Ile de Batz, c'est parti.

On ne sait pas encore si le maire Guy Cabioch sollicitera un nouveau mandat. Mais quelle que soit sa décision, Anne Diraison, elle, sera candidate. Le credo de l’unique conseillère municipale d’opposition : « Faire revivre l’île de Batz ».

Municipales. Anne Diraison se lance dans la bataille

À travers les réunions citoyennes qu’elle organise depuis plusieurs mois, Anne Diraison, conseillère municipale minoritaire, souhaite créer du débat sur l’île.

À travers les réunions citoyennes qu’elle organise depuis plusieurs mois, Anne Diraison, conseillère municipale minoritaire, souhaite créer du débat sur l’île. (Photo d’archive Le Télégramme)

On ne sait pas encore si le maire Guy Cabioch sollicitera un nouveau mandat. Mais quelle que soit sa décision, Anne Diraison, elle, sera candidate. Le credo de l’unique conseillère municipale d’opposition : « Faire revivre l’île de Batz ».

Élue en 2014, Anne Diraison, 55 ans, est la seule conseillère municipale d’opposition sur l’île de Batz. Un rôle pour le moins inconfortable, qui n’a pas eu raison de son envie de servir sa commune.

L’hôtelière-restauratrice (depuis 1990), juriste de formation, se lance donc à nouveau, officiellement, dans la bataille des élections municipales.

Défendant des valeurs de gauche et écologistes - « Je suis plus verte que rose » -, cette fille de Batzienne n’attache cependant aucune importance à l’étiquette. « J’ai un temps été encartée au Parti socialiste. Mais j’ai toujours été un électron libre.

Et mon engagement public a montré que je pouvais travailler avec tout le monde, explique celle qui est impliquée de longue date dans le milieu associatif. La question essentielle n’est pas qui, mais quoi. Il faut arrêter avec la personnalisation et le fonctionnement clanique.

Ce qui compte, c’est le projet ; c’est imaginer l’île de Batz de demain ».

« Une île en train de mourir »

Depuis le début de son mandat, Anne Diraison rendait compte régulièrement aux Batziens de son travail municipal. Ces derniers temps, le rythme s’est accéléré. Elle organise en effet des réunions publiques, tous les deux mois environs, afin de convaincre celles et ceux qui veulent faire bouger les lignes, de la rejoindre sur une liste dont le leitmotiv sera de « Faire revivre l’île de Batz ».

« Ça ne veut pas dire que l’île est morte, précise-t-elle. En revanche, elle est en train de mourir. Il y a de moins en moins d’actifs, par exemple. Il y a bien du monde l’été mais l’île, qui compte 320 résidents permanents, doit être un lieu où on vit toute l’année. Ce sera le fil conducteur de ma campagne ».

Un programme participatif

Estimant que son île « a perdu le sens du collectif », l’hôtelière souhaite construire un programme participatif avec les Batziens, porté par une liste ouverte. « Car il est grand temps que ça bouge et que les idées arrivent sur la table. Il faut proposer des choses concrètes pour faire revenir les gens, créer de l’emploi ». Et l’élue d’expliquer qu’elle envisage de travailler autour de quatre grands axes : un volet économique pour redynamiser l’île, un volet environnemental, un volet vie quotidienne et sociale et un dernier volet culturel.

L’un de ses projets phares est de créer une maison intergénérationnelle, « afin de retisser du lien et de mutualiser les besoins ». Anne Diraison, qui souhaite aussi et surtout un nouveau modèle de gouvernance, prône le « municipalisme ». Un système dirigé par une assemblée de citoyens, dans un esprit de démocratie directe.

Contact
Anne Diraison est joignable sur anne.diraison@wanadoo.fr ou via son blog iledebatzmandatmunicipal.over-blog.com.

______________________________________________

ouest-france-20191119-anne-diraison

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.