PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

368 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2022

BRÉSIL Assassinat de Bruno Pereira et Dom Phillips : trois questions qui fâchent

Le dimanche 5 juin, sur le fleuve Madeira, près du bled de Santa Isabel au coeur de la vallée de Javari, dans leur bateau, l'indigéniste Bruno Pereira et le journaliste Dom Phillips ont été tués par balles par des pêcheurs illégaux, en Amazonie, aux frontières de la Colombie et du Pérou. Des enquêtes journalistiques surgissent de bien troubles silences et sourdes menaces.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi, le 7 juin 2022, le maire d'Atalaia do Norte, Denis Linder Rojas de Paiva (en orange sur la photographie ci-dessous) a-t-il eu un tête-à-tête avec l'accusé Amarildo da Costa de Oliveira, surnommé "Nu" ("Pelado"), chez lui, quelques minutes avant que ce suspect numéro un soit arrêté et emmené par la police, qui attendait ce moment sur la terrasse extérieure du domicile d'Amarildo ?
 

Le domicile de Amarildo Da Costa de Oliveira, le 7 juin 2022. © DR


  
 
Pourquoi, le 7 juin 2022, deux procureurs (!), l'un après l'autre, ont-ils, dans un premier temps, été désignés par la famille du suspect comme ses avocats ? Le procureur général de la municipalité d'Atalaia do Norte, Ronaldo Caldas da Silva Maricaua, a d'abord assumé la défense d'Amarildo. Et Caldas a déclaré qu'il n'avait pas reçu l'ordre de la municipalité d'Atalaia do Norte ou du bureau du procureur général de la municipalité d'abandonner la défense de "Pelado". Un journal a relaté le 10 juin 2022 que Caldas a affirmé avoir rencontré le pêcheur au commissariat de police, après avoir été appelé par sa famille : "Amarildo est un pêcheur fluvial important et très connu dans la région, mais je n'avais aucune relation avec lui. Sa famille me connaît et m'a appelé pour le défendre. S'ils n'avaient pas engagé un autre avocat, je continuerais à le défendre, oui, pourquoi pas ? Il n'est pas accusé de quoi que ce soit, il est juste un suspect". Le lendemain, le 8 juin, à la demande de la famille du suspect, Caldas a abandonné sa défense.
Le second initial défenseur d'Amarildo est Davi Barbosa de Oliveira, le procureur général d'une municipalité voisine, Benjamin Constant. 
Devant les répercutions négatives de ces deux désignations, les deux procureurs ont donc abandonné la défense de Amarildo le mercredi 8 juin 2022.
 
  
Pourquoi, le 30 juin 2022, au siège de l'association indigène Union des peuples indigènes de la vallée de Javari (Univaja), à Atalaia do Norte, lors d'une réunion collective entre députés fédéraux et sénateurs avec des indigènes, à laquelle pouvait assister la presse nationale et non pas la presse locale, un militaire - seulement identifiable avec les mots "Amon-H" plaqués sur sa tenue - a-t-il photographié, dans son dos, l'écran ouvert de l'ordinateur portable du journaliste Rubens Valente, envoyé spécial du site de journalisme indépendant brésilien Agência Pública ?
 

Le journaliste Rubens Valente, à gauche et le militaire "Amon-H" à droite, le 30/6/22 © José Medeiros et Agência Pública


   
Suite au flagrant délit des photographies prises par le militaire, un dialogue s'est ensuivi entre ce dernier et le journaliste (traduction exacte du texte sis dans l'article du site Agência Pública ?) :
  

Journaliste - Pourquoi photographiez-vous mon écran ?

Militaire - Monsieur ?

Journaliste - Pourquoi photographiez-vous mon écran ? Qui vous a envoyé ? Avez-vous reçu l'autorisation de quelqu'un ?
 
Militaire - [Murmures]
 
Journaliste - Quel était l'ordre ? Quel est votre prénom ?

Militaire - [Se dirige vers la sortie de l'association Univaja].
 
Journaliste - [Murmures] N'est-ce pas ? Pourquoi photographiez-vous mon ordinateur ?
 
Militaire - Monsieur, je ne peux donner aucune information.
 
Journaliste - Vous ne pouvez pas donner d'interview. Et qui le peut ? Qui peut donner un entretien ? Qui est votre supérieur ?
 
Militaire - [Sort par la porte de l'entrée principale d'Univaja].
 
 
Après la clôture de la rencontre dans les locaux de l'Univaja, l'Agência Pública a vu le même militaire entrer dans le van mobilisé pour amener les conseillers des parlementaires à la réunion à l'Univaja. Le véhicule a conduit les autorités et les conseillers vers un hélicoptère qui les attendait à l'arrière de la mairie d'Atalaia do Norte. De là, l'hélicoptère est reparti en direction de la ville de Tabatinga, située, à vol d'oiseau, à 33 kilomètres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema