PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

269 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2021

Brésil: dévastatrice expansion de l'orpaillage illégal, en terres indigènes

Dans l'Etat du Pará, croissent de manière exponentielle les zones déforestées en terres indigènes, provoquées par l'expansion continuelle des garimpos, sur plusieurs km2, des chercheurs d'or illégaux. Des organisations non-gouvernementales, brésiliennes et non brésiliennes, lancent l'alerte. Accablante, une vidéo de décembre 2021.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une vidéo tournée la première semaine de décembre 2021, lors d'une opération de l'Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (Ibama) sur les terres indigènes Sai-Cinza, incluses dans la municipalité de Jacareacanga, au sud-ouest de l'Etat du Pará, montre combien les illégaux chercheurs d'or ont défiguré cette zone. Quatre km2 éventrés.
Sur ces seules terres des indigènes de l'ethnie Sai Cinza, il existe une liste de onze (11) demandes d'exploitation aurifère, comme l'a montré la mapa Amazônia Minada, du site Infoamazonia.
Les images ont été remises, par une source anonyme, à la section "Rainforest Investigations Network" du Pulitzer Center, et diffusées au Brésil par The Intercept Brasil et son canal YouTube.
Des images prises par des satellites et cédées par Earthrise Media, une agence non-gouvernementale des Etas-Unis (USA) montrent que les premiers signes de ce garimpo aurifère illégal ont commencé à surgir en juillet 2019.
La surface de cette zone d'orpaillage illégal été calculée à partir des données annuelles de déforestation produites par le système Prodes, de l'Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE).
Entre août 2019 et juillet 2020, la zone tenue et exploitée par les orpailleurs illégaux s'est étendue sur 2,9 km2.
Depuis juillet 2020, elle a progressé sur 1,07 km2 supplémentaire.
Selon des enquêtes de Greenpeace Brasil, révélées le 1/12/21 par l'Observatório da Mineração et la plateforme UOL, depuis 2016, 632 km2 de fleuves et rivières sur les terres indigènes des ethnies Sai-Cinza et Munduruku ont été occupées par l'orpaillage illégal. Dont 235 km2, durant la seule année 2020.

Une étude (PDF 45 p.) de 2021, produite par les chercheurs de l'université fédérale de l'Etat du Minas Gerais (UFMG) a montré que plus de 25 % de la production de l'or au Brésil est irrégulier tandis que 90 % de la production aurifère illégale brésilienne a pour origine des garimpos situés en Amazonie.
La Constitution du Brésil interdit toute exploitation minière en terres indigènes jusqu'à l'approbation d'une loi pour réglementer l'activité.
En février 2020, le gouvernement Bolsonaro a présenté un projet de loi (no 191/2020) pour viabiliser cette exploitation minière. Et Jair Bolsonaro s'est publiquement engagé pour le vote de ce projet de loi.

Orpaillage illégal incessant au sud-ouest de l'Etat du Pará, en terre indigène. © Rainforest Investigations Network (Pulitzer Center) / The Intercept Brasil

" Guide pour affronter les crimes environnementaux " (publié en décembre 2021, 43 pages, PDF)
https://igarape.org.br/wp-content/uploads/2021/12/2021-12-08-Illegal-mining-guide-PT.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier