Nouvelle donne, fiscalité des entreprises et pratiques bancaires

Lorsque le président Roosevelt a été élu pour la première fois, les Etats-Unis étaient en pleine crise économique. Les deux premières mesures qu'il a prises ont été : une loi établissant que l'imposition sur les entreprises serait désormais de la compétence du gouvernement fédéral ; une loi établissant une séparation stricte entre les banques de dépot et les banques de spéculation.
La première avait été mise en place pour lutter contre le dumping fiscal entre les états, les entreprises d'un état X essayant d'attirer celles de l'état Y par des taux d'imposition moins élevés. Cela ne rappelle rien ? La Grande Bretagne et l'Irlande profitent de la "libre circulation des hommes et des capitaux" pour faire la même chose dans l'Union Européenne.
Le dumping fiscal est une grave menace pour la cohésion sociale et économique de l'ensemble européen : il faut donc une loi instaurant un impôt au niveau européen. Le mouvement "Nouvelle Donne" défendra l'instauration d'une telle loi devant le parlement européen.
Une loi sur la séparation des activités bancaires a bien été votée en France en 2013, mais elle ne sépare rien du tout, de l'aveu même des banquiers concernés. Il serait pourtant normal que les conséquences des spéculations plus ou moins hasardeuses soient assumés par les spéculateurs eux-mêmes et non par les contribuables et encore moins par les déposants. Nouvelle Donne défendra cette idée au sein du parlement européen.
Ce qui distingue Nouvelle Donne d'un parti traditionnel, c'est qu'il émane d'un collectif de citoyens qui constate les dégats causés par la finance et souhaite reprendre la main sur celle-ci, sans renoncer à l'idée européenne comme le préconisent d'autres partis d'extrême-gauche ou d'extrême droite. On ne peut renoncer a l'idée européenne et parler de sortir de l'euro sans mesurer les conséquences désastreuses de cette démarche, sur le plan social et économique. C'est pourquoi les propositions de nouvelle Donne méritent d'être prises en considération.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.