Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

567 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

Don't look up

C'est le titre d'un film catastrophe américain qui illustre de façon à peine caricaturale l'ignorance et l'inertie des politiques, la sujétion aux intérêts économiques propre aux sociétés capitalistes et la répression de tout ce qui se met en travers de leur chemin.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'agit d'un film-catastrophe américain qui commence avec la découverte par une doctorante en astronomie d'une comète géante qui se dirige droit vers la terre. Selon les calculs, elle doit rentrer en collision avec la terre dans un peu plus de six mois, provoquant l'extinction complète de toute vie. Et la succession d'évènements qui s'enchaînent est une véritable parodie de la façon dont fonctionnent les sociétés capitalistes.

Il y a d'abord cette présidente des États-Unis, incarnée par l'actrice Meryl Streep, beaucoup plus préoccupée par la crainte de perdre les élections de mi-mandat qui approchent que par la catastrophe annoncée. Cet aveuglement des politiques n'est pas sans rappeler l'éruption de la montagne Pelée à la Martinique qui a complètement anéanti la ville de Saint-Pierre : sur les 32000 habitants, un seul a survécu, un prisonnier enfermé dans une geôle qui l'a protégé. Les vulcanologues avaient alerté du danger d'éruption imminente et auraient peut-être été écoutés si les évènements ne s'étaient pas déroulés entre les deux tours d'une élection législative : le député-maire sortant n'avait pas voulu prendre le risque de perdre des voix en faisant évacuer la ville. Et, au bout du compte, il n'avait plus d'électeurs !

Lorsque le docteur en astronomie (Leonardo Di Caprio) et son élève doctorante obtiennent enfin un rendez-vous à la Maison-Blanche, c'est pour qu'on les fasse poireauter une journée entière dans l'antichambre du bureau ovale pour, finalement, leur dire qu'on ne peut pas les recevoir ! On ne peut pas ne pas penser aux scientifiques du GIEC qui, depuis plus de vingt ans, ont modélisé la catastrophe annoncée et que l'on n'écoute même pas.

Lorsque ces scientifiques, constatant leur impuissance à se faire entendre des politiques, cherchent à alerter directement l'opinion sans le filtre des politiques, ils se heurtent à un autre obstacle : l'émission télévisée au travers de laquelle ils cherchent à informer directement les citoyens est animée par deux rigolards qui ne les prennent pas au sérieux. Quand la jeune doctorante, devant l'absence totale d'écoute, pique une crise de nerfs, on la fait passer pour folle. Et les deux lanceurs d'alerte sont muselés par le FBI, qui les met au secret pour les faire taire. Cela rappelle les tribulations de Julian Assange, aujourd'hui menacé d'extradition par la Justice britannique.

Une autre raison de vouloir faire taire les lanceurs d'alerte est la menace d'intérêts économiques : les exemples ne manquent pas, parmi lesquels, en France, l'affaire du Médiator et les tentatives d'intimidation visant Irène Frachon, ou encore celle des algues vertes et les menaces envers Pierre Philippe, le médecin qui avait tenté d'alerter les autorités sur le risque sanitaire qu'elles font courir aux populations. Dans le film "don't look up", la Présidente, prise par un fugace instant de lucidité, se décide enfin à lancer une opération pour tenter de faire dévier la comète, mais celle-ci est annulée en raison de la découverte de métaux rares dans sa composition. Alors les intérêts économiques prennent le pas sur la conservation de l'espèce et il est décidé de laisser la comète percuter la terre pour récupérer cette manne. A l'occasion, ceux qui se prétendent l'élite envisagent froidement d'émigrer vers une autre planète habitable, qu'ils s'imaginent, contre tout bon sens, pouvoir détecter dans le court laps de temps qui leur est imparti. C'est, cette fois-ci, au nom d'intérêts économiques que les deux lanceurs d'alerte sont à nouveau arrêtés, sous une menace d'inculpation pour atteinte à la sûreté de L’État. On leur met alors le marché en main : le ministère public renoncera à toute poursuite si désormais les deux astronomes prennent l'engagement de ne plus rien dire. Alors, comprenant qu'il n'y a plus rien à tenter, ils se résignent et renoncent.

Et l'histoire se termine quelques heures avant la catastrophe finale dans une sérénité retrouvée en attente de la fin du monde, au cours d'une réunion familiale élargie où se retrouvent la famille du docteur en astronomie, ainsi que la doctorante (que ses parents ont mis dehors) et le compagnon qu'elle s'est trouvé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana