Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

Petite signature - Grande action !

Le 11 mai 2022, anniversaire de la Convention d’Istanbul, nous irons à Bruxelles pour soumettre à la Commission européenne, nos revendications signées par des centaines de milliers. Peut-être des millions ! Participez à notre campagne pour une Europe sans frontières. La route de l’exil est de plus en plus dangereuse. Votre aide est indispensable!

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous vous souvenez, sans doute, de Toutes Aux Frontières, action féministe contre les politiques européennes de criminalisation des migrations. Impossible de l’oublier. Le 5 juin à Nice, nous étions huit milles ! C’était la première fois que les féministes de toute l’Europe, de tous horizons ont manifesté ensemble contre les frontières, au niveau européen. Une expérience collective très très étonnante, en dehors des schémas habituels. Une action extrêmement belle : une beauté qui vient de la pluralité, du mode d’organisation libertaire qui a permis de multiples formes d'expression. Sans passer par les villes capitales des Etats, sans attendre les décisions des organisations hiérarchiques mais en s’organisant par le bas, à travers les assemblées locales, en s’enracinant, en fleurissant.

Ce n’était qu’un super début d’une campagne féministe transnationale qui se déroulera à plusieurs niveaux. Et le11 novembre, nous avons lancé la deuxième étape de cette campagne : une PÉTITION FEMINISTE européenne pour une reconnaissance effective des motifs d'asile propres aux femmes et à des personnes non-conformes à l’ordre patriarcal : feministasylum.org | PÉTITION FÉMINISTE EUROPÉENNE

Cette pétition sera ouverte jusqu’à début mai. Parce que le 11 mai 2022, anniversaire de la Convention d’Istanbul, nous irons à Bruxelles pour soumettre à la Commission européenne, nos revendications signées par des centaines milliers... Peut-être des millions !

En un mois, nous avons récolté environ 6 000 signatures!  D'ici là, il faut encore beaucoup travailler!

La forme horizontale de notre organisation et notre choix de ne pas passer par une plateforme de récolte de signatures du type change.org ou avaaz.org - nous refusons que les signatures rassemblées soient revendues - rend les choses difficiles : nous ne sommes pas facilement repérables sur internet. Or l'essentiel des signatures doit être récolté en ligne.

Aidez-nous ! Envoyez cette pétition à vos connaissances et partagez-la sur les réseaux sociaux. Rendez-la visible.

Sur notre site, vous pouvez voir la pétition en 9 langues différentes et la liste des organisations qui nous soutiennent. Attention!  Les organisations ne sont pas comptabilisées comme signataires mais juste soutien. Il faut que tout.es leurs adhérent.es signent!

Si tout le monde contribue, cette pétition réunira des milliers de signatures supplémentaires en quelques heure.

Participez à notre campagne pour une Europe sans frontières. La route de l’exil est de plus en plus dangereuse. Votre aide est indispensable!

Montrons ensemble que ce monde pourrait être un espace de liberté et de joie.

 SUIVEZ, PARTAGEZ :

Facebook: @

Feminist Asylum

FeministAsylum

Instagram:  feminist.asylum

Twitter: @feministasylum

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena