Honnechy : Un château de contes de fée

Le Château de Honnechy © Pierre Reynaud Le Château de Honnechy © Pierre Reynaud
En France, toutes les régions abritent de très belles demeures anciennes, mais la plupart d'entre elles, ne sont pas connues. Souvent même, elles sont oubliées aux fins fonds des campagnes, sans qu'un passant ou un voyageur s'y arrête et s'y attarde. Et pourtant, ces pierres d'un autre temps méritent que l'on s'y intéresse, puisqu'elles sont la mémoire d'une époque et d'un héritage national ou régional.

C'est ainsi que l'on rencontre au hasard d'une route ou d'un simple chemin, quelques châteaux, manoirs, abbayes, cloîtres ou autres habitations de caractère dont les extérieurs attirent volontiers notre regard, ébloui par tant de beauté.

De cette manière, j'ai découvert au cours d'une ballade dans le Cambrésis aux portes de l'Avesnois, un magnifique château du XVIII° siècle niché discrètement au cœur du village de Honnechy. Et comme cette demeure pouvait intéresser mes amis de La Renaissance, une association spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine, nous avons décidé de poursuivre nos investigations historiques.

De la route, la bâtisse semble endormie au centre du parc qui l'entoure. La demeure n'est pas spécialement majestueuse, mais elle est belle, très belle peut-on dire même sans aucune exagération, car l'authenticité du manoir est spectaculaire.

Alors, par simple curiosité tout d'abord, on s'interroge sur ce château et surtout sur son passé. Après une petite enquête d'historien, on apprend qu'il a été édifié à partir de 1706 et que sa construction a été achevée en 1720, attestation sur le frontispice à l'appui.

En allant un peu plus loin, on s'aperçoit vite que le château est plutôt chargé d'histoire.

A l'origine, se dressait à sa place un château fort, propriété des seigneurs d'Honnechy, dont les origines remontent au XIII° siècle. Cette forteresse jouissait de plusieurs souterrains dont les principaux axes atteignaient alors, la ville du Cateau et même celle de Guise située à une vingtaine de kilomètres. Trois de ces excavations existent encore aujourd'hui et sont parfaitement accessibles jusqu'à un certain niveau.

Selon diverses sources, on apprend que le château fort abrita à l'époque des émissaires du roi Henri II lors de la signature du traité du Cateau-Cambrésis (1559).

Mais ensuite, notre regard se tourne vers la demeure bâtie au début du XVIII° siècle. Le château connut des périodes brillantes pendant quelques années, mais la Révolution mit un terme aux fêtes et aux réjouissances qui se déroulaient au domaine. Les membres de la famille Lemoine issue des seigneurs d'Honnechy, échappèrent de peu à l'échafaud aux heures sombres de la triste époque de la Terreur.

Depuis, le château a changé de mains plusieurs fois, mais a toujours conservé sa splendeur d'antan. Son histoire s'est écrite dans le temps et plus proche de nous, elle est liée au général britannique Smith-Dorrien en 1914 et un peu plus tard, au général d'armée Gaston Billotte en mars 1940 au début de la Seconde Guerre.

De même, la demeure a connu un écrivain célèbre en la personne de l'académicien André Maurois qui y séjourna en juillet 1947.

Aujourd'hui, l'association La Renaissance a décidé de s'investir dans le projet d'achat du château et de sa restauration. Ainsi, s'est créée récemment, l'association des Amis du Château de Honnechy qui s'occupera de la mise en valeur du domaine, avec la fondation d'un pôle chargé de promouvoir des manifestations artistiques.

Par cette démarche, La Renaissance prend l'initiative d'intégrer à un secteur rural quelque peu oublié, certaines valeurs culturelles qui ont auront pour effet direct de développer le tourisme et le commerce local.

Nous reviendrons bientôt sur ce projet entièrement ouvert au public et qui devrait faire l'objet d'un financement participatif.

Pierre Reynaud

Contact presse : le-chateau-honnechy@gmx.fr  -  Tél : + 33 (0) 6 38 20 64 11

 

Le Château de Honnechy © Pierre Reynaud Le Château de Honnechy © Pierre Reynaud

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.