Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

537 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2020

Ne pas laisser Macron choisir parmi les propositions de la CCC

Macron avait promis une application "sans filtre" des propositions émises par la convention citoyenne sur le climat. Mais la réalité est toute autre et le garant de cette convention, qui n'a voulu recevoir aucune association de défense de l'environnement au moment des débats, découvre aujourd'hui, mais un peu tard, qu'il a été manipulé.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans qu'il n'y ait aucunement lieu d'en être étonné, Cyrille Dion, qui avait accepté le rôle de garant de la convention citoyenne pour le climat (CCC) découvre - ou fait semblant de découvrir - aujourd'hui que c'était une mascarade à des fins de "greenwashing". Il s'en exprime sans détour dans une adresse au chef de l’État  et lui rappelle les engagements qu'il avait pris dans une pétition dont le texte est court : "Parce que vous l’avez promis, et parce que la crise climatique à venir ne s’accommodera pas de demi-mesures, nous vous demandons de tenir votre engagement formel et public de reprendre “sans filtre” les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, en les soumettant au référendum, au Parlement ou à application réglementaire directe". 

Il est vrai que, parmi les recommandations de la CCC, il y a des sujets qui fâchent, mais qui mériteraient largement une consultation populaire auprès des électeurs concernés : Prenons l'exemple de l'interdiction d'extension de toute activité aéroportuaire, qui intéresse les associations de défense de l'environnement à deux titres : les nuisances sonores que subissent les riverains des aéroports et la défense de l'environnement : ainsi, l'aéroport Charles de Gaulle, avec son extension T4, amènera 40% de vols de plus, ce qui, d'une part, aggravera la situation des riverains déjà privés de 3 ans de vie en bonne santé du fait des nuisances aériennes. Malgré l'avis de la Convention, le projet est toujours dans les cartons;

Nous avions, au moment de la mise en place de la CCC, exprimé des réserves sur sa représentativité : tout statisticien dirait qu'un échantillon de 150 personnes, même tirées au sort, ne peut être représentatif d'une population de 62 millions d'âmes et nous maintenons cette critique. Cependant, une fois le fait accompli, le Gouvernement doit jouer le jeu en évitant de faire un tri entre ce qui lui plait et ce qui lui déplait dans les propositions du CCC. Il ne doit pas non plus le faire par le biais de l'Assemblée Nationale, largement pourvue de godillots à la botte du pouvoir qui votent comme un seul homme les lois les plus scélérates. La seule façon démocratiquement légitime de traiter les questions que soulèvent les propositions est donc un débat public à large participation , suivis de consultations populaires sur les différentes questions. Mais c'est probablement ce que le Gouvernement cherche à éluder, car, comme le mentionne la pétition, un sondage Louis Harris place largement en tête l'environnement dans les préoccupations des français.

Macron avait promis une application "sans filtre" des propositions émises par la convention citoyenne sur le climat. Mais la réalité est toute autre et le garant de cette convention, qui n'a voulu recevoir aucune association de défense de l'environnement, découvre aujourd'hui, mais un peu tard, qu'il a été manipulé. La pétition de Cyrille Dion, en ligne depuis 36 heures, a déjà recueilli, au moment où j'écris, plus de 281000 signatures. Malgré les réserves qu'on pouvait légitimement exprimer devant la constitution de cette convention elle-même, il faut Commencer par la signer, car il ne peut pas être question de laisser Macron modifier à se guise les règles du jeu qu'il a lui-même définies.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa