Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 oct. 2017

Glyphosate, saucisson, et Trump

Le lobbying vert est en ébullition. Le glyphosate, un herbicide, serait dangereux. Il faudrait l'interdire d'urgence. Petit résumé. 1] Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer - OMS) a classé le glyphosate dans le groupe "2A" : "probablement cancérogène pour l’homme". "Probablement", pas sûrement. Mais c'était suffisant pour mettre le feu aux poudres.

Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le lobbying vert est en ébullition.
Le glyphosate, un herbicide, serait dangereux. Il faudrait l'interdire d'urgence.

Petit résumé.

1] Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer - OMS) a classé le glyphosate dans le groupe "2A" : "probablement cancérogène pour l’homme".
"Probablement", pas sûrement. Mais c'était suffisant pour mettre le feu aux poudres.
Avis basé sur des preuves "limitées" de cancers humains dans le cas d'expositions professionnelles dans des conditions réelles.
Expositions professionnelles, comme en peuvent subir des agriculteurs par exemple.

2] FAO - WHO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) :
« La réunion a conclu qu'il est improbable que le glyphosate pose un problème pour l'homme du fait de l'alimentation. »
(Il ne s'agit pas ici de l'exposition des professionnels, mais des risques éventuels pour les simples consommateurs.)

3] Avis de l’Anses sur le caractère cancérogène pour l’homme du glyphosate :
« le niveau de preuve de cancérogénicité chez l’animal et chez l’homme est considéré comme relativement limité »

4] Avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa - European food safety authority)
« il est improbable que le glyphosate soit génotoxique (c.à.d. qu'il endommage l'ADN) ou qu'il constitue une menace cancérogène pour l'homme. »

5] Différentes nuances de gris entre experts, ce n'est pas une nouveauté. "Probablement" - "improbable" - "niveau de preuve relativement limité", etc...
Falsifier ces avis sans honte est une nouveauté ; elle témoigne de la disparition du minimum d'esprit rationnel, ou peut-être même de la disparition du minimum d'honnêteté intellectuelle.

Noël Mamère 1 a soutenu que "L'Organisation mondiale de la Santé a classé le glyphosate en cancérogène".On reproche à l'Éducation nationale de mal enseigner l'apprentissage de la lecture. On en voit ici un exemple manifeste : "cancérogène" n'est pas "probablement cancérogène"

De même, Mme Ségolène royal, ex ministre de l'écologie, a déclaré que le Roundup (une formulation commerciale du glyphosate) était un poison "extrêmement violent". Elle aussi avait dû sécher ses cours d'apprentissage de la lecture.

6] Il y a toutefois un point sur lequel tout le monde est d'accord : le saucisson est cancérogène (en tant que "produit carné transformé") .
Le CIRC classe le saucisson "cancérogène pour l'homme". Pas probablement comme dans le cas du glyphosate, mais sûrement cancérogène.
Et pourtant, on mange plus de saucisson que de glyphosate.
Et pourtant, il n'y a aucun avertissement sur les étiquettes de saucisson. Qui aura le courage de demander cet étiquetage ?
À quand un procès intenté par un malade contre les fabricants de saucisson ?

7] Le CIRC classe le saucisson dans le même sac de cancérogènes "avérés" que le tabac, l'alcool, les rayonnements du soleil, les rayons X, le plutonium, l'arsenic, etc. Que celui qui n'a jamais fumé ni bronzé jette la première pierre sur le glyphosate qui n'est que cancérogène "probable".
La liste à la Prévert des agents cancérigènes selon le CIRC indique qu'il faut savoir de quoi il s'agit, quel est le niveau de risque, avant d'exploiter au marteau-pilon un élément extrait de la liste du CIRC.
José Bové, gradé de la hiérarchie verte, fumeur de pipe, n'a pas donné son avis sur les dangers du tabac, du saucisson, du plutonium...
78 000 morts du tabac en France en 2015.

8] Est-il rationnel de s'affoler et de faire les titres des journaux sur les dangers éventuels du glyphosate, plus que sur ceux, certains, du soleil qui inonde tout le monde, ou du tabac qui enfume tout le monde ?
Est-il rationnel de craindre le glyphosate et d'aller sur les plages s'offrir nu aux UV cancérigènes du soleil ? Je propose la burqa (couleur, motifs imprimés, slogans façon tee-shirt, au choix), la burqa pour tous partout, hommes, femmes, sur la plage ou ailleurs, pour se protéger du soleil. Protection garantie bio, non chimique, pas comme les crèmes.

9] La vraie motivation des anti-glyphosate est-elle pure d'arrière pensées ?
Pour les lecteurs qui ne sont pas familiers du sujet il faut préciser que lutter contre le Glyphosate est en fait une lutte masquée contre les OGM résistants à un herbicide. Il ne s'agit pas de sauver la santé des agriculteurs ni des consommateurs, il s'agit d'une attaque fourbe contre les OGM, qui n'a pas le courage de s'afficher en tant que telle, sans masque.

9] On a tant dit d’horreurs sur les pesticides en général que tout le monde imagine que les malheureux agriculteurs, grands manipulateurs de pesticides, tombent comme des mouches surprises dans un pchitt d’insecticide.
Et pourtant, la nouvelle extraordinaire est que les agriculteurs sont en bonne santé, et même en meilleure santé que la population générale ! Voir "Agricultural Health Study" Aux États-Unis - étude Agrican (AGRIculture et CANcer) en France.

« Les agriculteurs, qui sont mille fois plus exposés aux pesticides que les simples consommateurs, ont globalement une espérance de vie supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par cancer en général… »

  a) Les pesticides sont responsables de cas de cancer parmi les professionnels.
  b) Mais globalement, les agriculteurs vivent plus longtemps et ont moins de cancers, toutes localisations confondues, que la population générale.
  c) Seuls les professionnels sont concernés par a). Pas les simples consommateurs.

La crainte globale irraisonnée des pesticides est contredite par ces études.
En considérant l'urgence alimentaire que nous devons affronter pour nourrir les neuf milliards de Terriens que nous serons bientôt, les pesticides sont peut-être parfois un problème, mais ils sont d'abord une solution.

Conclusion : Il faut lancer l'alerte !
La folie médiatique actuelle autour des pesticides en général, du glyphosate en particulier, révèle que nos sociétés deviennent – pour d'obscures raisons, mais la diffusion du "fake" sur Internet n'y est sans doute pas étrangère – de moins en moins rationnelles, de plus en plus sous influence de craintes "fake" et d'alertes, qui n'ont rien à voir avec les résultats des chercheurs. C'est le cas avec le Glyphosate comme avec les vaccins.
L'élection d'un Trump qui nie le réchauffement climatique contre les conclusions de tous les chercheurs dans le domaine en est une autre illustration.

Alerte ! Le cerveau reptilien, le cerveau des émotions, de la peur, soutenu et renforcé par le "fake", est en train de prendre le contrôle du monde.

Pierre Yves Morvan

Pour une écologie réaliste 

http://ecologie-illusion.fr/

1 Le fameux inventeur du Fake du nuage qui s'arrête à la frontière.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux