Heureux les artisans de paix

"Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu"
Quand nous relisons le discours de Vaise prononcé par Jean Jaurès cinq jours avant son assassinat,  c'est cette béatitude, tirée du sermon sur la montagne, qui nous vient à l'esprit comme un hommage à un homme de bonne volonté. Pourtant elle semble souvent démentie par les faits : il est facile de rassembler une nation ou un groupe ethnique en désignant un ennemi réel ou imaginaire. Après le Christ, Martin Luther King, Ghandi, Nelson Mandela entre autres ont essayé une autre approche : rassembler pour une grande idée plutôt que contre d'autres humains.
Jean Jaurès fut de ces hommes. Souvent, la façon dont ils finissent semble démentir la parole évangélique. Ceux qui croient à la vie éternelle diront que le bonheur promis aux artisans de paix est à trouver dans l'autre monde. Pour tous les autres, à défaut de vie éternelle, il y a la mémoire des peuples, qui rend justice à chacun pour ses idées et pour ses actes. Mais cette mémoire est fragile et dépend de la façon dont la transmettent les anciens.
Aujoud'hui, Internet a remplacé la transmission orale et nous pouvons y trouver une grande masse d'informations sur ce que furent l'oeuvre et la vie de Jean Jaurès. Le travail de mémoire consiste donc à replacer  ses parles et ses actes dans le contexte d'une période d'âpres luttes sociales et de menace de guerre permanente, comparable à ce que fut pour nous la guerre froide.
Le message de Jaurès semble avoir été entendu, au moins en Europe Occidentale, car la plupart des citoyens nées après 1945 peuvent dire qu'ils ne savent pas ce qu'est la guerre. 69 ans de paix, cela n'était pas arrivé sur notre sol depuis la paix romaine. Mais les exemples récents (Cambodge, Ruanda, Darfour, Bosnie, Palestine...) montrent que les massacres et les génocides n'ont pas disparu : simplement, ils sont ailleurs.
Cent ans après, il n'est donc pas inutile d'évoquer la vie de Jaurès et d'écouter encore une fois le message d'un grand humaniste. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.