-FCY-3F - Ministère de la Justice du Canada - Page 28 : Lien

[23] Sharon Moyer - Les Ententes Relatives à la Garde des Enfants : Caractérisitiques et Répercussions - 2004-FCY-3F - Ministère de la Justice du Canada - §4.8 - Page 19 : Lien

[24] Kline et al., 1989; Arditti, 1992 : référencées dans : Sharon Moyer - Les Ententes Relatives à la Garde des Enfants : Caractérisitiques et Répercussions - 2004-FCY-3F - Ministère de la Justice du Canada - §6.1 - Page 33 : Lien

[25] Coysh et al., 1989; Kline et al., 1989 : référencées dans : Sharon Moyer - Les Ententes Relatives à la Garde des Enfants : Caractérisitiques et Répercussions - 2004-FCY-3F - Ministère de la Justice du Canada - §6.1 - Page 33 : Lien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.