Lettre ouverte à Jean-Marie le Guen

Jean-Marie le Guen a récemment déclaré qu'il y a trop de syndicats et expressément nommé ceux qui "se croient encore au temps de Germinal". Voici la réponse de l'Union Locale CGT de Paris Nord 2.

Le Gouvernement dont vous faites partie lance, tous azimuts, une campagne de dénigrement judiciaire et politique contre les syndicats opposés à sa politique.

De votre côté, cela se traduit en une phrase : « il y a trop de syndicats ». Ce serait votre droit de le penser si la phrase suivante ne désignait pas nommément les syndicats à éliminer, à savoir CGT et FO.

 D’abord, faisant partie d’un gouvernement qui se gargarise de « démocratie sociale », ne croyez-vous pas que celle-ci n’est qu’un mot sans un minimum de neutralité du Gouvernement dont vous faites partie ?

 C’est à propos de l’accord sur le travail dominical à la FNAC, mis en échec par les syndicats majoritaires, que s’exprime votre hargne contre les syndicats « qui se croient toujours au temps de Germinal ». Bien confortablement installé sous les lambris de la République, vous ne savez même pas que pour les 14% de français qui vivent au dessous du seuil de pauvreté, c’est déjà Germinal. Et si nous nous battons, c’est pour que Germinal ne devienne pas le lot commun de tous les français.

 Car, au temps béni de Germinal, le repos dominical n’existait pas et les lois Macron amorcent un retour vers cette époque. En laissant faire, nous ouvrons la boîte de Pandore, jusqu’à la suppression pure et simple de ce jour de repos et de vie familiale auquel tous les français ont droit.

 Nous pensons que le travail dominical n’a pas vocation à compenser la baisse généralisée du pouvoir d’achat voulue par le Patronat. Ceci, nous l’expliquons. Si nous échouons à convaincre, nous pouvons perdre des élections professionnelles, mais au moins, nous ne perdrons pas notre âme. Hollande, Valls et vous-même ne peuvent pas en dire autant !

 Vous avez d’ailleurs le même problème avec les élections. Car mettriez-vous votre tête sur le billot que les français ne vont pas dégueuler le candidat qui se prétendra socialiste en 2017 et vous avec ? Donc rendez-vous aux présidentielles.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.