Blog suivi par 23 abonnés

Pour une écologie réaliste - Pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir, pour vraiment sortir du réchauffement climatique

Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
À propos du blog
Que la planète bleue soit verte ! Mais il ne faut pas trop rêver. L'écologie, ce n'est pas seulement le rêve du retour au bon vieux temps, avec le soleil pour se réchauffer, de vastes prairies pour galoper, des baies bio pour se régaler. Nous sommes sept milliards maintenant, une poignée de baies ça va, sept milliards de poignées de baies, bonjour les dégâts ! L'écologie réaliste, c'est agir pour demain, pour les générations futures, face aux menaces du réchauffement climatique et du défi alimentaire ; il y aura neuf milliards de bouches à nourrir bientôt. Il y a quelques années des voix prêchaient dans le désert, alertant sur le réchauffement climatique à venir, personne ne les entendait. Les ouragans annoncés sont devenus des réalités, tout le monde ou presque est maintenant conscient du problème. Il reste à faire... l'essentiel, passer aux actes ! Il faut développer toutes les énergies bas carbone, les énergies renouvelables ne suffiront pas. Aujourd'hui quelques voix prêchent dans le désert, alertant sur cette autre crise à venir, la crise alimentaire ; on ne les entend pas. Personne ou presque n'a encore conscience qu'il faut produire plus de nourriture, sur des terres plus rares rongées par la bétonnisation. Il reste à faire... tout reste à faire ! Inventer de nouvelles agricultures, plus durables – mais aussi plus performantes pour ne pas être contraints de piocher encore plus de nouvelles terres dans ce qui reste de forêt tropicale. Les analyses et solutions présentées dans ce livre sont réalistes, moins séduisantes que les rêveries bucoliques genre petite maison dans la prairie avec son petit potager bio, son puits, et une éolienne au fond de la cour ; elles choqueront plus d'un lecteur. Mais les rêveries ne nourrissent pas les hommes, ne sauvent pas la forêt, ne ralentissent pas le réchauffement climatique.
  • S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent du bio !

    Par
  • Bio, pesticides et OGM.

    Par | 18 commentaires | 1 recommandé
    Peut-on réduire de moitié l'utilisation des pesticides ?L’agriculture intensive a rempli son premier et vital contrat : nourrir les terriens. Bravo. Mais parfois au prix d'excès d'artifices. L’idée bio a apporté un nouvel alinéa au contrat : "ce serait bien si on pouvait nourrir sept ou même neuf milliards de terriens, sans dégâts collatéraux". L’idée était bonne. Malheureusement, elle s’est laissé corrompre par l’intégrisme en devenant : "plus aucun engrais ni pesticide de synthèse" – l’objectif de nourrir toute l’humanité ayant disparu au passage.
  • Au secours, ils recommencent!

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    On avait déjà vendu aux Français l’illusion qu'ils étaient les super-héros verts du Grenelle de l’environnement ; le coq gaulois dans son petit village allait sauver la planète à lui seul, il terrasserait l’empire du dragon CO2. Quelle présomption ! La Chine en rigole encore. Parce que l'avenir de la planète ne se joue pas dans la petite impasse de Grenelle.
  • Et le lobbying idéologique ? Bordel !

    Par | 2 commentaires
  • Les OGM tuent. Propagande et désinformation.

    Par | 175 commentaires | 3 recommandés
    La propagande anti-OGM nous livre aux mains de Monsanto.
  • La paille dans l’œil de l’OGM

    Par | 46 commentaires | 4 recommandés
  • L'illusion des dangers des pesticides - désinformation militante

    Par | 25 commentaires | 1 recommandé
    Ce texte a déménagé le 21 janvier 2014. Il se trouve maintenant à l'adresse suivante : Les pesticides sont-ils dangereux ? ( http://ecologie-illusion.fr/dangers-des-pesticides-cancers-mythes-propagande-lobbying.htm) Ceci parce que je viens de découvrir, avec horreur, le concept de "duplicate content". N'ayant pas encore compris quels sont les risques sur la popularité d'un site, je déménage sur mes terres. Autre motif : les textes évoluent, mais je ne fais de mises à jour que sur mon site.Je ne supprime pas la page pour conserver tous les commentaires.  Pierre Yves Morvan