La haine à nos trousses

 

prémonitoire !

prémonitoire !

 

Mediapart : « Au moins deux hommes armés et cagoulés ont pénétré mercredi en fin de matinée dans la rédaction de l'hebdomadaire « Charlie Hebdo », ouvrant le feu. Plusieurs membres de la rédaction ont été tués, dont Cabu, Charb, Wolinski, Bernard Maris et Tignous. Dans leur fuite, les agresseurs ont également ouvert le feu sur des policiers. »

 

 

Selon les premières informations, douze personnes ont été tuées, quatre ont été grièvement blessées et quatre blessées plus légèrement.

 

C’est une réaction à chaud face à cette tragédie sans nom. Il est sans doute trop tôt pour tirer des conclusions. Une bande de fanatiques, deux à cinq salopards cagoulés, selon les sources, ont pénétré dans les locaux de « Charlie Hebdo » et ont tué entre dix et douze personnes.

 

Ce qu'il vient de se passer est un acte de guerre qui ensanglante les fondements même de la République. Alors, à qui répliquer ? Certainement pas contre les communautés musulmanes qui sont les premières victimes de ce fanatisme. En agissant ainsi, on tomberait dans le piège tendu par l'ennemi qui a pour nom fanatisme, associé à de sordides intérêts qui ne tiennent aucun compte de l'humain.

 

 

La meilleure réponse !

La meilleure réponse !

 

Il faut de la fermeté et des moyens. Fermeté à l'égard de comportements inacceptables et agressifs, à l'égard de comportements et propos fanatiques, mais il faut aussi mettre les moyens nécessaires pour que des jeunes gens ne se laissent pas entraîner dans la spirale infernale qui mène au terrorisme. Ces moyens s'appellent éducation et accès au travail.

 

Or, on interdit aux plus démunis l’accès au travail par l’exclusion et à l’éducation par la frilosité. Nos dirigeants perdent toute dignité en se pliant ainsi par lâcheté et cupidité à ces mêmes intérêts qui arment les fanatiques.

 

Pierre Verhas

Fraternité, Camarades, vous avez bien mérité de la Liberté !

Fraternité, Camarades, vous avez bien mérité de la Liberté !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.