PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

546 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2022

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

" Liberdade para Julian Assange ! "

Les principales associations, syndicats, fédérations et organisations journalistiques brésiliennes ont reçu le 30/11 les plus hauts représentants de WikiLeaks au siège de l'Association de la presse brésilienne (ABI), à Rio, pour un acte de solidarité envers Assange. Dans leur agenda brésilien pour réclamer la liberté d'Assange, Kristinn Hrafnsson et Joseph Farrell n'ont mâché leurs mots.

PindoramaBahiaflaneur
Secrétaire de rédaction (free lance), c'est-à-dire journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
© Eduardo Miranda / Brasil de Fato

Le rédacteur en chef de la plateforme WikiLeaks Kristinn Hrafnsson a participé à l'Acte pour la liberté du journaliste Julian Assange, au siège de l'Association de la presse brésilienne (ABI), dans le centre de Rio de Janeiro, mercredi 30 novembre 2022. Les principales associations de journalistes et de la défense de leurs droits étaient présentes *. Accompagnés du rédacteur en chef et ambassadeur de WikiLeaks, Joseph Farrell, et dans le cadre d'une tournée de plusieurs pays, les journalistes avaient rencontré le président colombien Gustavo Petro, puis le président élu Luiz Inácio Lula da Silva, le 28 novembre 2022, avant de converser avec de nombreux parlementaires à Brasilia.
 

Illustration 2
© DR


 
Kristinn Hrafnsson : "Vous, ici au Brésil, avez la mémoire vivante des horreurs de la dictature, vous avez vu la censure, la suppression de la liberté de la presse et vous en avez vu les conséquences. L'extradition d'Assange, qui pourrait avoir lieu dans quelques semaines, met en péril de nombreuses choses. Notre combat est un combat pour nous tous, car cette extradition crée un précédent qui met en danger la démocratie et des pays comme le Brésil ".
  

Illustration 3
© ABI

Au cours de l'événement, des représentants d'associations des droits de l'homme ont rappelé que les documents secrets exposés par Assange ont révélé l'influence des États-Unis sur les procureurs de l'opération Lava Jato au Brésil. Assange est également responsable de la publication, entre 2010 et 2011, de documents révélant des crimes de guerre et des camps de torture en Irak, en Afghanistan et sur la base de Guantanamo à Cuba.
 
M. Hrafnsson a déclaré que lorsqu'il avait été à Brasilia, plusieurs parlementaires lui avaient parlé du sceau du secret, souvent pour cent ans, que le président Jair Bolsonaro a imposé sur des informations qui devraient être publiques pour toute la population. Il a comparé les États-Unis au Brésil, commentant l'escalade de documents placés sous le sceau du secret en temps de guerre, lorsque Assange était actif.
 
--------------

(*) Repórteres Sem Fronteiras (RSF), Instituto Vladimir Herzog, Artigo 19, Rede de Proteção de Jornalistas e Comunicadores no Brasil, Comitê para a Proteção dos Jornalistas (CPJ), Federação Nacional dos Jornalistas (Fenaj), Associação Brasileira de Jornalismo Investigativo (Abraji), Tornavoz, Associação de Jornalismo Digital (Ajor), Intervozes, Fórum Nacional pela Democratização da Comunicação (FNDC), Frente Internacionalista dos Sem Teto (Fist), Federação Nacional dos Jornalistas (Fenaj), Ordem dos Advogados do Brasil (OAB), Associação Brasileira de Juristas pela Democracia (ABDJ), Sindicato de Jornalistas do Rio de Janeiro.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte