Football : une réaction salutaire contre le racisme

Il y a quelques jours, les deux équipes de football qui étaient en train de disputer un match ont quitté le terrain, en signe de protestation contre les propos jugés racistes d'un arbitre de touche.

L'arbitre mis en cause avait employé le mot "négro", qui a indiscutablement un sens péjoratif dans notre langue. Il s'agit d'un roumain qui a expliqué que dans sa langue, le mot n'avait rien de péjoratif. En somme, ce serait un "faux ami" qui aurait provoqué l'incident. Cette explication n'a pas convaincu les joueurs des deux équipes qui lui on rétorqué qu'il avait désigné le footballeur concerné par "ce noir" et qu'il n'aurait pas dit "ce blanc" pour désigner un autre joueur. Mais si, peut être l'aurait-il fait dans le contexte d'une équipe qui aurait été composé uniquement de joueurs africains à l'exception d'un seul blanc, ce qu'on appelle communément la race devant alors être prise comme un signe distinctif parmi d'autres.

Ce sont les fédérations qui statueront sur le comportement de cet arbitre. Mais même s'il est avéré que les joueurs ont surréagi, cet incident aura au moins montré une solidarité de la planète football contre le racisme. Et l'incident pourrait avoir des effets positifs si le risque d'une interruption du match par les footballeurs eux-mêmes pouvait dissuader les gros beaufs qui imitent le cri du singe lorsqu'un footballeur noir marque un but contre le camp qu'ils soutiennent.

Donc, honneur à ces joueurs qui ne supportent pas qu'on puisse insulter un homme en raison de la couleur de sa peau ! Mais reste à espérer que les fédérations ne prendront pas de sanction contre les équipes qui ont refusé de continuer le match.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.