Brésil: détourner des fonds, la règle des Bolsonaro, selon leur ex-employé (3/5)

Ex-employé des Bolsonaro durant 14 ans, ex-assistant du député Flávio B. puis "nounou" de Renan, l'enfant de Bolsonaro et d'Ana Cristina Valle, Marcelo Nogueira poursuit ses révélations dans la presse en ligne. Selon lui, l'ex-épouse de Bolsonaro exigeait en cash le reversement de 80% de son salaire, du 13e mois, des congés, de l'aide alimentaire, comme pour tous les assistants des fils Bolsonaro.

Ana Cristina Siqueira Valle, ex-seconde épouse (1997/2007) de Jair Bolsonaro. © UOL Ana Cristina Siqueira Valle, ex-seconde épouse (1997/2007) de Jair Bolsonaro. © UOL
Les déclarations explosives de Marcelo Luiz Nogueira dos Santos se réfèrent, pour ce qui concerne ses collaborations avec le monde politique à proprement dit, hors son emploi d'homme à tout faire de la famille Bolsonaro, à la seule  période débutée le 1er février 2003 comme assistant parlementaire du député député Flávio Bolsonaro, à l'assemblée législative de Rio de Janeiro (Alerj), jusqu'au 6 août 2007, date à laquelle Ana Cristina Siqueira Valle s'est séparée de Jair Bolsonaro et choisie par Marcelo Nogueira pour démissionner de cette fonction politique.

A cette époque, Ana Cristina Valle était chef de cabinet du conseiller municipal de Rio de Janeiro, Carlos Bolsonaro, dans son premier mandat.

Marcelo Nogueira, à la plateforme UOL, a souhaité ajouter, le 3 septembre, qu'il devait aussi " rendre ", mensuellement, pendant ses cinquante-trois mois de travail comme assistant parlementaire du fils aîné Bolsonaro, 80 % de son treizième mois, de ses congés payés, de ses tickets-restaurants et de ce que le service des Impôts lui rendait annuellement en cas de trop-perçu.

Et le natif de Rio de Janeiro, aujourd'hui cinquantenaire, a tenu à souligner à la journaliste " qu'il n'était pas un fonctionnaire fantôme, qu'il travaillait vraiment ". Il " recevait les électeurs, rédigeait les courriers ", préparait les envois, un travail de secrétariat. Et que dès le début de son embauche, en 2003, il était clair pour lui qu'il devait reverser, à Ana Cristina Siqueira Valle en personne, et en espèces, chaque mois, la majeure partie de ce qu'il gagnait.

En 2006, le salaire mensuel officiel de Marcelo Luiz, crédité sur son compte, était de 4.466,37 R$ (1.500 €).

A être questionné si les reversements des 80 % à Ana Cristina Valle étaient aussi imposés aux employés du cabinet municipal de Carlos Bolsonaro, le frère de Flavio, la réponse de Marcelo Luiz Nogueira dos Santos est catégorique : " la même chose pour tous " ("Tudo a mesma coisa").

A une autre question pour savoir si le fait d'exiger, également, chaque mois, l'exigence de la dévolution de 80 % de tous les à-côtés de son salaire net venait de la personne même d'Ana Cristina Siqueira Valle, Marcelo Luiz a répondu avec la plus grande netteté que " c'est la vérité ".

Suite à la levée de son secret bancaire pour les investigations autour des revenus de Flávio Bolsonaro, les enquêteurs avaient pu vérifier, par exemple, que treize retraits supérieurs à 1.000 R$ (290 €) avaient été effectués par Marcelo Luiz pendant l'année 2007. En avril de cette année-là, deux jours après avoir été crédité de 4.000 R$ (1.350 €) par l'assemblée législative, il avait fait un retrait de 3.000 R$ ...

En 2007, le salaire minimum national était de 380 R$ (127 €).
Tandis qu'un real, alors, s'échangeait pour 0,33 euro.


A suivre ...

Nouvelles révélations sur le détournement de salaires, par Ana Cristina Siqueira Valle en personne, et en espèces, des assistants parlementaires des Bolsonaro, à l'assemblée législative comme au conseil municipal de Rio de Janeiro. © UOL



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.