PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

237 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2021

Brésil: le parti trotskiste PCO loue l'«énorme victoire» des Talibans en Afghanistan

La notoire schizophrénie politique d'une part des Brésiliens ne reste en retrait. Elle s'affiche. Sur le réseau Twitter, le parti trotskiste PCO, de la "cause ouvrière", s'est réjoui de la victoire des ... Talibans en Afghanistan. Tandis que ses 5.000 militants s'affèrent pour la campagne électorale 2022, où ils soutiendront le ... candidat centriste Lula da Silva, du parti social-démocrate PT.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

" A battre en retraite, l'impérialisme états-unien révèle la crise dans laquelle il se trouve. Sans aucun doute, l'avancée des Talibans représente une énorme victoire sur les pires ennemis des opprimés de toute la planète. Pour la fin des occupations impérialistes !  #Dehorsl'impérialisme "

Le 14/8/2021, illustration du tweet du PCO. © PCO Brasil

Telle est la teneur du tweet, le 14 août 2021, accompagné de la photographie ci-contre et en fin d'article, publié par la direction nationale du PCO, parti communiste ouvrier fondé en 1995 par des militants venus du groupe "Causa Operária" (CO) - fondé en 1970 par des trotskistes - alors filiés au parti des travailleurs (PT). Le PCO est reconnu officiellement comme parti depuis le 30/11/1997. En mai 2021, le parti déclarait avoir 4.210 membres.
Aux élections présidentielles de 2014, le candidat du PCO et également président du parti, Rui Costa Pimenta, a obtenu 12.324 votes (0,01%).  A celles de 2018, le parti n'avait présenté de candidat et avait choisi de soutenir, de "manière critique", le PT et son candidat Fernando Haddad. 
Pour les élections présidentielles de 2022, le parti totalitaire PCO, éternellement schizophrène, s'apprête à appeler à voter explicitement pour Lula et son parti social-démocrate de centre-droit. La photographie ci-dessous montre des militants du PCO dans l'Etat de João Pessoa, début octobre 2021 :

© PCO Brasil


Le PCO a un journal quotidien numérique (Diário Causa Operária), l'hebdomadaire imprimé Jornal Causa Operária et une chaîne sur YouTube (Causa Operária TV). 

© Twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart