NIcolas Hulot : Europacity incompatible avec le plan climat

C'est la réponse qu'il a faite à une journaliste qui l'interrogeait sur cette question, en ajoutant : "Cette gourmandise que nous avons à consommer des terres agricoles en particulier, et à artificialiser les sols en général, est incompatible avec cet objectif."

Il s'agit là d'une "remise en cause radicale du soutien apporté au projet par l'exécutif précédent" souligne le porte-parole du Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG). Ce à quoi le service de communication d'Immochan réplique que le CPTG ne retient que ce qu'il a envie d'entendre et que Nicolas Hulot a également ajouté : "Je peux agir quand les décisions ne sont pas crantées, et il y a des droits acquis". Et Immochan considére "qu'Europacity fait partie des droits acquis car il est un des projets structurants du Grand Paris et que le processus administratif nécessaire à sa réalisation est en cours".
C'est oublier le vote récent de la Commission Départementale de la Commission Départementale pour la préservation des espaces naturels; qui a émis un avis négatif contre l'urbanisation du triangle de Gonesse. Les attendus de ce vote serviront de base à trois recours actuellement engagés par le CPTG devant les instances nationales et européennes;

Mais Europacity, c'est aussi une grande partie de Monopoly qui se fait en spoliant les agriculteurs locaux : Médiapart nous apprend que les 80 hectares destinés à être l'emplacement du centre commercial et de divertissement seront cédés au prix de 337 euro par mètre carré,soit "plus de 500 fois ce que toucheront les agriculteurs pour perdre l'usage de leur terre et plus de 40 fois ce que toucheront les agriculteurs". Europacity est donc avant toute chose une grande opération immobilière et spéculative, tant de la part de la puissance publique que de celle du groupe Immochan qui espère voir le prix de ces terrains faire la culbute. C'est donc une imposture totale de masquer cette opération derrière une prétendue création d'emplois dont tout le monde des affaires et de la politique se fout, y compris le maire de Gonesse qui y voit surtout une manne financière pour sa commune. Et, surtout, ces pratiques n'ont pas leur place dans une politique saine de  l'aménagement du territoire, dans le souci de protéger l'environnement et de répondre aux besoins des populations.

Le projet de Nicolas Hulot passe par un arrêt de l'artificialisation des sols dont les projets comme Notre-Dame des Landes ou Europacity devraient être les premières cibles. Pour ce dernier, l'arrêt des financements publics destinés à construire la "gare en plein champ" signerait la mort du projet et c'est même son talon d'Achille. Nous verrons si les actes du Ministre sont à la hauteur de ses déclarations, si le Gouvernement le soutient ou s'il a seulement été nommé à ce ministère pour faire tapisserie.

Par cette prise de position contre Europacity, Nicolas Hulot a tout simplement mis sa crédibilité dans la balance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.