Le coût de la corruption politique en Europe et...? Ou... Un coup de com. idéologique..?

C'est surprenant de constater que l'OCDE et autres, la Commission Européenne et autres, s'interrogent sur la corruption des politiques en France, et en Europe et la chiffre ainsi à quelques 120 milliards d'euros par ans. L'attribuant majoritairement à l'acquisition de marché publique par certaines entreprises, en s’appuyant sur leurs seuls "déclarations" (et on sait le crédit à apporter au simple déclaratif), en renvoyant ses méandres et sa nébuleuse opacité aux quelques "efforts" du gouvernement Français ("Pour un renouveau démocratique" mené par M. Jospin) notant aussi qu'ils ne sont pas assez suffisant tant au niveau national, qu'ils sont vraiment insuffisants au niveau local, ce rapport met, comme par hasard, comme par fortuite coïncidence, l’accent sur ces baronnies locales que ce gouvernement néolibéral Français veut réformer.

Notons que les efforts positifs souligné par ce rapport sont discutables... Car le non-cumul des mandats sera "peut être" adopté en 2017, en tout cas après les municipales et les européennes. Et donc cet effort n'est pas acquis contrairement à ce qui est écrit, d'autant que l'alternance envisage déjà de l'annuler, au cas ou.... Puis la limitation de l'immunité présidentielle, quand le président gouverne par ordonnance, s'assoie sur les contre-pouvoirs. Est-ce vraiment réformateur et plus démocratique...? Quant aux règles sur le financement des partis politiques, c'est à voir quand les comptes de campagne de l'ump et l'autre..., ancien chef..., furent reconnus comme frauduleux par le Conseil Constitutionnel et que la défiscalisation des dons permit d'en faire payer son immoralité à toute la société..., cette vision des efforts est assez réductrice. Voir malhonnête. Mais ce gouvernement à un cap..., inscrit d'avance dans une continuité, qui plus que d'être néolibéral, il est imbriqué dans celui européen..., dans une marche forcée vers un fédéralisme.

C'est d'ailleurs comme par un autre étrange concours de circonstance le préalable que M. Merkel à mis en avant, celui d'un État Français fédéraliste, et beaucoup moins providence, si ce n'est plus du tout...,  pour faire avancer des négociations sur une union bancaire, il me semble... A découvrir ou redécouvrir ici...

Ce qui surprend aussi dans ce rapport c'est que l'accent mis sur certaines entreprises, les marchés publics, le faible montant annoncé, n'est pas mis en relation, n'est pas corélé avec les 1000 milliards d'euros par ans de fraudes, de fuites de capitaux, d'optimisation fiscales au niveau européen... Pourtant le lien est intrinsèque entre la lutte contre la corruption de ce type..., de ces types..., et celle contres les fraudes fiscales, etc... Ce lien est justement le politique, comme il est aussi économique... Car qui fait les lois et y laisse des trous, des vides juridiques avantageant certaines entreprises au détriment d'autres...? Qui fait le plus de lobbying discret voir secret...?

Rien que pour la France c'est de l'ordre de 73 à 95 milliards d’euros  - en page 20 - (et entre 40 et 50 milliards d'euros les années précédentes. Mais combien en 2013...? Est-ce beaucoup plus...?) qui furent fraudés, qui ont fuit lâchement le fisc et la solidarité nationale, qui furent optimisé. C'est autant de manque à gagner, de  recettes fiscales en moins, que cela pèse aujourd'hui sur la décroissante solidarité nationale. Ces politiques sociales qui ne peuvent être menées à bien, au vu des déficits..., se voient substituées par des politiques de l'offre..., qui "créeraient" de la demande à ce qu'il parait... D'ailleurs l'argumentaire gouvernementale parle de "redistribution" demain, du moins après demain, du moins si ce qu'il distribue aujourd'hui, quand les caisses sont vides et qu'il ne fait rien pour les remplir en poursuivant la délinquance en col blanc, soit un certain type de patronat, n'aura pas encore arrosé un désert en matière social. Faut-il rappeler le rôle du verrou de Bercy pour se convaincre de l'existence d'une main mise néolibérale sur le nerf de la guerre de notre pays (à mettre en perspective avec la "bataille" pour les futurs "gouverneurs" de "landers" Français, entre Sénateurs-trices et Parlementaires sur la fin du cumul des mandats)...? Ce genre de discours est du même acabit que la théorie chère au néolibéralisme se nommant le "ruissellement"... Qui est utopique dans ce cas...?

D'autant plus utopique que de prétendre lutter contre le manque de recette fiscale, comme le présente ce rapport et l'article par la lutte contre la corruption..., quand on mène de front l'austérité combiné à la politique de l'offre que l'OCDE, la Commission Européenne saluent et applaudissent des deux mains..., la politique sociale en France, et ailleurs, va en pâtir encore plus. Ce lien entre les fraudes fiscales, etc, et le coût de la corruption des politiques en France et en Europe, n'est d'autant pas souligné qu'il est implicite et s'inscrit dans le dumping social et fiscal, les derniers et prochains traités européens et le dogme de la soit-disant concurrence libre et non faussée que ces même acteurs défendent...

Quant à remonter la piste des Fraudeurs fiscaux, etc..., afin de sanctionner sévèrement  et recouvrir les pertes fiscales, pour la France qui est placée au 24e rang sur 35 en matière de lutte contre..., on se rend alors compte que plus que des entreprises ayant des accès privilégiés aux marchés publics.., se trouvent aussi celles du CAC 40, des multinationales, les banques et autres institutions financières Françaises et Européennes... Donc on comprend mieux pourquoi l'accent est mit que sur un certain secteur d'activité, un bouc-émissaire en quelque sorte, en matière de lutte contre la corruption politique, ou le clientélisme local peut faire barrage à la marche forcée vers un fédéralisme à l'Allemande en France... Surtout quand cela permet du coup de masquer le plus gros du problème (comme pour faire oublier celui ci et celui là, le "pantouflage", etc) de manque de recette fiscale, en France et ailleurs, et de l'immoralité politique, économique, l'immoralité tout court, française et européenne au plus haut niveau...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.