Pierre-Yves Galloy
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2015

Je suis Charlie...mais je suis aussi...

Pierre-Yves Galloy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis CharlieJe suis François et MohamedJe suis la victimeJe suis l'agresseur et le bourreauJe suis le croyant et le non-croyantJe suis chrétienJe suis juifJe suis musulmanJe suis souvent blesséJe peux aussi faire très malJe voudrais être le roi mais j'ai tant besoin de frèresJe suis l’aliéné et l'assoiffé de libertéJe pourrais être Légion mais je désire l'unitéJe suis l'Humanité souffrante mais je cherche la paixJe suis pécheur mais je suis pardonnéCar l'AMOUR a vaincu la hainePour toujours !Merci de dire dans les rassemblements où vous vous rendrez que vous êtes plus que Charlie !Ce mercredi soir 7 janvier,qui n'est pas horrifié par le massacre des dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo ?Les lecteurs de ce journal et de tant d'autres, et tous les défenseurs de la liberté d'expression et de la liberté de la presse ; les musulmans qui dans leur immense majorité sont scandalisés par la violence quelle qu'elle soit, et dont nombre se sentent maudits ou souillés par les actes de terroristes dont tout les sépare ; l'ensemble de la classe politique française et de nombreux hommes d’État de par le monde ; l'immense cohorte des anonymes que cette nouvelle a sonnés...ou fracassés ; tous nous sommes horrifiés !Qui ne l'est pas ?Très sûrement, ceux dont la haine déborde et qui semblent n'être mus que par un seul désir : détruire quiconque ne reconnaît pas la supériorité d'un absolu auquel ils s'accrochent désespérément, le seul habit qu'ils ont peut-être trouvé en cette existence, dans un monde qui laisse nus des foules d'hommes et de femmes.En écoutant les hommes politiques à la radio, il semble que personne n'ait de mots assez durs pour qualifier les agresseurs de Charlie Hebdo.Et en écoutant ces réactions, souvent dignes, mais souvent connues d'avance, me vient une sorte de nausée.Parce qu'il est trop évident que le barbare c'est toujours l'autre.Et que c'est d'autant plus l'autre que j'ai les moyens médiatiques de faire connaître mon jugement, mon indignation, ma colère, ma condamnation de ces actes.Le barbare…Qui est-ce ?Est-ce que je peux lui ressembler parfois ?N'ai-je jamais été tenté d'anéantir mon prochain, parfois tout proche, parfois tellement proche qu'il pourrait être la chair de ma chair, mon frère ou ma sœur, mon voisin, mon collègue ?N'ai-je pas été tenté de l'anéantir alors que je suis prêt bien souvent à lui donner ma vie ?Qu'est-ce qui m'en a empêché ?La crainte de sombrer dans les ténèbres ? La raison, la folie ?Peut-être l'appel discret d'une lumière en moi...le souvenir d'être aimé et d'avoir aimé.Sans doute.Et ceux en qui cette lumière est morte, en qui l'amour s'est éteint, étouffé de ténèbres et de blessures, qui réveillera en eux la soif d'aimer et d'être aimé ?J'ai entendu de nombreuses voix appeler à poursuivre notre chemin dans la liberté.Ne pas accepter de se taire, de céder à la peur, de plier sous le joug de la violence.Pas plus, d'ailleurs, que sous aucun des jougs presque invisibles auxquels nous nous sommes peut-être habitués !Oui nous devons y être déterminés.Et en cela, n'oublions pas de prendre leçon, humblement, de tous ceux dont la violence ou la misère sont le lot quotidien ; enfants, hommes et femmes, qui vivent debout depuis des mois, années ou décennies, debout face à l'oppression, face aux massacres, face aux restrictions ou aux humiliations, dans une résistance simple et obstinée.On peut penser en tout premier lieu aux peuples palestinien, syrien, irakien, mexicain, cubain...mais aussi à tant d'autres, et tout proche de nous !Au milieu de cette violence, ils nous posent parfois cette question : l'autre, qui veut ma mort, est-il encore mon frère ?Notre grand Mandela du fond de sa prison a répondu oui définitivement.Christian de Chergé à Thibirine a répondu oui définitivement.Le Christ en croix a répondu oui définitivement, nous offrant une délivrance à travers le pardon : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font »Alors continuer, humblement, sans peur, à avancer librement…Se battre pour rester libres...OUI !Mais cette liberté, au juste, pour quoi faire ?Liberté de parler et d'agir ? Oui bien sûr !Liberté d'aller et venir, de penser, de rassembler, de résister, de construire, d'entreprendre même… ? Oui, toujours.Pour quoi faire ?Pour notre plus grande liberté : celle d'aimer !!Là où le désir de détruire produit mon enfer, la liberté d'aimer m'établit dans la demeure du ciel, immense.La liberté d'aimer reçue de notre Créateur, source intarissable de l'Amour dont il veut nous combler, cette liberté m'enracine chaque jour un peu plus dans son cœur déchiré, donné au monde, dans son regard d'une tendresse infinie et d'une infinie miséricorde.Trahi par ses amis au soir de sa Passion, trahi par nous régulièrement aujourd'hui, il nous aime encore, encore, encore...jusqu'à nous guérir en son amour.Alors toutes ces questions autour du dialogue possible ou impossible avec les musulmans,cette insistance pour que les imams reconnus se prononcent, se positionnent, dans des déclarations que l'on voudrait réflexes...ces craintes de ne pas vouloir stigmatiser ou d'être amalgamés à ce qui fait horreur...toutes ces réactions sont bien humaines.Mais nous devons au contraire ne rien rejeter hormis les actes, et nous devons nous amalgamer avec celui qui aujourd'hui est l'assassin, celui qui aujourd'hui n'est plus que ténèbres, nous devons assumer en lui jusqu'à son humanité défigurée, ravagée, terrifiante, car le bourreau gît aussi en nous, la bête sommeille dans le civilisé, en nous l'ivraie pousse avec le bon grain de manière si intime...et parce que le Christ a ouvert un chemin dans la mort en assumant notre humanité et la sienne jusqu'au bout, donné à nous, vie et pardon offerts sur la croix pour qu'en nous le bourreau cède la place à l'enfant joyeux d'être aimé et capable d'aimer.Je vous propose pour finir de méditer le testament de Christian de Chergé, écrit quelques années avant sa mort, dans lequel il appelle « ami » celui qui viendra probablement l'enlever à la vie terrestre. Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes soeurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis ! Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'auras pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet « À-DIEU » en-visagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. Amen ! Inch' Allah.texte entier : http://www.la-croix.com/Religion/Approfondir/Documents/Le-testament-du-P.-Christian-de-Cherge-prieur-du-monastere-de-Tibhirine-_NG_-2010-09-03-578029C'est une parole lumineuse.Que ce soit cette lumière, aussi fragile que puissante, qui éclaire notre route à venir.Je vous transmets ma profonde amitié.P-Yves

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak