PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

267 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Brésil: Eduardo B. a-t-il aidé un « milicien digital » bolsonarista à fuir aux USA ?

" Passe moi ton passeport, celui de tes fils, de ton épouse. " Ainsi était formulée, le 16/6/20, la proposition d'aide au blogueur bolsonarista Allan dos Santos, pour fuir le Brésil, par l'un des fils du président de la République, le député fédéral et policier fédéral Eduardo Bolsonaro. A cette date, le blogueur faisait l'objet d'une enquête de la Cour suprême pour dissémination de fake news.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eduardo Bolsonaro (d) et Allan dos Santos, à New York (USA). Photographie non datée. © Reproduction Twitter

- Eduardo Bolsonaro : " Passe moi ton passeport, celui de tes fils, de ton épouse. Ce que vous avez besoin. "
- Allan dos Santos : " Ok. Il n'y a que moi qui ait un passeport. Et mon épouse, mais le sien n'est plus valide. Trump va téléphoner à ton père à 17 heures. "

Eduardo Bolsonaro (sans date):
" J'ai besoin du numéro de protocole de ces demandes de passeports. C'est pour quand sera donnée la date de retrait du passeport ou bien l'aller pour faire la photo d'identité, et ensuite un aller à la police fédérale."
Allan dos Santos (sans date):
" C'est tout dans mon téléphone portable. Ou bien dans mon ordinateur qui a été saisi "

Le 2 juin 2020, Allan Dos Santos a envoyé à Eduardo Bolsonaro les numéros de protocoles et les noms et prénoms de sa famille. 

Le 4 juin 2020. Allan Dos Santos : " Tu as vu cela, ici ? "

Le 8 juin 2020, le même Allan dos Santos: " Dis moi, Duda [diminutif amical de Eduardo Bolsonaro], tu as des nouvelles de la police fédérale ? "

Des messages, comme ceux qui précèdent, obtenus par l'enquête sur les fake news auprès de la Cour suprême (STF) et partagés avec la commission d'enquête (CPI) sénatoriale sur la gestion de la pandémie indiquent que le député fédéral Eduardo Bolsonaro s'était porté volontaire, entre fin mai 2020 et le tout début du mois de juin 2020, pour aider le blogueur Allan dos Santos, ex-séminariste catholique, bolsonarista fanatique, à fuir le Brésil pour s'exiler aux USA avec toute sa famille.

Le 16 juin 2020, la police fédérale (PF) a perquisitionné le domicile du blogueur Allan dos Santos, bolsonarista fanatique, sur ordre de la Cour suprême (STF).
Le mercredi  27 mai 2020, il avait subi une autre perquisition à Brasilia (DF), dans le cadre d'une vaste enquête - ouverte en mars 2019 -, dans plusieurs villes et plusieurs Etats, sur la pulvérisation de fake news, et sur les financiers de ces sites internet, menée par le même STF.
Il est probable que Allan Dos Santos soit arrivé sur le territoire états-unien courant juillet 2020. La date exacte n'est pas connue.
Le site internet Terça livre, dont Dos Santos était l'éditeur, aura sa chaîne homonyme sur YouTube exclue par la direction du réseau social, en février 2021.
Allan dos Santos, également auteur de messages sur internet dans lesquels il suggérait "la nécessité d'une intervention militaire", fait l'objet de deux enquêtes du STF pour dissémination de fake news et financement d'actes anti-démocratiques. Par ailleurs, le blogueur bolsonarista a été dénoncé par le parquet de Rio de Janeiro pour menace ("Barroso é um miliciano digital") envers le ministre du STF et président de la Cour supérieur de justice, Luís Roberto Barroso. La dénonciation n'a pas encore été acceptée par la justice.

La levée du secret bancaire et fiscal de Allan dos Santos a montré qu'il avait envoyé au moins 109.300 R$ (18.000 €) aux USA, entre avril et mai 2021, en trois fois.
Cette levée avait été demandé car il était suspect d'avoir obtenu des fonds publics pour soutenir le président de la République Jair Bolsonaro, via la divulgation de fake news sur le confinement et sur les vaccins contre la Covid-19.
Dans un communiqué, le site Terça Livre a déclaré que “le journaliste Allan dos Santos exerce actuellement la fonction de correspondant international de Terça Livre TV aux Etats-Unis, ce qui implique des dépenses élevées, avec la conversion en dollar du real brésilien".

Allan Dos Santos et Jair Messias Bolsonaro. (photo non datée) © DR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette