Brésil: 2 maisons d'arrêt distinctes pour les 2 présumés tueurs de Marielle Franco ?

Ronnie Lessa et Élcio Queiroz sont écroués dans la prison fédérale de Porto Velho (Rondônia) depuis juin 2019. Le ministère public de Rio de Janeiro a demandé à un juge qu'ils soient séparés car ils seraient suspects de "combiner leurs versions de dépositions jusqu'au jugement en cour d'assises". Et le parquet de rajouter qu'il "ne s'agit d'une présomption, mais d'une évidence cristalline".

Elcio Vieira de Queiroz et Jair Bolsonaro, le 4/8/2018. © Facebook Elcio Vieira de Queiroz et Jair Bolsonaro, le 4/8/2018. © Facebook
La demande d'éloignement des deux accusés a été faite par le Groupe d'action spécial de combat au crime organisé (Gaeco), un secteur du ministère public de l'Etat de Rio de Janeiro, par les procureurs responsables pour l'affaire de l'assassinat, le 14 mars 2018, de la conseillère municipale de Rio de Janeiro Marielle Franco et de son chauffeur Anderson Gomes, à Rio de Janeiro.

Dans le texte envoyé au juge Gustavo Gomes Kalil, titulaire de la 4e chambre criminelle de la ville de Rio de Janeiro, les promoteurs affirment que bien que soit garanti aux accusés « le principe constitutionnel de la plénitude de défense, on ne peut perdre de vue que la protection efficace de la défense de la vie est aussi un principe constitutionnel ».

Et de rajouter, dans leur demande au juge, qu'il est « incroyable que l'Etat autorise l'incarcération de deux accusés du même crime au même endroit, partageant la même « expérience », afin de combiner les versions jusqu'au procès en séance plénière avec un jury. Ce n'est pas une présomption, mais une clarté cristalline ».

Dans la maison d'arrêt fédérale de haute sécurité, isolée en pleins champs et où le régime d'incarcération est plus sévère que dans les prisons communes, les détenus restent dans leurs cellules individuelles pendant vingt-deux heures et ont droit à deux heures de promenade quotidiennes.

Pour l'avocat de Élcio Vieira de Queiroz, maître Henrique Telles, il s'agit pour l'instant « d'une semi-demande, une sollicitation du ministère public » et que la justice ne doit pas nécessairement l'accepter. « Nous, de la défense, nous comprenons que ceci est impropre. Nous allons laisser la justice analyser cette demande et donner un délai pour que nous puissions nous exprimer  ».

Il est nécessaire de rappeler que le 4 août 2018, pendant la campagne électorale présidentielle, l'ex-policier militaire Élcio Vieira de Queiroz, qui sera ensuite arrêté et emprisonné le 12 mars 2019 à Rio de Janeiro, a publié sur sa page du réseau social Facebook une photographie - ci-dessus, qu'il a ensuite effacée - où il apparaît abraçado avec le futur président de la république Jair Bolsonaro.

Il doit être également noté que le jour de l'assassinat de Marielle Franco, quelques heures avant, le même Élcio Vieira de Queiroz serait rentré dans le condominio de Jair Bolsonaro, en voiture, dans le quartier de Barra da Tijuca, autorisé via une communication téléphonique dont le véritable interlocuteur n'est pas identifié clairement, à ce jour.

Pour ce qui concerne Ronnie Lessa, qui habitait dans le même condominio que Jair Bolsonaro, il avait été arrêté et emprisonné le 12 mars 2019 avant d'être ensuite transféré à Porto Velho.


Les deux accusés de l'asssassinat de Marielle Franco. © DR Les deux accusés de l'asssassinat de Marielle Franco. © DR


(Sources du 1er novembre 2020 : quotidien O Globo et plateforme UOL)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.