PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

374 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2022

BRÉSIL Assassinat de Bruno Pereira et Dom Phillips : trois questions qui fâchent

Le dimanche 5 juin, sur le fleuve Madeira, près du bled de Santa Isabel au coeur de la vallée de Javari, dans leur bateau, l'indigéniste Bruno Pereira et le journaliste Dom Phillips ont été tués par balles par des pêcheurs illégaux, en Amazonie, aux frontières de la Colombie et du Pérou. Des enquêtes journalistiques surgissent de bien troubles silences et sourdes menaces.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi, le 7 juin 2022, le maire d'Atalaia do Norte, Denis Linder Rojas de Paiva (en orange sur la photographie ci-dessous) a-t-il eu un tête-à-tête avec l'accusé Amarildo da Costa de Oliveira, surnommé "Nu" ("Pelado"), chez lui, quelques minutes avant que ce suspect numéro un soit arrêté et emmené par la police, qui attendait ce moment sur la terrasse extérieure du domicile d'Amarildo ?
 

Le domicile de Amarildo Da Costa de Oliveira, le 7 juin 2022. © DR


  
 
Pourquoi, le 7 juin 2022, deux procureurs (!), l'un après l'autre, ont-ils, dans un premier temps, été désignés par la famille du suspect comme ses avocats ? Le procureur général de la municipalité d'Atalaia do Norte, Ronaldo Caldas da Silva Maricaua, a d'abord assumé la défense d'Amarildo. Et Caldas a déclaré qu'il n'avait pas reçu l'ordre de la municipalité d'Atalaia do Norte ou du bureau du procureur général de la municipalité d'abandonner la défense de "Pelado". Un journal a relaté le 10 juin 2022 que Caldas a affirmé avoir rencontré le pêcheur au commissariat de police, après avoir été appelé par sa famille : "Amarildo est un pêcheur fluvial important et très connu dans la région, mais je n'avais aucune relation avec lui. Sa famille me connaît et m'a appelé pour le défendre. S'ils n'avaient pas engagé un autre avocat, je continuerais à le défendre, oui, pourquoi pas ? Il n'est pas accusé de quoi que ce soit, il est juste un suspect". Le lendemain, le 8 juin, à la demande de la famille du suspect, Caldas a abandonné sa défense.
Le second initial défenseur d'Amarildo est Davi Barbosa de Oliveira, le procureur général d'une municipalité voisine, Benjamin Constant. 
Devant les répercutions négatives de ces deux désignations, les deux procureurs ont donc abandonné la défense de Amarildo le mercredi 8 juin 2022.
 
  
Pourquoi, le 30 juin 2022, au siège de l'association indigène Union des peuples indigènes de la vallée de Javari (Univaja), à Atalaia do Norte, lors d'une réunion collective entre députés fédéraux et sénateurs avec des indigènes, à laquelle pouvait assister la presse nationale et non pas la presse locale, un militaire - seulement identifiable avec les mots "Amon-H" plaqués sur sa tenue - a-t-il photographié, dans son dos, l'écran ouvert de l'ordinateur portable du journaliste Rubens Valente, envoyé spécial du site de journalisme indépendant brésilien Agência Pública ?
 

Le journaliste Rubens Valente, à gauche et le militaire "Amon-H" à droite, le 30/6/22 © José Medeiros et Agência Pública


   
Suite au flagrant délit des photographies prises par le militaire, un dialogue s'est ensuivi entre ce dernier et le journaliste (traduction exacte du texte sis dans l'article du site Agência Pública ?) :
  

Journaliste - Pourquoi photographiez-vous mon écran ?

Militaire - Monsieur ?

Journaliste - Pourquoi photographiez-vous mon écran ? Qui vous a envoyé ? Avez-vous reçu l'autorisation de quelqu'un ?
 
Militaire - [Murmures]
 
Journaliste - Quel était l'ordre ? Quel est votre prénom ?

Militaire - [Se dirige vers la sortie de l'association Univaja].
 
Journaliste - [Murmures] N'est-ce pas ? Pourquoi photographiez-vous mon ordinateur ?
 
Militaire - Monsieur, je ne peux donner aucune information.
 
Journaliste - Vous ne pouvez pas donner d'interview. Et qui le peut ? Qui peut donner un entretien ? Qui est votre supérieur ?
 
Militaire - [Sort par la porte de l'entrée principale d'Univaja].
 
 
Après la clôture de la rencontre dans les locaux de l'Univaja, l'Agência Pública a vu le même militaire entrer dans le van mobilisé pour amener les conseillers des parlementaires à la réunion à l'Univaja. Le véhicule a conduit les autorités et les conseillers vers un hélicoptère qui les attendait à l'arrière de la mairie d'Atalaia do Norte. De là, l'hélicoptère est reparti en direction de la ville de Tabatinga, située, à vol d'oiseau, à 33 kilomètres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel