Brésil: À la Cour suprême, manoeuvres pour enterrer le procès de Flávio Bolsonaro

Innombrables, les alliés de Bolsonaro dans les instances judiciaires fédérales. Qu'ils lui doivent leur poste ou bien «convertis» au bolsonarismo. Les révélations, depuis quinze mois, d'une architecture sophistiquée de supposés délits et détournements de fonds, en millions, par le fils aîné Flavio, lorsqu'il était député de Rio de Janeiro, n'empêchent en rien le fils «01» d'espérer un classement.

La Cour suprême (STF), à Brasilia, vient de rejeter la demande d'enquête sur les 89.000 R$ (15.000 €) crédités sur le compte bancaire de Michelle Bolsonaro - épouse du président de la République - par l'ex-assistant parlementaire de Flávio Bolsonaro, l'ex-policier militaire Fabrício Queiroz.

Le STF a aussi transféré à l'un de ses onze ministres, Nunes Marques, nommé dans cette instance le 5 novembre 2020 par Jair Bolsonaro, le choix de la date à laquelle sera jugé par la 2e Chambre du STF le recours qui a stoppé net l'avancée du procès contre Flávio Bolsonaro.

Initialement, ce procès du fils aîné Bolsnaro était hébergé à la 27e Chambre du tribunal de Rio de Janeiro, dirigée par le magistrat Flávio Itabaiana. En juin 2019, l'ex-député de l'Etat de Rio de Janeiro et actuellement sénateur avait réussi, via ses avocats, à faire migrer son dossier judiciaire au tribunal de Rio de Janeiro (TJ), où les députés de l'Etat ont une protection juridique spécifique attachée à leur poste législatif.

Le ministère public de Rio de Janeiro (MP-RJ) a alors fait appel. Avant que le TJ ait décidé si le dossier Flávio Bolsonaro devait ou non retourner en première instance, le sénateur a intenté une action judiciaire au STF. Là, il a obtenu du ministre Gilmar Mendes ume injonction (" liminar ") qui a bloqué l'action du MP-RJ " jusqu'au jugement du mérite de la plainte ". Et le même Gilmar Mendes, au sein du STF, a freiné toutes avancées éventuelles du dossier. Il n'a envoyé l'injonction qu'en janvier 2021. Et a attendu fin mai 2021 pour libérer le procès en vue d'un jugement. Et bien qu'il soit président de la 2e Chambre du STF, Gilmar Mendes n'a pas programmé au calendrier 2021 ce jugement. Viennent en ce moment les vacances du milieu d'année pour les ministres du STF ...

A la reprise des travaux des onze ministres, en août 2021, la présidence de la 2e Chambre du STF sera exercée par Nunes Marques, le " préféré " du PR Jair Bolsonaro, à qui il reviendra alors de mettre à l'agenda le jugement du recours de Flávio  Bolsonaro ...

Un enterrement annoncé ? Une prescription pretextée ? La réponse ne devrait pas tarder, de la part de ces loups errants, en toge noire, du bolsonarismo.

En effet, une première fois, en juillet 2019, à la demande des avocats de Flávio Bolsonaro, le ministre et alors président du STF Dias Toffoli - ex-avocat du Parti des travailleurs (PT), nommé au STF par l'ex-PR Lula en 2009 et devenu publiquement en octobre 2020 fervent allié de Bolsonaro - avait suspendu toutes les procédures judiciaires en cours, dans tout le Brésil, qui incluaient des données fournies par un conseil de contrôle d'activités financières, le COAF. De fait, Flávio Bolsonaro bénéficiait automatiquement de cette suspension.
Cette décision avait été jugée inconstitutionnelle, six mois plus tard, y compris par le même Dias Toffoli, par l'assemblée pléniaire du même STF ...

----------------

Tous les hashtags avec Flávio Bolsonaro :
https://www.mediapart.fr/journal/mot-cle/flavio-bolsonaro


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.